AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  RechercherRechercher  GroupesGroupes  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion      

Partagez | 
 

 Les Jumeaux Phantomhive



avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Mer 3 Aoû 2011 - 10:45
Je poste le premier chapitre de ma fiction.

Chapitre 1 : Une rencontre improbable

« Un manoir en flamme, deux jumeaux courant pour sauver leurs vies. Des gens masqués se défoulant sur eux, des cris et des pleurs. »

Voilà ce dont la jeune Night rêvait chaque nuit depuis 2 ans. Elle se réveilla en sursaut, sa collègue vint près d'elle.
- Night ? La prénommée leva la tête. Toujours les cauchemars ? Elle hocha la tête. Tu ne veux rien me dire.
- C'est du passé, Elisa. Il faut que l'on prépare le réveil des maîtres, dit-elle en se levant.

Night est une jeune fille de 12 ans qui travaille chez les Parkinson depuis 2 ans. Elle porte de long cheveux gris ardoise et des yeux bleus. Elle a un tatouage en forme de pentacle sur la nuque qu'elle dissimule avec un foulard. Dans le manoir, il y a lord Théophile et son fils Donatien. Lady Parkinson est morte avant son arrivée. Donatien a 17 ans et n'a pas de fiancée. Il n'y a que 4 domestiques : Night, Elisa, Charles (valet de Donatien) et Edgar (cuisinier et cocher).
Elisa se débarbouilla tandis que Night se demanda pourquoi elle faisait encore ce rêve. Ses parents ainsi que son jumeau avaient péri dans l'incendie.
- Night ! La jeune fille sursauta. Désolé mais tu peux y aller, répondit sa collègue.
- Ce n'est rien, j'étais perdu dans mes pensées.
Elle se leva et mit son uniforme avant de se diriger vers la cuisine pour préparer le petit-déjeuner avec Elisa et Edgar. Charles était déjà dans la cuisine.
- Bonjour, firent les filles.
- Bonjour Night, Elisa, répondit Charles. Bien dormi ?
- Oui, mais pas Night, dit Elisa.
- Encore ces cauchemars ? demanda Edgar.
- Je m'y habitue. Je vais réveiller les maîtres, dépêchez-vous de finir !
- Bien, Night !
La jeune domestique monta pour réveiller lord Théophile. Elle toqua avant de rentrer dans la chambre où régnait une odeur de sang et de sexe. Il n'y avait personne dans le lit sauf le concerné.
- Bonjour, maître ! Il faut vous réveiller, dit-elle d'une voix calme en tirant les rideaux.
- Viens me faire plaisir, Nighty, répondit le lord d'une voix endormie.
Elle ne voulait pas, bien sûr, mais elle savait ce qu'elle risque à désobéir. Au début, elle protesta mais son corps est couvert aujourd'hui de fines cicatrices, donc elle s'approcha. Elle poussa le drap, le lord dormait nu, son sexe à demi dressé. Elle se mit à genoux et le prit en main, le branla un peu avant de le mettre en bouche. Elle fit quelques mouvements de va-et-vient avant que son maître se vide dans sa bouche. Elle avala avant de se lever.
- C'est bien, Nighty. Va réveiller mon fils, j'arrive, dit-il avant de la congédier de la main.
- Bien, maître, répondit-elle avant de s'incliner et de sortir de la pièce.
Elle se dirigea vers la chambre du jeune Donatien, les larmes aux yeux, comme d'habitude. Elle a l'impression de trahir son jumeau, Ciel qu'elle aime de tout son cœur. Elle toqua et entendit un « Entre, Night ! ». Elle pénétra dans la pièce, Donatien était déjà assis au bord du lit.
- Night, c'est mon père ? demanda-t-il avant de l'inviter à s'asseoir à ses côtés.
- Oui, maître.
- Donatien, pas maître. Tu le sais bien quand on est seul, tu peux m'appeler par mon prénom. Tu as une petite mine, je trouve. Encore ces cauchemars ? Et tu ne veux rien me dire encore.
- Oui. C'est du passé, Donatien.
- Ton anniversaire est quand ? Elle le regarda avec de grands yeux.
- Pourquoi cette question ?
- Je me suis dit que depuis que tu es là, je ne sais toujours pas ta date de naissance, c'est tout.
- Dans un mois, le 14 décembre.
- Tu n'es jamais sortir du manoir, n'est-ce pas ?
- Non, votre père me l'a interdit.
- Alors, je crois avoir le cadeau idéal. Elle allait protester quand Donatien lui un doigt devant la bouche. Il faut mieux descendre. Pars en premier, je te rejoins.
Night descendit en pensant au « cadeau » de Donatien : sortir du manoir. Même avant, elle ne sortait jamais de la propriété. Elle ne voulait pas, pas sans lui. Elle arriva dans la salle à manger où lord Théophile était déjà attablé.
- Où est mon fils ?
- Il arrive, maître. Donatien arriva à ce moment.
- Bonjour, père. Il s'asseyait avant de commencer à manger.
- Night, il y aura le majordome de la maison Phantomhive qui doit venir chercher un paquet qui se trouve dans mon secrétaire. Tu lui remettras en main propre. La jeune fille n'écouta plus, Phantomhive ! Night ! Elle sursauta.
- Pardon maître.
- Il doit passer dans la matinée, nous ne serons pas là.
- Bien maître.
Les deux hommes finirent leur repas puis partirent avec Charles et Edgar. il ne restait plus que les deux servantes. Elles firent la vaisselle.
- Elisa, tu feras les chambres, dit Night.
- Ok, Night. Elle alla à l'étage.

Est-ce possible que son frère a pu survivre ? Au plus profond de son coeur, elle le savait et son tatouage le prouvait mais elle devait jamais approcher son jumeau, rester dans l'ombre pour ne pas le salir avec son "impureté".
Elle entendit la sonette et alla ouvrir. Un homme aux cheveux ébènes et aux yeux carmins était à la porte. Il la regarda avec étonnement puis intérêt.
- Je suis Sebastian, le majordome des Phantomhive, dit-il.
- Oui, mon maître m'a prévenu. Veuillez me suivre, je vais la chercher.
Ils montèrent à l'étage où Elisa était en train de nettoyer les pièces, elle les apperçut.
- Qui est-ce, Night ? demanda-t-elle, curieuse.
- Le majordome d'un client du maître. Continue le travail !
Elle hocha la tête, ils continuèrent jusqu'à une porte. La jeune fille ouvrit la porte, prit une clé dans l'un des tiroirs dans le bureau et se dirigea vers le secrétaire qu'elle ouvrit. Elle en sortit un paquet qu'elle confia au majordome.
- Tenez ! Je peux vous poser une question.
- Oui, laquelle ?
- Je croyais que tous les Phantomhive avaient péri dans l'incendie de leur manoir, il y a deux ans. Alors, comment se fait-il...
- Que je sois à leurs services ? Elle hocha la tête. Le comte Phantomhive est l'unique survivant. Ses parents sont morts. Puis- je vous dire une chose ?
- Oui, allez-y.
- Vous lui ressemblez beaucoup.
- Ah bon ? Je ne savais pas, je ne sors jamais d'ici.
- Je crois que je vais vous laisser. Il commença à faire demi-tour mais Night le retenit.
- Attendez ! Il se retourna vers elle. Vous pouvez remettre quelque chose au comte. Elle retira l'anneau qu'elle avait au doigt. Tenez, faites-y attention, il est important pour moi. Sebastian allait parler mais la servante interropit. Faites-le !
- Bien mais vous me devez des explications. Elle hocha la tête et le raccompagna vers la porte d'entrée. Au revoir, Night !
- Au revoir !
Elle referma la porte en de demandant si c'était une bonne idée de lui confier son anneau. C'est le dernier cadeau que son jumeau lui est fait.
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Ven 5 Aoû 2011 - 16:40
Voilà la suite, bonne lecture !

