AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  RechercherRechercher  GroupesGroupes  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion      

Partagez | 
 

 L'amour, une chose bien compliquée suite [PV Alicia]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Sam 30 Juil 2011 - 21:27
« Oh, Ciel II ne veut plus fonder de projets d’avenir. Alois II doit-il en tirer quelque chose ou encore avoir espoir, lui qui attend désespérément que tu sois le conquérant à nouveau de son cœur ? A ce que je vois, on ose toujours pas observer celui qu’on prétend aimer, et qu’on disait qu’on voulait faire sa vie avec. C’est amusant comme les gestes en disent gros sur le cœur. Que c’est beau l’inconscient…» Déclara Lelouch dans un grand air malicieux.

Les gémeaux ne préférèrent rien dire, sachant que Lelouch avait un instinct très développé pour ce genre de choses dans lesquels il tombait toujours triste. Ciel II devait vraiment dire quelque chose, sincère et qui collait vraiment à ses sentiments.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Sam 30 Juil 2011 - 21:42
« Ou voit-tu un avenir pour le moment? Nous sommes dans le présent et pour l'instant, les choses n'avancent pas beaucoup, enfin ce n'est que mon avis. Mais je vais reconquérir Alois II, petit à petit, à mon rythme. », répondit Ciel II en posant sont regard sur Alois II... Le Comte n'avait vraiment pas la tête à débattre mais puisque Lelouch semblait vouloir s'amuser, il allait faire un effort, sachant que tout lui retomberait dessus à la fin de la discussion.


Dernière édition par Alois Trancy le Dim 31 Juil 2011 - 14:57, édité 1 fois (Raison : Fautes)


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Sam 30 Juil 2011 - 21:54
« Oh je suis ravi d’entendre ça, et je suis sincère. Oh, pour les gémeaux, l’avenir est d’office noir. Heureusement que les gros méchants que nous sommes donc moi, Hadès et Béatrice sont les gentils pions de notre cher et notre précieux Alois II. Sans nous, même avec Ciel sub et même avec Luka ainsi que cette adorable Hannah à leurs côtés, ils seront déjà dans une tombe. Comme quoi, outrager le destin avec eux, ça se prépare indirectement des mois à l’avance. » Rit doucement Lelouch en relatant un fait qu’il ne pouvait pas dénier.

« Monsieur s’est entraîné pour le Purgatoire à ce que je vois. Je ne peux que t’accorder ton point de raison, et sans me cacher, je suis fier que vous voyiez mes bons toutous. Je suis enchanté de ta réponse aussi Ciel II. » Compléta Alois II dans un petit sourire heureux.

Alois eut l’expression qui s’illumina quad son gémeau décrocha son sourire, comme si cela lui avait apporté une chaleur invisible réconfortante.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Sam 30 Juil 2011 - 22:11
Ciel II ne fit aucun autre commentaire et resta silencieux...
Il releva son visage vers celui de Alois II et ne le quitta plus des yeux, le regardant tendrement mais savant bien que ce dernier sans fichait pas mal, arrêta bien vite.


Dernière édition par Alois Trancy le Dim 31 Juil 2011 - 14:57, édité 1 fois (Raison : Fautes)


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Sam 30 Juil 2011 - 22:24
« Je ne me fiche pas que tu me regardes…bien que je ne vois qu’à travers les yeux de mon gémeau vu que je suis aveugle je te rappelle. » Assura Alois II tendrement.

Ce fut à Lelouch de ne pas commenter, ni de donner son avis sur le sujet pour ne pas enflammer le sujet. Voyant les yeux vides d’Alois, il alla auprès de lui, le prenant dans ses bras ce qui fit rougir l’adolescent démon, ayant complètement oublié que Lelouch avait ce rôle de « papa poule » envers lui, rôle donné par Alois II et dont l’Empereur n’avait point intérêt à ne pas exécuter.
Comme ça, Ciel II pouvait soupirer et recharger ses batteries qui lui permettait de tenir face à la condition des gémeaux sans devenir fou.


avatar
Lady Elizabeth


Messages : 334
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 19


Dim 31 Juil 2011 - 0:28
Célia ne voulait rien dire, bien qu'elle n'ait clairement pas grand chose à dire. Elle regarda Ciel II un instant puis Alois II, Alois et pour finir, son regard se posa sur Lelouch, ça faisait bien longtemps qu'elle ne l'avait pas vu ni entendu.


Dernière édition par Alois Trancy le Dim 31 Juil 2011 - 14:58, édité 1 fois (Raison : Fautes)


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Lun 1 Aoû 2011 - 9:47
« Je le savais déjà... », répondit Ciel II dans un très léger soupir.
Il releva la tête observant les membres de la "Compagnie" , et les fixa quelques seconde avant de tourner son regard vers sa futur belle-soeur et enfin vers la fenêtre.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Lun 1 Aoû 2011 - 17:05
Alois II tourna les yeux, vu que Ciel II ne voulait pas le voir apparemment. Alois ne fit aucun commentaire, de même pour Lelouch, le fait qu’il ne voulait pas les voir assez révélateur.

« Tu aimes vraiment regarder le paysage à travers la fenêtre…»Nota Alois II sur un ton assez triste, Lelouch lui caressant les cheveux pour lui changer les idées.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mar 2 Aoû 2011 - 9:52
« Pas vraiment mais, si personne n'a de sujet, il ne reste plus que ça à faire : regarder part la fenêtre... », répondit calmement Ciel II, d'un ton assez triste...
Il retourna ensuite son regard vers Alois II, il l'observa bien tendrement.


Dernière édition par Alois Trancy le Lun 8 Aoû 2011 - 12:23, édité 1 fois (Raison : Fautes)


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mar 2 Aoû 2011 - 22:25
« Parlons des choses de la vie dans ce cas, et de notre avis sur les autres nobles. Ca, c’est un bon débat. De même des échanges de nos lectures. » Proposa Alois II d’une voix douce, tenant bien à ce que Ciel II ne recommence pas à voir par la fenêtre, appréciant le fait qu’il avait retourné son regard vers lui.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mer 3 Aoû 2011 - 19:16
Ciel II ne quitta pas Alois II du regard, bien au contraire, il essayait même de lui décrocher quelques tendres sourires...
Pour les paroles de son amoureux, il ne se prononça pas trop... Un peu dans les nuages...