Chapitre 2 : Une révélation étrange

Le majordome pensait à cette jeune fille, Night. Elle ressemblait à son maître et lui avait confié un anneau à lui montrer. Il arriva au manoir quand il aperçut les trois employés : Finny, Bard et May Linn en train de l'attendre.
- Que se passe-t-il ? demanda-t-il.
- Rien, Sebastian. Nous avons fini les tâches que vous nous avez conifiés, dirent-ils en choeur.
- Bien.
Le diable de majordome monta vers le bureau de comte, il frappa à la porte et attendit.
- Entrez, dit-on de l'autre côté.
Il entra dans la pièce où un jeune garçon de douze ans était attablé à un bureau. Son maître leva la tête.
- Sebastian, as-tu la marchandise ? demanda-t-il.
- Oui, my lord, répondit-il avant de s'incliner. Puis-je vous dire une chose ? demanda-t-il avec un petit sourire. Le comte parut surpris mais acquierça. Au manoir Parkinson, j'ai rencontré une jeune personne vous ressemblant étrangement, maître. Il aperçut son maître le regarder avec de grands yeux, il continua. Elle pensait que tous les Phantomhive morts mais je l'informai du contraire. Elle me demanda également de vous montrer quelque chose. Il sortit de sa veste l'anneau qu'il tendit au comte, qu'il le prenna délicatement.

Le comte observa le bijou en se demandant si l'impossible s'était produit. Est-ce que sa jumelle pouvait avoir survécue ? Cette bague était frappée des armoiries familiales et gravé du nom qu'il avait choisir pour elle : Lice.
- Sebastian, t'a-t-elle dit son nom ?
- Oui, Night. Pourquoi, vous la connaissez, jeune maître ? Le comte se leva et alla près de la fenêtre. Il garda le silence quelques instants avant de répondre.
- Oui, je la connais très bien. Mais, je la croyais qu'elle était morte, dit-il d'une voix émue.
Sebastian était étonné, le comte était maître de ses émotions. Il ne montrait jamais ses faiblesses alors que maintenant le majordome perçut de la tristesse dans sa voix. Mais, qui est-elle ?

POV Night
Quand Sebastian quitta le manoir, Elisa vient me rejoindre.
- C'est qui ? demanda-t-elle.
- Je te l'ai déjà dit, répondis-je, énervée.
- Je sais, pas la peine de t'énerver. Mais, le nom ?
- Phantomhive.
- Le fabricant de jouet et de confiseries ? !
- Oui !
On entendit la voiture arriver. Nos maîtres arrivèrent de bonne humeur.
- Night ! Suis Donatien, il a besoin de tes services, dit Lord Théophile. Je m'inclinai.
- Oui, maître. Je suis son fils jusqu'à sa chambre. On s'installa sur son lit.
- J'ai rencontré la femme de ma vie.
- Ah bon, comment elle s'appelle ? Donatien se confie souvent à moi, pourquoi je ne sais pas ?
- Marie, elle est blonde avec de magnifiques yeux chocolat.
- Mais ?
- Elle est prostituée.
- Aïe, comment vous allez faire ?
- Je ne sais pas, et toi, qu'est-ce qui s'est passé ?
- Rien, Donatien, lui répondis-je avec un petit sourire.
- On dirait que tu as appris une bonne nouvelle. Tu souris rarement.
- On peut dire ça. puis-je vous dire un secret ? dis-je avec un grand sérieux.
- Oui, bien sûr. Vas-y !
- J'ai oublié de vous dire quelque chose sur moi. Vous connaissez le comte Phantomhive ?
- De nom mais je ne l'ai jamais vu. C'est son majordome qui est passé tout à l'heure. Pourquoi ?
- Oui, c'est lui. Parce que ... je suis sa soeur. Donatien me regarda avec de grands yeux.
- Tu es quoi ?
- Je m'appelle Nightmare Phantomhive, la soeur jumelle du comte Ciel Phantomhive.
- Pourqoui tu es là, alors ?
- Je le croyais mort avant que son majordome ne me dise le contraire.
- Le sait-il ?
- Je pense que oui, j'ai confié à son domestique un objet que je suis la seule à posséder.
- Il va venir te chercher, à ton avis.
- Je ne sais pas.
- Ma pauvre Night, tu as dû supporter les sévices de mon père. Tu sais quoi, je crois qu'il devait le savoir. C'est pourquoi il ne te laissait pas sortir.
- Peut-être. Il me prenna les mains, me forçant à le regarder.
- Je ferais tout ce que je pourrais pour que tu sors d'ici, Nightmare.
- Pas ce prénom-là, je le déteste. Appelez-moi, Lice. C'est le prénom que mon frère a choisi pour moi.
- D'accord, Lice.
Fin POV

- Maître, qui est cette Night ? demanda Sebastian.
- Ma soeur.
- Vous avez une soeur. Vous n'avez jamais parlé d'elle, jeune maître.
- C'est un sujet douleureux, Sebastian.
- Vous êtes sûr que cette fille soit celle que vous espérez, dit -il avec un petit sourire. Le comte commença à se mettre en colère.
- Tu vois, cette bague. Je lui ai offret à notre 10e anniversaire.
- Excusez, my lord, répondit-il en s'inclinant. Vous êtes donc jumeaux ?
- Oui, malheureusement. Il vit l'air étonnée de son majordome. Mon père l' a appelée Nightmare car une légende famiale raconte que quand deux jumeaux de sexe opposé naissent, ils s'aimèrent de façon incesteuse. Je crois que tu comprends maintenant.
- Oui, votre père a caché son existence pour empêcher le déhonneur.
- Mais, cela devait arriver, dit le comte. Seul, mes parents, ma tante Frances et la Reine sont au courant de l'existance de Lice.
- Lice ? Vous l'aimiez déjà ?
- C'est le nom que j'ai choisi pour elle, un anagramme de mon prénom et oui, je l'aime. Elle va bien ? Sebastian réfléchit.
- Je pense que oui, mais on dirait que je lui doit obéissance comme à vous.
- Peut-être que mon père avait raison. Il pensait que l'on partagait la même âme, cela pourrait expliquer ça.
- Il est très rare qu'une âme se scie en deux pour intégrer deux corps. Elle devrait avoir le sceau ?
- Oui, possible. le comte retouna à son bureau pour écrire une missive qu'il cacheta avant de la confier à son majordome. Fais porte ceci à lord Parkinson, rapidement.
- Yes, my lord, répondit Sebastian avant de s'incliner et de sortir de la pièce.
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Invité

Invité



Ven 5 Aoû 2011 - 17:31
Elle est vraiment intéressante ta fiction. J'ai hâte de lire la suite.


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Ven 5 Aoû 2011 - 17:33
Merci, Sebastian ! géné
Voilà la suite !


Chapitre 3 : Une soirée étonnante (partie 1)

Raiting : mention de viol et de violence.

Au bout d'une heure, Donatien et Night sortirent de la pièce. La servante partit pour la cuisine pour aider, Elisa et Edgar étaient en train de préparer le repas.
- Vous avez besoin d'aide ? demanda Night.
- Non, c'est bientôt fin, dit le cuisinier avant de rajouter la touche final au plat. Prenez cela, rajouta-t-il en tenant les assiettes aux filles.
Elles les prirent et se dirigèrent vers la salle à manger où les maîtres attendèrent. Elle le servirent quand la sonnette se fit entendre.
- Night, va voir ! ordonna lord Théophile.
- Oui, maître, répodit-elle en s'inclinant, Elle alla vers la porte, qu'elle ouvrit pour découvrir Sebastian.
- Bonjour miss Lice, dit-il en s'inclinant.
- Bonjour, que faites-vous ici et seul ?
- Je dois donner une lettre de mon maître à lord Parkinson. Mon jeune maître m'a tout expliqué.
- Ah bon ?
- Oui, puis-je vous poser une question ? Night hôcha la tête. Avez-vous un dessin qui a soudain apparu sur vous ?
- Oui, celui-là, dit-elle en défaisant son foulard.
Sebastian apperçut le sceau du pacte sur sa nuque, son jeune maître et sa soeur paratge la même âme. Il l'effleura du bout des doigts. Donatien arriva à ce moment, se mit près de la porte et observa la scène de loin.
- Votre frère a une marque identique à celle-ce à un autre endroit, rajoutant-il en remontant ses doigts vers la joue. Vous savez qu'un jeune homme nous observe, murmura-t-il à son oreille. Tenez, pouvez-vous donner ceci à lord Parkinson, my lady, finit-il en liu tentant del'autre main la lettre.
- Oui, vous avez lu son contenu ?
- Non, mais faites confiance à votre frère.
- Je le fais déjà, Sebastian. Au revoir.
- Au revoir, my lady, en s'inclinant. Il s'en alla, Night ferma la porte.
- Tu veux que je lui donne, Lice ? murmura Donatien à l'oreille de la servante. Elle se retourna pour liu faire face.
- Vous nous espionnez depuis longtemps ?
- Non, je sais seulement que tu dois donner une missive à mon père. Passe-la, moi ! Elle lui remit l'enveloppe. Viens on va savoir son contenu. Ils revenèrent dans la pièce, Donatien s'approcha de son père. Il y a une lettre pour vous, père. Il lui tendit, lord Théophile la décacheta et la parcourut des yeux.
- Night, prévient Edgar. Il y aura une personne de plus à souper.
- Bien, maître.
- Père, que dit cette lettre ? demanda Donatien.
- Le comte Phantomhive veut me voir pour me parler de choses importantes. Je vais lui indiquer qu'il peut venir ce soir. Elisa, va me ramener de quoi écrire. Elle hôcha la tête avant d'aller dans son bureau et de revenir avec le nécessaire. Il écrivit quelques minutes avant de le confier à Charles. Apporte cela au comte. Le domestique partit faire sa mission.

Lord Théophile demanda à Egdar de l'amenr dans les bas quartiers pour se détendre, il proposa à son fils de l'accompagner. Celui-ci refusa ploiment, son père partit donc seul. Pendant ce temps, Elisa partit faire le nettoyage des pièces importantes tandis que Night débarassa la table, fit la vaisselle. Un plus tard, Donatien arriva dans la pièce.
- Ca va, Lice ? Elle se retourna pour le voir.
- Ah, c'est vous. Oui, ne vous inquiétez pas. Il la souleve pour l'asseoir sur le plan de travail, heureusement vide de toute vaiselle. Hé, descendez- moi de là !
- Non ! Je sais que cette soirée va être dure pour toi. Promet-moi de partir avec ton frère. Elle baissa la tête.
- Non, il ne faut pas qu'il salisse le nom des Phantomhive en ayant une soeur servante. Donatien redressa sa tête.
- Ne dis pas ça ! Tu es du même sang que lui, il ne va pas de laisser avec mon père. Il ne fera pas lamême erreur que moi.
- Un sang impur, voilà ce que l'on a. Qu'est-ce que vous racontez ?
- J'avais une soeur, Caroline. Elle avait trois ans de moins, elle servit de "jouet" à mon père jusqu'au jour où il joua au jeu de la pluie.
Le jeu de la pluie est un jeu cruel que lord Théophile a crée, Le "jouet" était attachée parallèlement au sol à quelques centimètres, assez pour que quelqu'un passe en dessous. Le "jouet" est coupée plusieurs fois pour que le sang tombe. L'un des participant se plaçait en dessous, abusait d'elle en étant mouillé de son sang. Night en fit une seule fois l'expérience.
- Il le faisait avec sa fille, s'indigna-telle.
- Oui mais elle se vida de son sang. Pour ma mère, cette tragédie fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Elle mit fin à ses jours.
- Je suis désolée.
- Ce n'est pas ta faute ! Attend-moi là, j'arrive. Il sortit de la pièce avant d'y rentrer quelques minutes plus tard avec un paquet. Tiens, je voulais te l'offrir à ton anniversaire mais je crois que cette soirée est une occassion de la porter. Il déballa et Night vit une très belle robe bleu nuit.
- Elle est slendide mais comment voulez-vous que je la mette sans éveiller les spupçons de votre père ?
- Dis-lui que je t'ai ardonnée de la mettre.
-D'accord, descendez-moi de là sinon j'aurais du mal à l'enfiler.

Donatien l'aida à descendre et l'embrassa sur la joue. Il déposa le paquet sur le plan de travail. Night commença la préparation du dîner et demanda à Elisa de continuer car elle se prépara. Elle prit le paquet et alla se changer dans la chambre mais elle eut du mal à fermer la robe, elle sentit quelqu'un l'aider.
- Merci ! dit-elle en se retournant.
- De rien mais pourquoi Donatien t'offre une robe ?
- C'est compliqué, Charles. Lord Théophileest rentré ?
- Oui, Donatien lui parle, sûrement de ta tenue.
- Night, Viens ici ! cria Lord Théophile.
Elle sortit de la chambre avec Charles sur ses talons et alla voir le père de Donatien.
- Vous m'avez appelé, maître ?
- Tu es très belle. Tu as eu une bonne idée, mon fils ! Night , tu accueilleras notre invité.
- Bien, maître.
Les deux nobles allèrent dans le salon pendant que les autres restèrent avec Night.
- Magnifique, dirent Edgar et Elisa.
- Merci.
La sonnette retendit, Edgar et Elisa allèrent en cuisine, Charles alla prévenir les maîtres pendant que Night allait ouvrir.
- Bonsoir et bienvenue au manoir Parkinson ! dit-ell d'une voix calme. Venez, ja vias vous conduire à mon maître. Elle commença à se diriger quand elle sentit que quelqu'un la retenait, elle se retourna pour voir son jumeau.
- Tiens, je crois que c'est à toi, dit-il en lui remettant sa bague. Tu es très belle ! rajouta-t-il.
- Merci !
Ils se dirgèrent vers le salon où Night frappa à la porte.
- Entrez, dit lord Théophile. Elle ouvrit la porte et laissa passer le comte et son majordome. Night, reste ici quelques instants. Elle s'inclina avant d'y pénétrer. Bonsoir monsieur le comte ! Quel plaisir de vous recevoir dans mon humble manoir !
- Bonsoir lord Parkinson ! Je ne savais pas que vous pris de nouveaux domestiques.
- Ah, vous parlez de Night. Elle ne sort du manoir, elle est trop faible. Je l'ai recueillie , il y a deux ans et je la considère comme ma fille.
Donatien et Night le regardeèrent, étonnés. Son fils tendit la main vers Night, qui était près de lui et la força à s'asseoir sur ses genoux pour se calmer.
- Je vais le tuer, dit-il dans un murmure à la jeune fille.
- Calmez-vous, la vengeance est un plat à consommer glacé,répondit-il doucement.
- Night, Charles, prévenez en cuisine que nous allons passer à table, dit le maître des lieux. Night se leva et suivit Charles en cuisine.
- Night, le comte est toi, vous vous ressemblez, dit Charles.
- Je sais, Charles. Viens !
Ils entrèrent dans la pièce où Edgar er Elisa étaient.
- C'est bon, ça commence, dit-elle. Elisa, tu peux dire aux maîtres que je ne me sens pas bien. Je vais prendre l'air.
- Ok, Night.
Elle sortit dans le jardin, elle ne pouvait pas rester là-bas alors que Lord Théophile allait la salir en racontant ses sévices à son frère. Elle ne savait pas combien de temps elle restait là.
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Ven 5 Aoû 2011 - 18:21
rien à redire, j'ai beau lire, j'adore!!!! brille


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Ven 5 Aoû 2011 - 18:28
Merci, Alii ! Ca fait plaisir !
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Ven 5 Aoû 2011 - 20:43
La suite !

Chapitre 4 : Une soirée étonnante (partie 2)

POV Night
Mon frère ne voudra plus jamais me parler quand il aurait entendu le récit de lord Théophile. Je commençai à pleurer.
- Vous allez attraper froid, my lady !
Je me tournai vers la personne qui était là : le majordome de mon frère, Sebastian.
- Ah, c'est vous ! Que faites-vous, là ?
- Je viens voir si vous allez bien, mais vous pleurez. Il mit un genou à terre devant moi, qui était assis sur un banc.
- J'ai seulement une poussière dans l'oeil. Ne vous inquétez pas, comment va Ciel ?
- Votre frère est inquiet pour vous.
- Lice ! s'exclama une voix que je connais bien. J'aperçus mon jumeau arriver. Ca va ?
- Ciel ! dis-je, heureuse. Bien, mais que fais-tu, ici ? Tu ne devais pas être avec lord Parkinson. Mon double s'assit à mes côtés, il me parut plus sombre à ma dernière phrase.
- Ne me parle plus de cet homme ! dit-il d'une vois dure. Je le regardai avant de lui prendre la main. Mais, tu pleures.
- Tu n'es pas fâché contre moi ? Il parut surpris.
- Mais, pourquoi tu dis cela ? Je ne pourrai jamais être fâcher avec toi. Je suis désolé, Lice, dit-il d'une voix honteuse.
- Pour ce que lord Théophile a fait. Tout ce qui s'est passé n'est pas de ta faute, Ciel. Te savoir en vie est un très beau cadeau.
- J'aurai dû être là ! Son fils semble t'appécier grandement, à ce que je vois ? dit-il d'une voix énervé. Je souriai, il est jaloux.
- Ne t'inquiète pas, Ciel ! Je n'aime que toi, le rassurai-je en l'embrassant chastement sur les lèvres. Sebastian nous regarda comme s'il attendait à ce que mon frère me repousse. Pour Donatien, je lui rappelle sa soeur morte.