Dernière édition par Alois Trancy le Lun 8 Aoû 2011 - 12:24, édité 1 fois (Raison : Fautes)


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Lun 8 Aoû 2011 - 9:54
Bien que toujours aveugle, et toujours en mauvais état physique, l’état d’Alois II s’était finement arrangé. Ayant toujours besoin de son gémeau pour voir, il vit que Ciel II avait porté son regard vers lui et essayer de lui faire décrocher des sourires. Bien qu’il n’avait rien trouvé à redire sur ses paroles, donc soit il n’avait rien à dire, soit il était dans les nuages.
Il soupira.


« Ca promet…»

Apparemment, la volonté d’Alois II avait fait forcing sur son état, lui permettant de retrouver la parole, bien que l’espoir d’une guérison en quelques mois serait vaine.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Lun 8 Aoû 2011 - 14:41
Ciel II remarqua que Alois II avait parler, il en resta un peu étonné et essaya de lui sourire un peu, en vain. Il retourna près du lit pour lui caresser les cheveux mais, c'est tout pour le moment.

« Qu'est ce qui promet? »


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Jeu 11 Aoû 2011 - 11:57
Alois II remarqua que le fait qu’il avait retrouvé la parole ne faisait pas un énorme choc à Ciel II, il devait s’y attendre après tout. Il vit à travers les yeux de son gémeau qu’il essayait de lui sourire, mais en vain, qui en disait encore gros. Alois II se sentit blessé par cela, mais n’en dit rien, bien que ses yeux devinrent tristes.

« Nos futures conversations. » Répondit doucement Alois II sentant sa main lui caresser les cheveux.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Ven 12 Aoû 2011 - 16:35
Le Comte Phantomhive II continua de caresser tendrement les cheveux de Alois II, l'homme qu'il aimé et lui demanda ensuite, n'ayant pas osé le faire avant...

« Tu as retrouvé la parole ou tu puisse sur tes réserve? »

Puis il fit un petit silence et regarda autour de lui, puis retourna sot regard vers Alois II.

« Nos futures conversations arriverons bien assez tôt, pour le moment... Non, rien... » finit Ciel II en ce mordant les lèvres pour éviter de dire une bêtise, puis il posa sa tête sur le lit et continua de caresser les cheveux du blondinet.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Ven 12 Aoû 2011 - 16:41
« J’ai retrouvé la parole. Pour le moment ? Pour le moment quoi ? » S’exclama Alois II, remarquant qu’il s’était mordu la lèvre et qu’il avait posé la tête sur le lit, continuant de caresser ses cheveux comme si c’étaient les seuls caresses qu’il pouvait faire alors qu’il ne dirait pas non à un gros câlin.

Alois restait sans un mot, se demandant comme son gémeau quelles seraient ses futures conversations qui arriveront bientôt, le bientôt étant assez inquiétant si c’était dans un futur lointain et rassurant si c’était dans un futur proche.
Le regard d’Alois II était toujours aussi à moitié vide et bien aveugle, heureusement qu’on pouvait lire ses sentiments à travers ses yeux.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Ven 12 Aoû 2011 - 23:22
Ciel II releva la tête et afficha un grand sourire rassurant, enfin, on aurait pu croire qu'il était heureux... Mais le Comte Phantomhive II ne supporter plus de voir Alois II dans cet état, bien qu'il l'accepter, et qu'il faudrait plusieurs années avant la guérison...
Il se releva et s'assit sur le bord du lit, il prit délicatement Alois II dans ses bras pour le câliner, même si comme nous le savons, il n'étais pas très douée pour ça...
Il commença par lui caresser les cheveux, tendrement et doucement, puis il serra Alois II contre lui, ni trop, ni pas assez...


« Nos conversations... Elles arriverons aux moments ou elles devrons arriver, peut-être dans quelques minutes, comme dans quelques heures... »

Ciel II continua ses caresse et ses câlins, tout en observant Alois, le gémaux de Alois II ... Il lui lança un sourire qu'il pensa rassurant et replongea son regard vers son amoureux, le blond qu'il aimé temps : le Comte Trancy II .

« Tien, en voilà déjà un sujet de conversation, tu as toujours voulu savoir ce que je faisais, ce que j'aimais... Et bien, pose des questions, je te répondrais, sans mentir, sans m'enfuir... Sans paniquer. »

Il installa un peu mieux le blond dans ses bras, espérant que le sujet qu'il avait proposer lui plaise, ou que au contraire, ce dernier ce mette en colère car ce n'est pas la discussion donc il aurait rêvé.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Ven 12 Aoû 2011 - 23:33
Alois II remarqua que suite à sa réponse, il avait relevé ma tête, affichant un sourire rassurant, ce qui lui fit bien sans se cacher. Il souriait afin de se donner du courage.
Sans trop y prêter attention, il se sentit prit délicatement dans les bras, ressentant que c’était les bras chaud de Ciel II. A nouveau, l’adolescent pressentit les mains de l’adolescent caresser ses cheveux.


« Nos conversations... Elles arriveront aux moments ou elles devront arriver, peut-être dans quelques minutes, comme dans quelques heures... »

Pour l’adolescent humain, cette réponse ne l’aidait pas vraiment, et de ne la rassurait guère.
Sujet de conversation qui arriverait quand elles viendraient.
Pas de quoi enchanter l’adolescent blond qui n’avait que des sujets malheureux sur sa vie.
Il n’avait que le moral à ça après tout.
Les caresses continuaient, et Ciel II se tourna vers Alois, le gémeau démon qui, voyant le regard rassurant de Ciel II avait décroché un faible petit sourire bien forcé pour le rassurer à son tour.
Il se retenait de devenir fou, ça se lisait clairement dans les yeux.
Ciel II retira son regard, les replongeant dans les yeux aveugles de celui qu’il aimait.


« Tiens, en voilà déjà un sujet de conversation, tu as toujours voulu savoir ce que je faisais, ce que j'aimais... Et bien, pose des questions, je te répondrais, sans mentir, sans m'enfuir... Sans paniquer. »

Alois II se sentit mieux installé.
Une aubaine en or, il ne pouvait pas dire le contraire, et c’était le concerné qu’il l’avait proposé. En aucune façon, Alois II se mettrait en colère pour cela.
Il répondit dans un petit sourire, la voix douce :


« Rassures-toi, dans un an, je compte être sortit de cette maladie horrible. Excellent sujet. Je veux donc savoir en premier lieu ce que tu fais, ce que tu aimes comme goût, ce que tu aimes chez moi, ce que tu penses de moi. Et s’il te plaît, développe bien tes réponses. »


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Sam 13 Aoû 2011 - 12:46
Tout d’abord, pour être un peu plus à l’aise lui-même pour ce long discourt qui l’attendait, le Comte Phantomhive II retira son ruban et le passa sur le bord du lit, desserrant légèrement par la même occasion son col de chemise trop serré à son gout.

« Eh bien, pour ce que je fais, ça revient à te dire mes occupation… Quand je ne suis pas avec vous, non plutôt toi ou avec tu s’es qui, Ciel II ne voulut pas prononcer le prénom de sa fiancée pour ne pas faire retomber encore plus l’ambiance de la pièce… Eh bien, je m’occupe de ma compagnie comme je le peux, Ciel III m’aide un peu mais, il n’est pas doué… Sinon je lis des romans ou, je me ballade dans le jardin… Je me prends aussi à surveiller mes domestiques, je ne veux pas retrouvée mon manoir en feu ou détruit… Sinon, j’écris mes mémoires, ou les événements important de ma vie dans un carnet que je ne retrouve pas toujours… »

Il passa sa mains dans les cheveux et reprit son souffle pour la suite, il réfléchit un peu et continua ses dires, tout en caressant les cheveux de Alois II et en veillant à ce qu’il soit bien installer dans ses bras.

« Je n’aime pas grand choses, juste des choses qui me semble pour le moins basiques de mon point de vue… J’aime mes proches : familles, amis, amour… J’aime le thé, mon manoir, la lecture, les longues promenades… Passer du temps avec toi et avec les personnes que j’aime… Ciel II réfléchit un peu et eu un léger fou rire et un sourire enfantant, j’aime quand tu me propose d’aller au restaurant mais la prochaine fois, j’espère ne pas finir saoul… »

Le jeune adolescent continué toujours ses caresse en même temps et reprenait lentement sont souffle car il n’avait pas l’habitude d’autant parler… Il préféré ne rien dire plutôt que de raconter sa vie mais étrangement aujourd’hui, il aimé parler…

« Ce que j’aime chez toi… Eh bien, comment te dire, tout ! J’aime tes bon comme tes mauvais côtés, ta partie sadique me fait un peu peur mais, ce n’est qu’une de tes nombreuse facette caché, comme ta partie brisé que j’accepte totalement… J’aime ton caractère, mais c’est assez dommage que je n’arrive pas à le cerné complètement parfois… il baissa le regard vers celui de Alois II pour mieux le voir. Et je ne parle pas de physiques, je t’aime pour ce que tu es, brisé ou pas, malade ou pas… Moi, j’aime tout de toi, bien que je ne le fasse pas assez ou pas du tout montré parfois… Et pour ce que je pense de toi… Eh bien… hm…, il réfléchit un peu pour mettre en place ses phrases car il ne savait pas très bien l’expliquer… Je pense que tu es une personne méritante à qui on doit le respect et qui mérite d’être aimé, cajolé et câliné… Et qui ne devrais pas souffrir autant que tout cela… »

Le Comte au cache œil finit son long discourt par un sourire rassurant et tendre vers Alois II, il tourna ensuite son regard vers Alois, en espérant que ce dernier ne se soit pas trop ennuyer par ses dires… Puis, il rebaissa à nouveaux les yeux vers Alois II, attendant sa réponse à tout cela, espérant bien avoir argumenté bien que très peu doué pour la chose…


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Lun 15 Aoû 2011 - 16:48
Alois II nota que le Comte Phantomhive II enleva son nœud autour de son cou, le mettant sur le bord du lit, en profitant à travers les yeux d’Alois, pour admirer son visage.
Il le regarda doucement desserrer son col, ce qui fit naître sur le visage de l’adolescent un petit sourire, avant de l’écouter bien attentivement.


« Eh bien, pour ce que je fais, ça revient à te dire mes occupations… Quand je ne suis pas avec vous, non plutôt toi ou avec tu sais qui…»

Alois II assimila automatiquement que tu-sais-qui représentait Lizzy, la « femme » de Ciel II.
Il n’avait pas voulu prononcer son prénom pour ne pas faire retomber le moral du Comte Trancy II, mais celui-ci en souffrirait presque tout le temps de n’avoir pas été suffisant par le passé. Ciel II avait préféré combler sa fiancée d’enfance, aller se rassurer dans ses bras quand il ne pouvait pas supporter ses états d’âmes à lui, le laissant tristement sur le bas côté sans en avoir exprimé en premier lieu de remords. Alois II en avait conclu que Ciel II ne lui exprimait aucune importance, et lui avait donné sa dernière chance afin de ne pas rendre malheureux le mauvais polygame. Sur ce côté, Alois II pouvait s’exprimer heureux de n’avoir jamais rendu malheureux dans ses polygamies. Il s’arrangeait toujours pour ne jamais aller de côté l’un, afin d’éviter des disputes et des jalousies énormes qui provoqueraient des guerres qui aboutiraient sur des choix. Si Ciel II avait eut ses problèmes, c’était parce qu’il l’avait dénigré et pas aimé à sa juste valeur, l’ayant utilisé comme s’il était un « remplaçant de Lizzy ».
C’était le sentiment qui lui avait collé à la peau quand Ciel II l’avait laissé tomber quelques jours avant sa mort parce qu’il n’avait pas réussit à être calme en sa présence.
Il avait préféré laissé les autres s’occuper de lui, donc par défaut, s’était contreficher de ses désirs. Alois II eut un soupir intérieur.
Rien qu’en faire référence, il voyait déjà parfaitement dans la tête la petite famille qui serait présent, tout simplement parce que Ciel II avait fait un gosse avec la femme qui ne ferait pas sa vie, en la choisissant de ce fait assez clairement vu qu’il lui avait mentit.
Il l’avait trahit d’une certaine façon en lui cachant ça, preuve qu’il n’avait aucune confiance en lui. Au moins, c’était réciproque concernant la non-confiance, bien qu’Alois II se donne de la marge pour ne pas déclarer haut et fort à chaque fois que Ciel II lui mentait.
Le Comte Trancy II savait que le Comte Phantomhive l’aimait vraiment, gloire à lui, il avait pu le confirmer sinon il aurait péter un plomb.