On entendit des cris venant du manoir. Je me levai pour me précipiter à l'intérieur, suivi de mon jumeau etde son majordome. Je vis Donatien se disputer avec son père. Charles tenait le futur lord qui était sur le point de frapper lord Théophile, qui était lui-même retenu par Edgar. Elisa était en train de pleurer et se précipita vers moi.
- Night ! s'exclama-t-elle.
- Que se passe-t-il ?
- Le maître a parlé de toi et cela a énervé monsieur Donatien.
- Donatien, calmez-vous !
- Il le savait ! Lice, il le savait. C'est pourquoi tu restais ici, me répondit-il en me regardant.
- Je m'en doutais. Maintenant, comportez-vous en lord, dis-je aux deux hommes. Théophile et Donatien me regardèrent avec de grands yeux, comme le reste de l'assistance.
- Tu le savais et tu n'as rien dit, dit lord Parkinson, calme.
- Oui. Maintenant...

Tout à coup, on entendit une vitre se briser. On se retourna vers un étrange personnage : un homme ou une femme avec de long cheveux cheveux rouges avec des lunettes et des vêtements de la même couleur.
- Ce n'est pas bon, dit-il en sortant un livre de quelque part. Il doit mourrir, il est inscrit dans ma liste sinon Willy..., continua-t-il en désignant lord Théophile avant de se rendre compte de la présence des autres. Sebastian, s'exclam-t-il en se précipitant vers lui, avant d'être arrêter par son pieden plein visage.
- Grell, que fais-tu ici ? demanda-t-il.
- Mon boulot, Sebastian, répondit-il après s'être relevé. Et toi, tu viens me voir ?
Je m'approchai de Ciel et lui murmurai à l'oreille :
- Qui est-ce ?
- Grell Sutcliff.
- Qu'est-ce qu'il fait aves une tronçonneuse ? Grell se retourna vers moi avant de regarder mon frère et de nouveau moi.
- Je vois double ou quoi ? Depuis quand le mioche est devenu deux ? dit-il.
- C'est toi, "le mioche", Ciel ? demandai-je . Il hôcha la tête, indigné. On est de sexe différent, ça ne se voit pas Réfléchissez un peu, à moins que le coup de Sebastian vous a rendu ou vous l'étiez déjà, dis-je à Grell.
- Quel est tom nom nom, petite garce ?
- Lice Phantomhive, bloody.
- Comme le mioche. Il se trouva avec un couteau en argent sous la gorge, Sebastian n'a pas apprécié le surnom que Grell m'a donnée.
- Si tu insultes encore une fois ma maîtresse, tu es mort avec votre accord, jeune maître ? demanda-t-il en regardant mon jumeau.
- Tout à fait, Sebastian, répondit-il avec un demi-sourire.
- Ok, je cromprends. tu pourrais me laisser faire mon boulot, Sebastian ? dit Grell avec un sourire. Le majordome recula en rangeant le couteau.
- Edgar, écarte-toi ! Vous autres, aussi, dis-je. Ils reculèrent tous. Grell s'approcha de lord Théophile, dangereusement. Sutcliff s'enfonça sa machine dans l'abdomen de l'homme. On apperçut des pellicules en sortir, des séquences de sa vie défilèrent devant nos yeux. Le corps mort du lord retomba au sol dans un grand silence.
- Voilà, c'est fait ! Willy va être content, dit Grell.
- Mais, c'est qui ? demandai-je. "C'est quoi ces pellicules ?" dis-je par télépathie.
- C'est un dieu de la mort et c'était une lanterne cinématique, Lice, répondit mon frère. Je le regardai dans les yeux.
- Tu m'as entendu.
- Oui, je te rappelle qu'on le faisait quand on était jeunes.
- Je sais mais je croyais que la séparation l'avait fait disparaître. Et comment tu sais cela ?
- On le connais.
Grell s'approcha de Sebastian et lui attrapa la bras.
- Sebastian !
-Grell est toujours comme ça ? demandai-je à Ciel en lui désignant la scène qui se passait sous nos yeux.
- Oui, malheureusement.
- Je plains Sebastian.
Le dieu de la mort voulut embrasser ce dernier mais il se décala assez pour que Sutcliff se prenne le mur en plein visage.
- Sutcliff, je crois que vous n'avez plus rien à faire ici, dit le comte.
- Personne ne m'apprécie à se juste valeur. Je m'en vais, bye Sebastian ! A la prochaine, dit-il en sortant par la fenêtre brisée.
Je soupirai sous le regard amusé de mon frère.
- Enfin, parti ! Je me tournai vers Donatien.Vous allez faire quoi, maintenant ?
- Je vais prendre la place de mon père er garder les domestiques.
- Tant mieux, Donatien. Prenez soin de vous !
- Toi aussi, Lice.
- On rentre au manoir, décida mon jumeau. Veuillez nous excuser !
- Bien sûr, monsieur le comte. Faites bon voyage !
- Au revoir, Donatien !
- Au revoir, Lice !
On sortit du manoir Parkinson en compagnie en Sebastian. Nous entrîmes dansla voiture qui nous ramena chez nous.
Fin POV
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Sam 6 Aoû 2011 - 18:35
La suite ! Deux chapitre d'un coup !



Chapitre 5 : Le début d'une nouvelle vie

POV Lice

En arrivant sur place, je remarquai la similitude avec le manoir avant l'incendie. Sebastian aidai Ciel et moi à descendre. Mon jumeau se mit derrière moi, m'entourant de ses bras.
- Alors, comment tu trouves ? me murmura-t-il à l'oreille.
- Comme avant, répondis-je avant de m'appuyer un peu plus sur lui.
- Je suis heureux de t'entendre dire ça. Il m'embrassa sur le cou.
- Arrête, Ciel. Mais il continua pour me taquiner, alors je me frottai un peu plus sur son entrejambe. Je l'entendis gémir contre moi. C'est de ta faute !
Il arrêta pour me retourner vers lui et m'embrasser foguesement. Au bout de quelques minutes, on se sépara l'un de l'autre. Ciel mit son front contre le mien.
- On rentre. Il reprit une respiration normale comme moi. On prit la direction de la maison, main dans la main. Sebastian ouvrit la porte et nous invita à entrer. L'entrée était comme dans mes souvenirs. On entendit des pas précipités venant dans notre direction.
Je vis plusieurs personnes dont mes tantes Angelina et Frances mais aussi, ma cousine, Elizabeth. Il y avait également une jeune femme aux cheveux rouges et de gros lunettes, un homme blond fumant une cigarette et un jeune garçon blond avec des barrettes. Ciel regarda notre famille, il reserra la prise de sa main dans la mienne.
- Lice, je te présente les domestiques : May Linn, Bardroy et Finnian. Je vous présente ..., commença-t-il.
- Que fait-elle ici ? demanda tante Frances, énervée.
- Elle est ici chez elle, ma tante, répondit mon jumeau, très calmement.
- Mon neveu, elle est ...
- Qui est-elle ? demanda madame Red.
- Cela suffit ! déclara Ciel. Sebastian, accompagne Lice dans ma chambre. J'allai répondre quand il me caressa la joue. On continuera ce que l'on a commencé tout à l'heure.
- D'accord, Ciel. Bonsoir mes tantes, Elizabeth ! dis-je avant de suivre Sebastian.
Fin POV