« Eh bien, je m’occupe de ma compagnie comme je le peux, Ciel III m’aide un peu mais, il n’est pas doué… Sinon je lis des romans ou, je me ballade dans le jardin… Je me prends aussi à surveiller mes domestiques, je ne veux pas retrouver mon manoir en feu ou détruit… Sinon, j’écris mes mémoires, ou les événements important de ma vie dans un carnet que je ne retrouve pas toujours… »

Déjà, Ciel II détestait être seul.
Information qui surprit un peu l’adolescent blond, car d’après ses souvenirs, en sa présence, le trois quart du temps, monsieur l’avait laissé seul, et ne se souciait guère de ce qu’il faisait.
Apparemment, l’époque là avait changé. Tant mieux.
Ciel III ? Oh, la création de Ciel II était assez proche de son créateur.
Tiens, comme lui et Alois II papillon bien que ce dernier avait une très large liberté de mouvement, bien qu’il apparaisse que pour exécuter les bons caprices de son maître sans broncher. Mais en lui donnant une conscience, il pouvait donner son avis donc n’était pas enchaîné à lui. Un jour, Alois II papillon devrait rencontrer Ciel III pour papoter à lui.
A vrai dire, Ciel II lui suffisait, et Ciel III n’avait pas été créé pour qu’ils se rencontrent, sauf dans des cas d’urgence où le concerné serait utile pour régler le souci.
Ah ça, il ne doutait pas que Ciel III devait être limité en conversation.
Sans se cacher, Alois II préférait parler avec son gémeau qu’avec ses illusions qu’ils supervisaient. Et encore, quand Ciel II n’était pas là, il préférait parler aux Sorciers du Purgatoire ou à Hadès pour s’instruire.
Après tout, il avait des responsabilités importantes au Purgatoire et en Enfer !
Comparé à Alois qui n’était que suppléant et encore, Alois II avec ses coups de maître s’était donné de vrais boulots afin de tuer son ennui.
« Tout est bon à prendre » : la parole phare de l’adolescent blond !

Ciel II aimait la lecture, il s’en doutait un peu.
Il devait passer ses journées à lire dans son coin sans vouloir être dérangé.
Ah ça, Alois II l’avait vite comprit avec Ciel sub : tu le déranges pendant qu’il lit, il te fout à la porte. Seulement là où tu pouvais voir son comportement de cochon bien qu’il savait ça à travers son gémeau.
Il n’avait pas vu lire une seule fois Ciel sub depuis qu’il l’hébergeait chez lui.
Ciel II se baladait dans le jardin ? Il aimait la marche ? Ca, c’était une découverte.
Ca en faisait un poids commun : Alois II adorait trainailler dans le jardin, bien que c’était surtout pour arracher des fleurs ou danser dans son champ de cerisiers où des centaines de papillons dorés faisaient leur danse éternelle.
Il ne savait pas non plus qu’il surveillait ses domestiques.
Oh, Tanaka était inoffensif, May-Lin bah à part casser le mobilier rien de dangereux, Finnian bah fallait faire attention à l’utilisation de sa force…et Brad, c’était l’explosion journalier de la cuisine quand il voulait cuisiner quelque chose.
Ils n’étaient pas aussi bêtes pour faire sauter le manoir, fallait pas rêver.

Ses mémoires ?
Là, il était intéressé, et quand Ciel II aurait fini de répondre à sa question, il demanderait à ce que ça soit développé. Les évènements importants de sa vie ?
Oh, que cela l’intéressait. Il voulait vraiment en savoir plus pour savoir quels évènements importants il avait marqué.
Alois II marquait aussi ce qu’il lui arrivait dans un carnet, faisant office de journal intime où il se lâchait dans ses émotions.

Alois II vit que Ciel II passa sa main dan ses cheveux, reprenant son souffle pour réfléchir à ce qu’il devait dire. Par la suite, il continua ses paroles, tenant à ce qu’il soit bien installé dans ses bras. Il poursuivit son écoute attentive.


« Je n’aime pas grand chose, juste des choses qui me semble pour le moins basiques de mon point de vue… J’aime mes proches : familles, amis, amour… J’aime le thé, mon manoir, la lecture, les longues promenades… Passer du temps avec toi et avec les personnes que j’aime… »

Ciel II aimait en effet des choses simples : ses proches, le thé, sa maison, la lecture, les promenades, et passer du temps avec ses êtres chers. Des choses basiques en effet.
Normales pour une personne normale on pourrait dire.
Il sourit en entendant son léger fou rire et ayant un sourire enfantin quand il rajouta :


« J’aime quand tu me proposes d’aller au restaurant mais la prochaine fois, j’espère ne pas finir saoul… »

Cela lui faisait plaisir de savoir que son invitation au restaurant l’avait plu, bien qu’il n’oublie pas ce qu’il avait fait après avoir été saoul. La scène en lui-même ne l’avait aucunement déplu mais il s’était sentit « objet de Ciel II » qui lui avait prononcé aucun mot d’amour, se contentant de l’entendre gémir.

« Ce que j’aime chez toi… Eh bien, comment te dire, tout ! J’aime tes bon comme tes mauvais côtés, ta partie sadique me fait un peu peur mais, ce n’est qu’une de tes nombreuses facettes cachées, comme ta partie brisée que j’accepte totalement… J’aime ton caractère, mais c’est assez dommage que je n’arrive pas à le cerner complètement parfois…»

Au moins, il l’avait accepté complètement, ce qui était bon signe.
Concernant son caractère, il était lunatique et imprévisible, ses réactions étaient souvent imprévus à ce qu’attendait de lui des personnes l’entourant, et ça lui était très souvent reproché. Pour le comprendre, il fallait se mettre à sa place, de sa vie, de ce qu’il ressentait, pour le comprendre. Il n’était pas aussi marginal que ça.
Bien qu’il était spécial à sa manière.
Le regard de Ciel II se posa sur lui.


« Et je ne parle pas de physique, je t’aime pour ce que tu es, brisé ou pas, malade ou pas… Moi, j’aime tout de toi, bien que je ne le fasse pas assez ou pas du tout montré parfois… Et pour ce que je pense de toi… Eh bien… hm…»

Concernant le physique, il savait qu’il l’aimait.
Il le trouvait même mignon quand il pleurait alors qu’il fallait s’occuper du moral et non du physique, réaction qui avait blessé Alois II qui se sentait aimé que pour son corps, et non parce qu’il était. La phrase de Ciel II le rassurait quand même : il l’aimait pour ce qu’il était, pas pour son corps, pas seulement pour son corps.
Ciel II avait malheureusement très peu montré qu’il l’aimait complètement.
Il se sentait poupée à ses yeux, non humain.
Mais depuis qu’il s’était rendue compte de ses erreurs passés avaient provoqués chez Alois II, choses que Ciel II avait complètement zappé, cela allait changer.
Alois II le laissa réfléchir ce qu’il pensait de lui, étant un temps de réflexion pour savoir comment le dire, et c’était ce qu’il voulait savoir par-dessus tout : le regard extérieur.


« Je pense que tu es une personne méritante à qui on doit le respect et qui mérite d’être aimé, cajolé et câliné… Et qui ne devrais pas souffrir autant que tout cela… »

Alois II se sentit enlever d’une peur interne. Il avait comprit cela, c’était magnifique.
Il avait comprit qu’il avait besoin d’amour car il était en manque d’affection, et était un vrai enfant en perdition… un enfant aussi où le destin était impitoyable alors qu’il n’avait rien faire. Ciel II finit ses dires par un sourire rassurant et doux envers Alois II qui lui rendit le sourire, tournant ensuite son regard vers Alois qui avait aussi tout écouté attentivement, le rassurant dans un sourire qu’il ne s’était point ennuyé.
Ciel II retourna son regard vers Alois II comprenant qu’il avait fini, et que c’était à son tour de parler, voulant savoir s’il avait bien argumenté, se sachant pas très doué pour l’argumentation ce qui était assez inquiétant pour un noble comme le Comte Phantomhive.
Alois II prit doucement la parole :


« C’est un bon début en terme d’argumentation. Et tu m’as bien aidé. Je suis touché et rassuré que tu m’aimes pour ce que je suis, et pas seulement pour mon corps comme je le pensais, vu que par le passé, j’avais l’impression d’être ta poupée. Concernant mon comportement, si certaines de mes réactions t’étonnent, essaye de te mettre à ma place, et tu remarqueras que mes réactions sont loin d’être inexpliquées ou décalées. Tu as du mal à savoir exactement ce que tu aimes chez moi en terme de traits de caractère parce que tu n’es pas très intéressé à moi, mais maintenant tu t’es prit en face la réalité du passé qui m’a fait souffrir par ton intérêt pour ta fiancée, tu vas vite te rattraper. »

Il eut un petit sourire, avant de reprendre :

« Concernant tes occupations, comme tu l’as dit, elles sont bien basiques. Je ne savais pas que tu aimais les promenades et que tu écrivais, pour la lecture, j’en étais sûr. Je suis sérieux de savoir quels moments importants se trouve dans ce fameux carnet. J’en ai un aussi sur lequel je me défoule sentimentalement quand vraiment j’ai trop mal au cœur…»

A sa dernière phrase, le ton de sa voix baissa un peu, devenant un peu triste avant de reprendre un ton normal, souriant à Ciel II attendant ce qu’il pensait de son verdict, car vu le sujet, la conversation ne faisait que commencer.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mar 16 Aoû 2011 - 22:38
Effectivement, le Ciel II détester être seul, il n’aimait pas se retrouver sans compagnie, à part quand il remplissait les papiers pour sa compagnie et qu’il demander du calme et de la tranquillité. C’est pour cela que les trois-quarts du temps, Ciel II laisser Alois II seul, à une époque, sa compagnie aller assez mal et il devait régler ce soucis passager.

Ciel II avait créé Ciel III pour qu’il prenne sa place auprès de Lizzy, mais ce dernier s’est pris un énorme refus de la part de la jeune fille, ainsi l’illusion fut abandonné et se retourna contre son maitre, apprenant à le connaitre et à l’apprécier… Le Comte Phantomhive III ne voulait pas pour autant rentrer dans les histoires son cher créateur, il ne l’aide que pour la compagnie et ne vient que pour parler à Célia et pour remplacer Ciel II quand il ne se sent pas très bien.LA création considéré plus son créateur comme son frère jumeau plutôt que celui qui l’avait créé... Maintenant Ciel II menait sa vie bien tranquille avec Célia, la belle-sœur de Ciel II. Et je suis presque certaine que Ciel III serait ravi de rencontrer l’amant de son créateur en personne…

L’adolescent aux cache-œil eut un sursaut en entendant les premières paroles de son amoureux chéri.


« Te prendre pour une poupée ? Tu es dingue… Jamais je ne ferais ça, ça ne me serait même pas venu à l’esprit… il secoua un peu la tête pour se remettre les idées en place et continua de parler au blondinet qu’il tenait dans ses bras tout en la câlinant tendrement pour qu’il se sente à l’aise. Et oui, c’est étonnant mais, je t’aime pour ce que tu es, je ne voudrais en aucun cas que l’on me change mon ange Alois II … Et il n’y a pas que le physique qui compte mais pour toi, tu t’es tout de suite fixé sur ça, pensant que je ne tenais compte que de ça… il reprit un peu son souffle, tout en regardant Alois II de temps à autres, et si je m’intéresse à toi mais, comme je suis long à la détente, je ne vois pas toujours tout donc, on me comprend assez mal au final… Et pour finir, oui je me suis prit la vérité en face, j’ai compris que si tu étais dans cet état, c’était en parti de ma faute, il prit une petite voix, presque un murmure…, je le m’en voudrait toute ma vie de t’avoir mis comme ça..., puis il reprit une voix normale, et je te le répète pour qu’il nie est pas de mal entendu je vous aime tous les deux de la même façon ! »

Il continua de caresser les cheveux de son amant, toujours aussi doucement pour ne pas le fatigué bien que je ne pense pas que ceci était une grande source de fatigue pour le blond…

« Oui, j’aime des choses basiques, je déteste le compliqué… Et si, j’aime mes longues promenades dans les jardins de mon manoir, cela me fait changer d’air et ça ne m’as fait pas de mal, je me fais aussi parfois des randonnées à cheval mais, c’est une autre histoire… Et effectivement, je lis énormément… c’est comme une sorte de passion, il vira un peu au rouge quand il remarqua que Alois II c’était attardé sur l’histoire du carnet… Pour le carnet, ce n’est rien de très important, juste des choses que je ne veux pas oublier alors, je les mets sous écrit pour en avoir une trace, un souvenir ou un rappel… Par exemple, j’ai pris une bonne dizaine de page pour un évènement qui m’a marquer mais, je ne tiens pas à le raconté, acheva t’il le sujet avec un fou rire... Et je me douter que tu le faisais aussi mon cher… Tu fais toujours des choses dans ces genres-là. »

Il reprit son ruban dans les mains, l’enroulant autour de ses doigts pour se détendre un peu… La tension commencée à monter pour lui qui n’avait pas l’habitude de parler autant. Tout seul contre deux Alois, il faut dire que cela stresser un peu notre cher Comte Phantomhive II.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mer 17 Aoû 2011 - 18:04
Alois II remarqua bien que ses premières paroles le fit sursauter, mais c’était le ressenti qu’avait éprouvé le jeune blondinet à force d’être laissé toujours seul, voir laissé de côté quand il allait très mal.