POV Ciel
Quand ma jumelle était hors de vue, Lizzy se précipita dans mes bras.
- Ciel ! Qui est-elle ?
- Ma soeur jumelle, Lizzy. Ma fiancée et madame Red me regardèrent. Pour en savoir plus, demandez à tante Frances.
Je me dirigea vers l'escalier quand la mère d'Elizabeth m'interpella :
- Mon neveu, vous n'allez pas la laisser rester ici ?
- Bien sûr ! Je ne vais pas la laisser partir maintenant. Au revoir !
Je vis mes domestiques avec Tanaka.
- Elle va rester ici, monsieur, demandèrent-ils.
- Oui. Ils hochèrent la tête.
Je montai vers ma chambre et vis Sebastian arrivé dans ma direction.
- Jeune maître !
- Sebastian, est-elle bien installée ?
- Oui, jeune maître.
J'aillai dans ma chambre suivi de Sebastian, Lice était déjà dans le lit vêtue d'une de mes chemise de nuit.
- Déjà ? demanda-t-elle. Je m'approchai du lit et m'assis.
- Oui, tante Frances va devoir va devoir expliquer à Lizzy et à madame Red. Je m'embrassai doucement. Sebastian, je suis fatigué. Il me changea sous le regard de ma jumelle, je me retrouvai dans la même tenue qu'elle. Tu peux disposer ! Sebastian s'inclina et partit. Maintenat à nous ! Je m'approchai d'elle et l'embrassa de nouveau.
Fin POV

POV Lice
Sa main descendit le long de mon flanc tout en frôlant délicatement ma peau. Il quémanda rapidement l'entrée de ma bouche. Je frisonnai légèrement sous ses douces caresses et lui accordai ce qu'il me demanda. Sa langue vint caresser amoureusement la mienne, tandis que sa main caresser mon ventre et remonta insensiblement vers ma poitrine. Ses lèvres quittèrent les miennes et glissèrent sur mon cou, où il déposa une traînée de petits baisiers. Sa main avait enfin atteint son but, et se montra très carressante sur mon sein. Je laissai échapper un léger gémissement de plaisir. Ses lèvres revenèrent sur les miennes, je me décalai pour mordiller son lobe de l'oreille et je pouvais entendre son gémissement de plaisir. Ciel m'embrassa doucement tout en me forçant à me rallonger.
- Tu es belle, Lice, me murmura-t-il au creux de l'oreille.
Ses lèvres glissèrent à nouveau dans mon cou et l'une de ses mains s'attaqua à un de mes seins. Il se montra très doux et patient dans ses caresses. Je me mordis la lèvre inférieure. Mon jumeau releva la tête avec un sourire coquin.
- Je t'aime.
On arrêta pour reprendre notre souffle. Nous n'étions plus qu'un, un seul corps, un seul coeur et qu'une seule âme.
- Je t'aime, Ciel, répondis-je.
- Viens là, dit-il en me rapprochant de lui. Je me trouvai dos à lui, dans ses bras. Bonne nuit, Lice, rajouta-t-il en m'embrassant.
- Bonne nuit, Ciel.
On s'endormit rapidement.
Fin POV





Chapitre 6 : Une journée ordinaire.

Le lendemain, Sebastian alla réveiller ses jeunes maîtres après avoir confié les tâches journalières à faire aux domestiques. Il rentra dans la chambre où les jumeaux dormaient encore. il tira les rideaux pour faire entrer la lumière, réveillant ainsi Lice. Elle ouvrit les yeux et aperçut le majordome.
- Bonjour Sebastian, dit-elle d'une voix endormie.
- Bonjour, jeune maîtresse. Bien dormi ?
- Très bien, pas un seul cauchemar. Tu veux que je réveille Ciel. Elle s'approcha de son frère et lui murmura. Ciel, lève-toi ! Le comte remua.
- Encore cinq minutes, Lili... LICE, s'écria-t-il en se relevant brusquement. Il regarda sa jumelle. Tu es bien là ? Sa soeur lui souria.
- Oui, Ciel. Ce n'est pas un rêve. Maintenant, on va manger, répondit-il en se retournant vers Sebastian. Il fit un petit sourire à l'attitude de son jeune maître.
- Ce matin, je vous ai préparé du saumon poché et une salade à la menthe. Comme accompagnement il y a des toasts, des scones et du pain de campagne cuits au four. Que désirez-vous ?
- Des scones..., dit le comte.
- Moi, des toasts, répondit Lice.
- Ce parfum... C'est du thé de Ceylan, aujourd'hui ?
- Oui. Aujourd'hui, c'est du Royal Doulton, répondit le marjordome. J'ai choisi le service bleu et blanc de Wedgwood.
Les deux enfants prirent leur petit-déjeuner. Ciel fut habillé d'un ensemble vert et sa soeur d'une robe de la même couleur. Ils allèrent dans le bureau du comte où il travailla et Lice livrait un ouvrage.
Au bout de deux heures, quelqu'un toqua à la porte. La comtesse leva les yeux et regarda son jumeau.
- Entrez ! dit Ciel. La porte s'ouvrit et Sebastian entra. Que se passe-t-il, Sebastian ?
- Il y a une lettre de la Reine qui vient d'arriver, jeune maître. Le majordome remit le pli pendant que sa jeune maîtresse s'approcha de son frère. Il l'ouvrit et la parcourut des yeux.
- Tiens, Lice. Lis ! Il la tendit à sa jumelle.
- "Mon cher petit,
j'ai appris que vous aviez trouvé votre soeur. J'en suis heureuse pour vous deux, mais il y a une affaire qui m'inquiète. De jeunes femmes de nobles familles sont trouvées sans vie de notre ville, elles étaient allées chez le vocomte de Druitt. La police déploie toutes ses ressources nécessaires pour trouver le coupable mais on ignore toujours son identité.
Je vous demande de trouver le meutrier le plus vite possible et sans incident avec l'aide du Corbeau.


Victoria."


Je crois que tu as une affaire, Ciel. Mais, qui est ce Corbeau ?
- Sebastian, passe-moi le journal, ordonna Ciel. Il lui remit et le lut. Le Corbeau est le comte Vessalius. C'est l'un des Nobles Diaboliques, ils sont au nombre de quatre : les Vessalius (le Corbeau), les Trancy (l'Araignée), les Firebutler (la Salamandre) et nous. Il faut que l'inquiètude de sa Majesté disparaisse.
- Je ne savais pas.
- Même, si cela ne m'enchante guère d'aller chez lui.
- Tu es déjà aller chez le vicomte ? demanda la comtesse. Sebastian fit un sourire moqueur que remarqua Lice.
- Sebastian ! Dit Ciel. Malheureusement, oui.
- Cela devait être amusant, vu le sourire de Sebastian, répondit Lice avec amusement. Allez, explique ! Sinon, j'ordonne à Sebastian de me dire. Ciel regarda sa soeur pour voir si elle serait capable de le faire. Il ne dit aucun mot. D'accord, commença sa jumelle et se retrouvant vers son majordome. Sebastian ? demanda-t-elle avec un sourire qui ressemble à ceux du démon.
- Yes, my Lady ! dit-il en s'inclinant.
- Je t'ordonne de m'expliquer...
- Lice ! C'est bon, je vais te le dire, lui coupa son frère. Tu te rappelles hier quand je t'ai dit que l'on avait déjà rencontré Sutcliff.
- Oui, dit sa jumelle en s'asseyant sur l'un des accourdoirs du fauteuil de son double.
- A l'époque, il se faisait passer pour le majordome de madame Red. Il y avait eu des prostituées tuées à Londres.
- Tu parles de l'affaire de Jack l'Eventeur, j'en ai entendu parlé.
- La Reine m'avait demandé d'arrêter le meutrier. Après des recherches menées par Sebastian, on pensait que c'était le vicomte de Druitt. Il donnait justement une fête mais étant donné que les femmes se faisaient attaquer, il fallut se déguiser, continua le comte en baisant la tête.
- Attends, tu veux dire que tu t'es habillé en fille. Un silence lui répondit. Ah, je comprends ! La comtesse éclata de rire. Tu as dû mettre un corset.
- Lice ! Ce n'est pas drôle !
- Désolé, Ciel. Alors, c'était qui ? demanda-t-elle.
- Grell Sutcliff et madame Red, répondit Sebastian. Lice regarda, surprise son frère pour confirmer. Il hôcha la tête.
- Pourquoi ?
- Elle était jalouse des femmes qui pouvaient avoir des enfants mais qui s'en débarrassent et elle a recontré Grell lors du premier meutre. Elle a failli mourrir lors de l'intervention de Sebastian, elle s'est pris un coup de tronçonneuse.
- Ciel, je peux t'accompagner ?
- Non !
- Bien, si tu veux t'habiller en fille de nouveau. Ciel lui lança un regard noir.
- Jeune maître, votre soeur a raison, dit Sebastian.
- Ne t'inquiète pas ! Je te rappelles que grâce à toi, je bénéficie d'une excellente protection : un diable de majordome, répondit-elle avec un sourire pour Sebastian.
- Merci, jeune maîtresse !