« Te prendre pour une poupée ? Tu es dingue… Jamais je ne ferais ça, ça ne me serait même pas venu à l’esprit… »

Il se secoua la tête pour reprendre ses esprits, visiblement choqué de ce qu’il venait d’apprendre, reprenant ses caresses pour rendre à son aise Alois II.

« Et oui, c’est étonnant mais, je t’aime pour ce que tu es, je ne voudrais en aucun cas que l’on me change mon ange Alois II … Et il n’y a pas que le physique qui compte mais pour toi, tu t’es tout de suite fixé sur ça, pensant que je ne tenais compte que de ça… »

Non, le physique n’était pas autant sa priorité excepté pour ses cibles où la personnalité de ces dernières, il s’en contrefichait royalement. Il n’avait rien d’étonnant à ce que Ciel II l’aime tel qu’il était, sinon ça ne se serait guère du vrai amour. Il ne s’était fixé dans cette idée parce que les évènements passées le prouvaient, Ciel II avait juste omit ce détail très important.
Alois II n’avait rien à se reprocher sur ce côté-là, il avait tenu compte du moral de Ciel II.
Mais pas l’inverse.

Ciel II reprit son souffle, regardant de temps à autre Alois II tout en continuant :


« Et si je m’intéresse à toi mais, comme je suis long à la détente, je ne vois pas toujours tout donc, on me comprend assez mal au final… Et pour finir, oui je me suis prit la vérité en face, j’ai compris que si tu étais dans cet état, c’était en partie de ma faute. »

Alois II baissa légèrement le regard aux premières phrases de Ciel II, sentant les poignards intérieurs lui rejouer des tours dans son esprit. Il ne pouvait juste demander ce qu’il ne comprenait pas au lieu d’essayer de tout comprendre tout seul et de se tromper…
S’intéresser à lui, c’était facile à dire aux yeux de l’adolescent blond complètement perdu moralement. Peut-être que maintenant si, mais avant, c’était loin d’être le cas…
C’était le seul avantage de l’état où il était, la prise de conscience de Ciel II qui risquait sans doute d’être la dernière. Alois II se sentait très bien dépérir, sa vie douloureuse se détruisait d’elle-même et dans tout son organisme.
Tout simplement parce qu’il avait reçue une douleur de trop qui avait déclenché cette maladie…
Alois II entendit Ciel II murmurer d’une toute petite voix :


« Je m’en voudrais toute ma vie de t’avoir mis comme ça...»

Il reprit d’un ton normal :

« Et je te le répète pour qu’il n’est pas de mal entendu je vous aime tous les deux de la même façon ! »

Ca, Alois II le savait bien qu’il avait vraiment du mal à le voir.
Il apprécia les caresses sur ses cheveux, essayant de ne pas trop prêter attention à son corps faible qui avait du plus en plus du mal à bouger même quand Alois était là.
A travers leur conversation, il essayait d’oublier son esprit confus qui voulait que cette horrible douleur morale et physique s’arrête.


« Oui, j’aime des choses basiques, je déteste le compliqué… Et si, j’aime mes longues promenades dans les jardins de mon manoir, cela me fait changer d’air et ça ne m’as fait pas de mal, je me fais aussi parfois des randonnées à cheval mais, c’est une autre histoire… Et effectivement, je lis énormément… c’est comme une sorte de passion. »

Sourire d’Alois II heureux, qui s’élargit en voyant les rougissements de Ciel II par rapport à son insistance.

« Pour le carnet, ce n’est rien de très important, juste des choses que je ne veux pas oublier alors, je les mets sous écrit pour en avoir une trace, un souvenir ou un rappel… Par exemple, j’ai pris une bonne dizaine de pages pour un évènement qui m’a marqué mais, je ne tiens pas à le raconter » Cloutera Ciel II sur ce sujet avec un fou rire.

Petite mine déçue d’Alois II.


« Et je me doutais que tu le faisais aussi mon cher… Tu fais toujours des choses dans ces genres-là. »

Toujours des choses de ce genre là ? Peut-être vu qu’il était imprévisible.
Mine déçue qui s’élargit un peu. Il s’en doutait, mais cela ne l’intéressait pas de savoir ce qu’il pensait apparemment, vu ce qu’il écrivait mettait en valeur ses pensées.
Alois II nota que Ciel II paraissait mal à l’aise d’avoir deux Alois en face de plus.
Il se su rien qu’à le voir enrouler son nœud autour de ses doigts pour se détendre.
Alois II rassura de sa toute petite voix faible, seule voix qui lui restait :


« Ne soit pas stressé. Alois ne va pas te manger, il est là pour que je puisse bouger et voir un peu. Fait comme s’il n’était pas là, et que nous étions que toi et moi s’il te gêne. Je ne pense pas qu’il interviendra dans notre discussion. »

Petit temps de pause pour tousser avant de reprendre :

« Il n’y a que le physique que je le regarde, mais par le passé, j’ai eu l’impression qu’il n’y avait que ça qui t’intéressait vu que tu n’étais jamais là quand j’allais mal…et puis, tu m’as tellement laissé seul que j’ai de quoi me poser la question si c’est ma présence ou ce que je suis qui t’intéresse. Montre davantage que tu t’intéresses à moi. »

Nouvelle coupure pour tousser.

« Concernant mon état, maintenant que j’y suis, tu devras vivre avec…en espérant que je n’irais pas faire un saut dans le néant bien que c’est bien partit pour…concernant ton amour pour toi et l’autre, je sais que tu nous aimes de la même façon, mais à en juger par le passé, tu l’as toujours mieux comblé que moi…ça se voit que tu détestes le compliqué, et c’était quasiment sûr que la lecture chez toi, c’est une vraie passion. Je suis déçu pour le carnet, je penserais que tu accepterais que je le lise, et que même si tu savais que je le faisais, que tu t’en intéresses davantage…ce n’est pas une pâle copie de ce que je vis, je met aussi ce que je pense et que je n’ai jamais, et que je ne dirais jamais tout haut…»


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Jeu 25 Aoû 2011 - 17:11
« Ne soit pas stressé. Alois ne va pas te manger, il est là pour que je puisse bouger et voir un peu. Fait comme s’il n’était pas là, et que nous étions que toi et moi s’il te gêne. Je ne pense pas qu’il interviendra dans notre discussion. »

Le Comte au cache œil regarda Alois pour ses premières paroles, il hocha un peu la tête…

« Je sais qu’il ne me fera rien, mais j’ai bien peur que notre conversation l’ennuie... Et je sais qu’il est là pour te permettre de t’aider à bouger et à voir… Et ce serais assez égoïste de l’ignorer, ce serais assez aimable de le laisser participer aussi, c’est ton gémaux au dernière nouvelle, ça le concerne un peu aussi… »

Il laissa Alois II tousser, pensant que ce dernier commencer à fatigué à force de trop parler.

« Il n’y a que le physique que je le regarde, mais par le passé, j’ai eu l’impression qu’il n’y avait que ça qui t’intéressait vu que tu n’étais jamais là quand j’allais mal…et puis, tu m’as tellement laissé seul que j’ai de quoi me poser la question si c’est ma présence ou ce que je suis qui t’intéresse. Montre davantage que tu t’intéresses à moi. »

« Le passé reste le passé, j’ai fait des erreurs j’en ai conscience et je le regrette, mais je ne veux aucun pardon, preuve que je suis conscient de mes acte tout de même ! Et je m’excuse de n’avoir jamais été la quand tu avais vraiment besoin de moi, parfois je ne savais pas pourquoi je ne venais pas. Et je le montre déjà, mais si il faut je le ferais encore plus»

Il le laissa encore tousser, commençant à s’inquiéter.

« Concernant mon état, maintenant que j’y suis, tu devras vivre avec…en espérant que je n’irais pas faire un saut dans le néant bien que c’est bien partit pour…concernant ton amour pour toi et l’autre, je sais que tu nous aimes de la même façon, mais à en juger par le passé, tu l’as toujours mieux comblé que moi…ça se voit que tu détestes le compliqué, et c’était quasiment sûr que la lecture chez toi, c’est une vraie passion. Je suis déçu pour le carnet, je penserais que tu accepterais que je le lise, et que même si tu savais que je le faisais, que tu t’en intéresses davantage…ce n’est pas une pâle copie de ce que je vis, je mets aussi ce que je pense et que je n’ai jamais, et que je ne dirais jamais tout haut…»

« Et je m’inquiète de ton état, je sais que je devrais vivre avec ça jusqu’à ma mort, voir plus loin sans doute … Et tu n’iras nulle part, tout ira bien, tu guériras même si cela sera long tout de même… Et je pense qu’il n’est plus neccésaire de parler de ma relation avec Lizzy, nous avons tout dit il me semble… Même quand Frédérique sera née, je serais la, avec toi, fit Ciel II avec un petit sourire rassurant à Alois II… Et je n’évite pas le sujet, loin de la… Je hais le compliqué, je déteste le simple, et je compte bien finir ma vie près de mes proche plutôt qu’entourer de chose somptueuse ou choses dans le genre, je veux continuer de vivre en fessant et entouré de choses simple… Et la lecture n’est qu’un stupide passe-temps, pas une passion. Et le carnet, c’est mon journal intime, certes, tu le liras un jour mais, pas aujourd’hui… Mais je te promets de le te laisse le feuilleter bientôt. Et serte pour ton carnet, je le lirais aussi volontiers mais, serte chose doivent et devrons rester secrète, ce n’est pas bon de tout savoir de quelqu’un, car s’en ça, la personne n’est plus du tout intéressante à nos yeux »


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mer 31 Aoû 2011 - 15:38
Alois II décrocha un petit sourire rassuré en voyant Ciel II hocher la tête, Alois lui souriant tendrement étant regardé par le concerné.
Le Sorcier du Purgatoire préféra laisser son amoureux parler avant de prendre la parole.


« Je sais qu’il ne me fera rien, mais j’ai bien peur que notre conversation l’ennuie... Et je sais qu’il est là pour te permettre de t’aider à bouger et à voir… Et ce serais assez égoïste de l’ignorer, ce serait assez aimable de le laisser participer aussi, c’est ton gémeau aux dernières nouvelles, ça le concerne un peu aussi… »

Ciel II pouvait se rassurer. Ce n’était pas la conversation qui allait l’ennuyer.
Et puis, il avait fini par avoir l’habitude d’être mit en second plan, l’état de son gémeau étant prioritaire. Alois participait seulement quand il trouvait que c’était nécessaire.
Concernant son importance sur le sujet, il était entièrement concerné, et suivait tout à sa manière.


« Le passé reste le passé, j’ai fait des erreurs j’en ai conscience et je le regrette, mais je ne veux aucun pardon, preuve que je suis conscient de mes actes tout de même ! Et je m’excuse de n’avoir jamais été là quand tu avais vraiment besoin de moi, parfois je ne savais pas pourquoi je ne venais pas. Et je le montre déjà, mais s’il faut je le ferais encore plus»

La première phrase les différenciait clairement.
Ciel II avait fait une croix sur son passé, ce qui n’avait pas été le cas d’Alois II qui restait enfermé dedans vu que sans cela, son existence même disparaissait dans ce monde.
Son présent n’était qu’un prolongement sans fin de son passé, qui le ramenait à ce dernier.
C’était une bonne chose que Ciel II en avait prit conscience, et le regretter.
Pour le pardon, Alois II avait tranché : il n’y aurait pas, du moins, pas directement.
Tout ce que Ciel II n’avait pas fait par le passé, il devait le faire maintenant.
Concernant ses absences, le fait qu’il ne le savait pas pour certains cas ne l’excusait pas.
Question le montrer, le Comte Phantomhive II devait le montrer, le plus qu’il pouvait.