Ciel installa sa jumelle sur ces genoux. Ils restaient quelques instants ainsi. Lice s'inquièta du silence du comte.
- Ciel ? Qu'est-ce qui se passe ? dit-elle à voix basse.
- Je réfléchis. D'accord, tu viens mais tu feras attention.
- Oui, répondit'elle en l'embrassant doucement.
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Dim 7 Aoû 2011 - 8:01
Voilà le reste des chapitres que j'ai écrit. Bonne lecture !



Chapitre 7 : L'alliance entre démons (partie 1)

Spoiler:
 



Chapitre 8 : L'alliance entre démons (partie 2)

Spoiler:
 



Chapitre 9 : L'alliance entre démons (partie 3 et fin)

Spoiler:
 


Chapitre 10 : Le bal des mystères (partie 1)

Spoiler:
 

Chapitre 11 : Le bal des mystères (partie 2)

Spoiler:
 
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Dim 7 Aoû 2011 - 10:14
j'aiiiiiiiiime brille
L'histoire et génial et original ^^


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Jeu 11 Aoû 2011 - 19:41
Voilà un petit bonus en attendant le chapitre 12 !


Bonus 1 : Souvenirs d'enfance de Ciel et Lice

La découverte du mariage Ciel/Elizabeth


Ciel et Lice avaient huit ans et étaient inséparable ou presque. Un jour, Ciel surprit une conversation entre son père et sa tante Frances.
- Ma chère soeur, ils nous faudraient penser à l'avenir de nos enfants, dit le comte Phantomhive.
- Tu as raison, mais que faire ? répondit la comtesse Midleford.
- Marrions nos enfants ensemble, ils s'entendent bien et bien, cela reste dans la famille.
- Tu as eu une excellente idée, mon frère.
Ciel courrut en pleurant jusqu'à la chambre de sa jumelle qui est adjacente à la sienne. Il ouvrit la porte sans frapper.
- Ah, tu m'as fais peur, Ciel ? s'exclama-t-elle avant de voir le visage de son jumeau en pleurs. Ciel, qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-elle en le prenant dans les bras. Il renifla avant de raconter.
- Ils veulent me marier à Lizzy, Lice, dit-il.
- Qui ?
- Père et tante Frances, je les ai entendus dans son bureau. Il la serra dans ses bras. Je ne veux pas, c'est avec toi que je veux me marier, dit-il.
- Ciel, c'est normal entre nobles que d'être promis à quelqu'un à notre âge, répondit-elle en lui faisant des arasbesques dans le dos. Et, je te rappelles qu'on ne peut pas. Il faut t'y faire, tu vas peut-être tomber amoureuse d'elle.
Ciel fit non de la tête, pour lui, c'était impossible. Quand tante Frances partit, Ciel alla voir son père pour dire son refus de mariage. Le comte Phantomhive le gronda et le consigna dans sa chambre.
Il alla ensuite dans la chambre de Lice, il était sûr que c'était de sa faute si son fils est venu le voir.
- Nightmare ! déclara-t-il.
- Oui, Vincent ? Nightmare a l'habitude de l'appeler par son prénom.
- C'est toi qui a dit à Ciel de venir me voir, demanda-t-il.
- Non, je ne savais même pas qu'il était venu vous voir.
- Ne mens pas, s'écria-til avant de la gifler. Il partit de la pièce, après son fils vint. Quand il apperçut sa soeur, il se précipita vers elle.
- Lice, ça va ? demanda-t-il, inquiet.
- Non, ne t'inquiète pas. Viens là, dit-elle en l'attirant vers elle. Ils restaient ainsi quelques minutes. Ciel ? dit-elle, doucement.
- Oui. Il la regarda, elle était triste et il détesta la voir ainsi.
- Promets-moi d'obéir à notre père. Il voulut protester, mais elle le coupa. Laisse-moi finir, il faut que l'un de nous puisse succéder après lui. Ciel se tourna vers elle et l'embrassa fouguesement.
- Lili, comment tu peux me demander ça ? Je n'aime que toi, rajouta-t-il en l'embrassant dans le cou. Il appréciait sa cousine mais il adore plus que tout sa soeur. On s'est promis de rester éternellement ensemble, tu t'en souviens ?
- Mon ange, je le sais bien mais pense au regard des gens...
- Au diable, les gens ! Tu étais, tu es et tu seras la seule femme que j'aime, Lili ! déclara-t-il, sérieusement.
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Jeu 18 Aoû 2011 - 11:58
Voila la suite des aventures de Lice !



Chapitre 12 : Le bal des mystères (partie 3 et fin)



Ciel le regarda avec sérieux. Il insinuait que sa soeur lui mentait. Impossible, la télépathie fonctionnait constament.
- Nous nous cachons rien, Devil, répondit-il. Vous n'avez pas répondu à ma question ? Le démon le regarda, avant de faire un sourire.
- Je ne sous-entendais rien, Comte. Je n'ai vu Dante mais il est là avec mon partenaire. Lice le regarda avant de dire.
- Il est là ? Il hocha la tête. Il est à l'origine de tout ça. Elle ressentit une forte puissance démoniaque : c'était lui ! Elle se retourna et l'aperçut au sommet des escaliers.
Il les descendit accompagné d'un autre homme, sûrement Dante. Il leur sourit quand il s'approcha.
- Bonsoir Lilith, que me vaux ta visite, ici ? dit-il amicalement.
- Je ne penses pas que ce soit chez toi, mon cher, répondit-elle. Il lui prit la main et la baissa, elle lui retira rapidement. Tu accueilles, comme ça ton fiancé ? dit-il avec un petit sourire narquois. Elle le regarda avec surprise.
- Tu plaisantes ? Il secoua la tête avant de lui passer un document attestant de ses fiançailles avec lui, signé par sa tante Frances. Ciel lut par dessus son épaule, il était étonné. Lice lâcha le papier et courut vers le balcon, seule et en pleurs.
- LICE ! s'écria son jumeau. Sebastian, reste ici, je rattrape Lice, dit-il avant de d'élancer à sa pousuite.

Pendant ce temps, la jeune comtesse était sur le balcon en pleurs, elle n'imaginait pas que sa tante aurait pu lui faire cela. Elle ne voulait pas se marier avec lui, c'était avec Ciel et Sebastian qu'elle voulait. Elle entendit quelqu'un arriver, elle leva la tête pour voir son frère. Il se précipita vers elle, inquiet.
- Lili, ça va ? demanda-t-il en la prenant dans les bras. Elle enfourra sa tête dans le cou de son jumeau pour se rassurer. Ils restaient quelques minutes ainsi, Ciel éloigna un peu sa soeur. Regarde-moi, mon coeur ! Elle leva la tête et l'observa. Personne ne t'enlevera à moi et Sebastian, tu m'as compris ?

Au même instant, dans la salle de bal
Le reste du groupe attendait le retour des jumeaux, quand ils entendirent des voix. Ils apperçurent la famille Middleford au complet. Elizabeth arrivait la première et allait vers le majordome de Ciel.
- Sebastian, où est Ciel ? Le démon ne pouvait pas lui dire qu'il était avec sa soeur en train de la consoler. Il ne dit donc rien.
- Mademoiselle, il est avec sa soeur sur le balcon, répondit le "fiancé" de Lice. Elle le remercia d'un hochement de tête avant d'aller dans la direction indiquée. Sebastian lança un regard noir à l'autre démon pendant que le reste de la famille arrivait.
- Sebastian ! dit Frances. Elle se tourna vers Satan. Lucian, mon cher !

Sur le balcon
Lice pleurait toujours tandis que son frère la consolait, mais Elizabeth les vit et se cacha.
- Je ne veux pas me marier, Ciel ? dit-elle.
- Je sais, mon coeur. Viens là ! dit-il en l'approchant de lui. Tu sais que je n'aime que toi ! Elle hocha la tête. Il se pencha pour l'embrasser sur les lèvres, le baisier dura quelques instants. Quand il prit fin, les jumeaux étaient front contre front. Tu sais, dit-il après un court silence, quand nous étions Undertaker, je t'ai menti. Elle le regarda.
- A propos de quoi ?
- Que je ne comprenais rien à vos histoires, je sais tout.
- Tout ?! Il hocha la tête. Alors, pour Sebastian ?
- Aussi, mais cela ne change à ce que je ressens pour toi et lui. Elle voulut dire quelque chose mais il mit un doigt devant la bouche. Tu peux lui faire entendre la conversion. Elle hocha la tête et se concentra.

A cet instant dans la salle de bal
Sebastian sentait des voix parlées dans sa tête, c'était ceux de ses maîtres.
"Bien, je vais répéter ce que j'ai dit, tout à l'heure. J'ai menti chez Undertaker; quand je disais que je ne comprenais rien à vos histoires. Je sais tout pour toi, les évènements chez Parkinson et pour Sebastian, dit Ciel."
Le démon fut inquiet, son jeune maître savait pour ses sentiments.
"Et ? demanda Lice."
"C'est la même chose pour moi, je vous aime tout les deux."
Sebastian était étonné par la révélation du comte Phantomhive.
"Tu sais qu'il écoute. ... D'accord ! Qu'est-ce que l'on fait, alors ?"
"On verra cela ce soir. Lili, embrasse-moi !"

De retour au balcon
Lice accèda à la demande de son frère, et l'embrassa. Elizabeth, quant à elle, était triste et elle partit en courant vers ses parents. Les jumeaux entendit des pleurs et apperçut une chevelure blonde : Lizzy. Ils courrurent la rattreper avant qu'elle fasse un scandale.

Dans la salle de bal
Sebastian était perdu, ses maîtres l'aiment aussi. Aussi, il ne vit pas la gifle que lui lança Elizabeth, qui était arrivé. Il la regarda et aperçut au loin les jumeaux arriver au loin.
- Espèce de..., commença Lizzy en pleurs.
- Lizzy ! dit Ciel en s'approchant d'elle. Elle se tourna vers lui, en colère.
- Ne m'appelle plus jamais Lizzy ! Elle s'approcha de Lice et lui mit une forte gifle qui la ferait tomber, si Sebastian ne l'avait pas tenir. Mère avait raison, tu aurais dû mourrir. Ciel lui prit le bras et la planqua contre le mur le plus proche.
- Ne dit plus jamais ça ! dit-il d'une voix froide. Cela vous concerne aussi, ma tante. Vous ne savez rien, absolument rien. Il recula et s'approcha de sa jumelle. Il la prit dans les bras, la réconforta. "Je t'aime, Lili !" dit-il par télépathie. Bien, il faut faire notre boulot, Sebastian !
- Oui ? Le majordome les regarda.
- Occupe-toi de Dante ! Il s'inclina. La comtesse s'éloigna de son frère. Qu'est-ce qu'il y a ?
- Sebastian ! dit-elle. Laisses en moi un morceau ! Il lui souria.
- Bien sûr , Lili ! Il lui tendit la main, qu'elle prit et elle se trouva près de lui. Merci, Lilith ! murmura-t-il à l'oreille. Elle lui sourit avant demander à Dark son épée, qui lui lança. Tant que lui, il sortit ses couteaux en argent.

Il lança les couteaux sur Dante, qui le blessa à l'épaule pendant que le comtesse arriva par derrière et l'embrocha. Le sang gicla sur sa robe blanche, mais Dante arriva à l'enlever avant de la pousser. Elle se réceptionna, Sebastian poussa Dante contre l'un des pilliers qui éffondra. Durant quelques minutes, un silence règla dans la pièce, les invités s'étaient, enfin rendu compte du combat. Dante sortit des décombres, Lice tira dans son ventre avec son pistolet et cria de douleur.
-Pas mal ! dit-il, essoufflé. Mais, pas suffissant ! rajouta-t-il avant de se précipiter sur le couple. Mais, il n'y avait personne. Où sont-ils ? Il sentit la lame d'une épée sur son cou.
- Tu disais quoi, déjà ? déclara la comtesse qui se trouvait derrière lui. Elle appuya un peu plus, un peu de sang s'écoula. Tu ne dis plus rien, d'accord ! finit-elle en lui tranchant la gorge. Son corps sans vie retomba doucement au sol. Voilà, c'est fait ! dit-elle. Elle regarda sa robe, souillée de sang. Tu avais raison, Sebastian, aurais-tu prendre la noire. Le majordome se trouva à côté d'elle.
- Ce n'est pas dans ce contexte-là, déclara-t-il en la prenant dans les bras.


Dernière édition par Lice Phantomhive le Jeu 18 Aoû 2011 - 20:44, édité 1 fois
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Jeu 18 Aoû 2011 - 20:29
brille j'adore

(à part les faute d'orthographe, si Colorz passe part la, aie pour toi... )


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Sam 27 Aoû 2011 - 15:14

Voici le chapitre 13 de ma fic, merci à ceux qui me laisse des réponses !



Chapitre 13 : Les explications données



Le comte Firebutler regarda Lice avec étonnement ainsi que le comte Vessalius et le comte Trancy.
- Lice, est-ce que l'on peut parler ? demanda Xerxes. Lice le regarda, avec résignation.
- Tu as un endroit calme, Break ? Il hocha la tête et se tourna vers son futur beau-frère.
- Vincent, on peut aller dans le petit salon ? Le frère d'Aleister acquiesça.
Le petit groupe se dirigea vers le petit salon pour y discuter. Il était composé de :
+ des Phantomhive (Ciel et Lice), de Dark et de Sebastian,
+ Alois Trancy et de Claude,
+ Oz Vessalius et de Gilbert,
+ Xerxes Firebutler et de Frye,
+ des démons Devil et Lucifer.

La pièce était composée de quatre fauteuils et d'un canapé deux places. Chaque comte s'installa sur un fauteuil et les deux Princes des Enfers sur le canapé quant à Lice, elle s'installa à sa place habituelle, les genoux de son jumeau. Dark se transforma et alla sur ceux de sa maîtresse, la comtesse le caressa. Les majordomes se placèrent derrière leurs maîtres.
- Tu veux savoir quoi, Break ? demanda la seule fille de la pièce, calme.
- Tu as tué quelqu'un de sang-froid, tu es couverte de sang et tu me poses la question naturellement ? Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Je te rappelle que ton majordome doit le faire aussi.
- Mais, c'est un démon, lui. Pas toi ? Sebastian se mit à rire doucement, étonnant tout le monde. Quoi ?
- Il ne sait pas, maîtresse, demanda Sebastian à Lice au creux de son oreille. Elle se tourna vers lui.
- Non, mon petit diable de majordome, répondit-elle avant de l'embrasser rapidement. Cette scène étonna presque tout le monde. Je le suis à moitié, Break, répondit-elle au comte Firebutler. Les démons (sauf les Princes) me regardèrent.
- Tu plaisantes, là ? Lice secoua la tête. Depuis quand ?
- Sept ans, mon cher. Comment suis-je devenu "Bloody Queen", sinon ?

Du côte des Shinigamis
Grell était assis avec Alan et Eric à une table pendant que William et Ronald se promènent par les invités.
- Alan, cela fait longtemps que tu connais la Phantomhive ? demanda Sutcliff.
- Oui, 5 ans. Elle nous a aidés pour l'âme de Mina Murray.
- Celle-là ? Mais, vous êtes revenu bien blessés, pourtant.
- On aurait pu y rester, Grell, intervient Eric. Si elle n'avait pas battu le démon avec lequel Murray avait conclu un pacte.
Grell le regarda avec étonnement, cette gamine a pu battre deux démons, celui qu'il a vu tout à l'heure et maintenant un.
- Tu as oublié de parler du plus important, Eric, dit Humphries. Elle peut utiliser une Faux. Slingby hocha la tête, tandis que Grell avait les yeux grands ouverts.
- Tu peux répéter, elle peut l'utiliser ? Willy, viens ici ! s'écria-t-il. Spears arriva avec Ronald, à leur table.
- Que se passe-t-il, Sutcliff ?
- Qu'est-ce qu'un humain peut utiliser une Faux d'un Dieu de la Mort ?
- Bien sûr que non, pourquoi ?
- Alan et Eric m'ont appris que la Phantomhive avait utilisé une Faux pour les aider pour l'âme de Murray. William regarda les deux Shinigamis.
- Est-ce exact ?
- Oui, William-sempai. Et, c'était la mienne qu'elle a utilisé, j'avais eu une crise à ce moment-là., dit Alan.
- A propos Alan, tu n'as plus de crise depuis longtemps, non ? dit Ronald Knox en s'asseyant sur une chaise.
- C'est vrai et cela grâce à Lice.
- Comment ça ?
- Elle a transféré l'Epine sur elle, je ne l'ai plus. Presque tout les Shinigamis le regardaient ébahis.
- Impossible ! dirent-ils.
- Où est Shirogané ? demanda Sutcliff.
- Il est dehors, dit Ronald.