« Et je m’inquiète de ton état, je sais que je devrais vivre avec ça jusqu’à ma mort, voir plus loin sans doute … Et tu n’iras nulle part, tout ira bien, tu guériras même si cela sera long tout de même… Et je pense qu’il n’est plus nécessaire de parler de ma relation avec Lizzy, nous avons tout dit il me semble… Même quand Frédérique sera née, je serais là, avec toi,[i] fit Ciel II avec un petit sourire rassurant à Alois II…[/i] Et je n’évite pas le sujet, loin de là… Je hais le compliqué, je déteste le simple, et je compte bien finir ma vie près de mes proches plutôt qu’entouré de choses somptueuses ou choses dans le genre, je veux continuer de vivre en fessant et entouré de choses simples… Et la lecture n’est qu’un stupide passe-temps, pas une passion. Et le carnet, c’est mon journal intime, certes, tu le liras un jour mais pas aujourd’hui… Mais je te promets de le te laisse le feuilleter bientôt. Et certes pour ton carnet, je le lirais aussi volontiers mais, certaines chose doivent et devrons rester secrètes, ce n’est pas bon de tout savoir de quelqu’un, car sans ça, la personne n’est plus du tout intéressante à nos yeux »

Alois II était rassuré que Ciel II se souciait de son état, il ne pouvait pas le dénier.
C’était le nouveau fardeau du Comte Phantomhive II l’état du gémeau d’Alois, et ça le resterait indéfiniment.
Concernant sa guérison, elle était vouée à être longue, mais certaine.
Bien qu’il y aurait des sacrifices à faire, et ce n’était pas prêt d’aller bien.
Ciel II étant sensible et connaisseur de cette vérité là, Alois II en tenait pas trop à la ramener au tapis. Pour la relation avec Lizzy, en effet, ils avaient tout dit sur la chose.
Il était rassuré que la naissance du bébé n’allait rien changer par rapport au couple bien que le Comte Phantomhive II aura des responsabilités de père à gérer, ce qui n’était pas rien.
Sur ces souhaits de fin de vie, Alois II n’avait rien à dire.

Concernant leur occupation, leur point de vue était divergeant.
Ciel II s’occupait de tuer son ennui sans trop de passion en dessous, ce lui le différenciait d’Alois II qui s’y intéressait pleinement.
Il était assez heureux de pouvoir lire un jour le journal de Ciel II, et que ce dernier en ferait de même. Bien que la dernière phrase de son amoureux le surprenait.
Il parla enfin :


« Ne t’inquiète pas, ce n’est pas notre conversation qui va l’ennuyer, au contraire. Il parlera quand il verra quand ça en vaux la peine, et il nous écoute vu qu’il est tout concerné dans cette affaire. Question le pardon, tu n’en auras pas je te rassure. Tu as la chance de pouvoir faire un trait sur ton passé. Ca, c’est bête de ne pas se souvenir de pourquoi tu ne venais pas. N’hésite pas à le montrer maintenant. Pour ma maladie, c’est devenu ton nouveau fardeau. Espérons que tout ira bien. Ca ma rassure par rapport à ton gosse. Oh, nos avis sont différents sur le sujet…je suis ravi que je pourrais lire ton journal une fois, et inversement. Pour ma part, tout savoir d’une personne ne gâche pas à mes yeux son intérêt. »


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Sam 10 Sep 2011 - 11:11
Le comte Phantomhive ayant fini de parler, attendait la réponse de son blond adoré, tout en attendant, il continuer de lui caresser d’une manière bien tendre ses doux cheveux couleur or. Il se redressa un peu pour pouvoir entendre les phrases de sn amoureux tout en continuant de le câliner, sachant qu’il adorer ses rares moments.


« Ne t’inquiète pas, ce n’est pas notre conversation qui va l’ennuyer, au contraire. Il parlera quand il verra quand ça en vaut la peine, et il nous écoute vu qu’il est tout concerné dans cette affaire. Question le pardon, tu n’en auras pas je te rassure. Tu as la chance de pouvoir faire un trait sur ton passé. Ça, c’est bête de ne pas se souvenir de pourquoi tu ne venais pas. N’hésite pas à le montrer maintenant. Pour ma maladie, c’est devenu ton nouveau fardeau. Espérons que tout ira bien. Ca me rassure par rapport à ton gosse. Oh, nos avis sont différents sur le sujet…je suis ravi que je pourrais lire ton journal une fois, et inversement. Pour ma part, tout savoir d’une personne ne gâche pas à mes yeux son intérêt. »

Ciel II, ayant bien écouté Alois II, avec attention, eu du réfléchir un peu avant de lui répondre. Il regarda un court instant Alois puis retourna son regard vers Alois II.

« Je ne m’en inquiète pas du tout mais, il a l’air de s’ennuyer à mourir ici. Il en parlera quand il en aura envie surtout, enfin, c’’st ce que je pense. Et je ne vois pas vraiment en quoi ça le concerne, à part que c’est ton gémaux. »

Il reprit un petite sourire et continua son très court discourt qu’il venait d’entamer.

« Pour le pardon, je comprends, et pour le trait sur le passé, ne pense pas que c’est si simple que ça, oh que non, ça ne l’est pas ou plutôt, ça ne l’est pas été mais, j’ai renoncé au passé pour vivre dans le présent, et je suis belle et bien là. Même sachant que je ne suis qu’une stupide création, je suis bien content d’exister »

Il laissa un soupir s’échapper pour la suite et continua de caresser les cheveux d’Alois II, très calmement.

« Je m’excuse encore une fois et je le ferais plus montrer bien que, comme tu l’a remarqué, je change un peu plus chaque jour maintenant… Enfin, j’espère. »

Il ne préféra pas parler de la maladie de son cher Alois II, ne voulais pas de nouveau casser l’ambiance de la chambre ou il se trouvait, et de toute façon, il avait assez fait le tour de ce sujet il me semble.

« Et je ne parlerais pas de mon enfant devant toi e toute façon, et je change mes dire, ce n’est pas tout ira bien mais, tout va bien. Et tout savoir d’une personne, ça n’a aucun avantage de toute façon, non, aucun »


Contenu sponsorisé




 

L'amour, une chose bien compliquée suite [PV Alicia]

Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» « L’amour fantasmé vaut bien mieux que l’amour vécu. Ne pas passer à l’acte, c’est très excitant. »
» L'amour est un bien étrange sentiment et tu l'as compris.
» Quelque chose de compliqué à dire mais de facile à ressentir (Lunayä-Toshiro)
» Dragon? Vous Avez Bien Dit Dragon? (suite) [pv: Elena Peas]
» L'amour c'est bien mais il ne faut pas oublier sa famille. w/talya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le cimetière général :: Topics de RPG abandonnés-