De retour vers les autres
Le comte Firebutler réfléchit quelques instants, il constata que Lice avait raison, une gamine normale de 6 ans n'aurait pas pu faire tout ça.
-Tu as raison, mais ça me fait un choc, répondit Xerxes. Ton majordome est au courant, à ce que je vois. Lice sourit.
- Depuis peu, je te rassure. Elle claqua des doigts, un verre de sang apparut. Désolée, mais j'en ai besoin, rajouta-t-elle en vue des regards étonnées du groupe. Elle en but un peu et le tendit à Sebastian. Tu en veux, mon petit diable ? Il secoua la tête.
- Non, merci. Buvez-le ! répondit-il avec un petit sourire. Ciel l'embrassa dans le cou, pour signifier sa présence.
- Je peux goûter ? demanda-t-il, doucement. Elle se tourna vers lui, étonnée.
- Tu veux boire du sang, mon ange ? Si tu veux, tiens, dit-elle en lui tendant le verre où il but une gorgée.
- C'est bizarre, mais pas mauvais, répondit-il en souriant. Sa jumelle l'embrassa sur la bouche.
- Tu en avais sur la bouche, dit-elle en souriant. Elle balaya du regard la pièce. Où est Shiro ?
- Il ne nous a pas suivi, je pense, Lili.
- Dark, pousse-toi ! Le chat sauta des genoux de la comtesse, elle se leva, posa son verre sur la table basse et se dirigea vers la porte.
- Tu fais quoi, Lice ? demanda Alois. Elle se tourna vers le comte Trancy.
- Je vais chercher mon idiot de Shinigami, pourquoi ?
- Couverte de sang ! Elle baisa les yeux, elle avait oublié sa robe. Elle claque de nouveau des doigts et la fut habillé d’une robe noire.





- C'est mieux comme ça, Alois ! Il hocha la tête. Elle sortit de la pièce et regarda où était passé le Shinigami. Elle ne vit pas mais les autres Dieux de la Mort, oui. Elle s'approcha de leur table. Vous allez bien ? demanda-t-elle.
- Tu as changé de tenue ? dit Eric. Elle s'assit sur le bord de la table vide.
- Oui, l'autre est tâchée. Vous parliez de quoi ?
- De toi, Lili ! Tu fais quoi, ici ? demanda Alan en lui souriant.
- Je cherche Shirogané. Vous l'avez vu ?
- Il est dehors, répondit Ronald.




Elle hocha de remerciement, elle commença à se lever quand quelqu'un lui prit le bras. Elle se tourna et vit que c'est Grell Sutcliff.
- Oui ?
- Je peux te parler seul ? demanda-t-il.
- Oui, viens. Ils allèrent vers l'un des balcons. Tu voulais me parler de quoi ? Grell parut gêné.
- Je m'excuse pour la première fois où l'on s'est vu.
- Ce n'est de votre faute ! Lice sourit, s'approcha de lui et l'embrassa sur la joue, mais les bisous se transforma en baiser sur la bouche car Grell se décala un peu. La comtesse recula de surprise. Pourquoi ? Le Shinigami lui posa le doigt sur la bouche.
- Une envie ! Il lui sourit avant de la prendre dans les bras. Tu m'intrigues beaucoup, Lice.
- Ah bon ? Toi aussi, tu es différent des autres Shinigamis. Sutcliff la lâcha et s'éloigna vers l'intérieur du manoir mais Lice la rattrapa et le colla contre l'un des murs. Je n'ai pas fini, Grell.
Le Dieux de la Mort le regarda, surpris, son visage était près du sien et une envie de l'embrasser lui prit de nouveau. Il n'avait jamais ressenti une telle envie pour une femme, il s'approcha plus de la comtesse. La Phantomhive le regarda, souriante, Lilith voulait ce Shinigami. Sa partie démon a tendance à faire surface souvent, comme en ce moment. Lilith commença à lui lécher les lèvres doucement avant de l'embrasser sur les lèvres, Grell la rapprocha de lui. Il voulait la sentir près de lui, leurs bassins étaient collés et il appuya un peu plus sur ses lèvres. Lilith était contente, Grell semblait apprécier le baiser, elle poussa sa langue pour demander l'entrée de sa bouche qu'il autorisa. Leurs langues se touchèrent et commencèrent une valse. Quelques minutes plus tard, le couple se sépara, essoufflés.
- Lice, je..., commençai Grell mais Lilith l'empêcha de parler.
- Je suis Lilith, la partie démon de Lice. J'en avais envie aussi donc pas de souci, mon petit Shinigami ! Il faut que j'aille chercher Shiro et retourner voir les autres. On peut se revoir, si tu..., parla-t-elle avant de se faire couper par un baiser de Sutcliff.
- Ca répond à ta question, Lilith !




Grell lui sourit quand ils entendirent quelqu'un tousser, ils se tournèrent et virent Shirogané devant la porte-fenêtre.
- Tu me cherchais, princesse, dit-il en les regardant. Je ne dirais rien aux autres, ne vous inquiétez pas !
- Oui ! Pourquoi tu n'es pas venu avec nous pour parler avec Break ? demanda-t-elle, un peu énervée.
- Tu me l'as demandé, non ? Il s'approcha d'elle. Je t'ai dit que je t'obéirais jusqu'à la fin.
- Je le sais, Shiro ! Tu es à moi pour toujours, comme la marque le prouve, dit-elle tandis que le dos de sa main était marqué d'un symbole :
死の神
.
- C'est quoi, Lilith ? demanda Grell, intrigué.
- C'est un vieux rituel qui lie d'une personne à un Shinigami : Morte Affectus Dei. Ce sort lie la vie d'un Shinigami à celle d'un humain, si l'humain meurt le Shinigami aussi et inversement.


- Ah bon ? Ca existe ça, mais pourquoi il te doit obéissance ?

- Il y a deux manières de procéder: soit quelqu'un fait le sort et les deux personnes subissent l'effet, soit l'humain arrive à détourner le sort et tire avantage de celui-ci, dit Shirogané.

- Pour faire clair, j'ai détourné le sort et fait que Shiro m'obéisse jusqu'à la fin.

- D'accord !

Les trois personnes rentraient à l'intérieur et se séparèrent en deux : Lilith et Shiro retournaient au petit salon et Grell à la table des autres Shinigamis.
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Sam 27 Aoû 2011 - 18:00
J'aimeeeeeee, j'veux la suite !!!
Et j'adore la parti avec le verre de vin x) !! Ca me fait vaguement penser à quelque chose XDDD


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Dim 28 Aoû 2011 - 12:43
J'ai pas encore eu le temps de tout lire mais je m'y plonge dès que j'ai un moment!!

J'adore trop trop trop trop!!
Ton histoire est prenante, riche en rebondissement et en détails.

♥ j'adore tout simplement!!! ^^


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Jeu 15 Sep 2011 - 10:40
Merci à Grell et à Petite soeur pour vos messages ! Voilà le chapitre 14 qui est assez "chaud" donc vous êtes prévenus, bonne lecture !





Chapitre 14 : Des vacances inoubliables (partie 1)



Spoiler:
 
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Dim 23 Oct 2011 - 1:43
La suite!! XD

J'aime beaucoup beaucoup!!

(même si je suis trop jaloux là en fait..Oo *sort*)

Continue ma chérie! Je t'aime!!


avatar
Lice Phantomhive


Messages : 204
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 29
Localisation : Dans les bras de son futur mari, Grell Sutcliff


Dim 23 Oct 2011 - 15:27
Merci, Grell chéri!
http://www.lice-phantomhive.skyrock.com


Contenu sponsorisé




 

Les Jumeaux Phantomhive

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les jumeaux
» Juliette récupère les jumeaux [PV JB et Ninon]
» Les Jumeaux
» Présentation de Ciel Phantomhive [Validée]
» Balade avec les jumeaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le cimetière général :: Les topics abandonnés-