AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  RechercherRechercher  GroupesGroupes  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion      

Partagez | 
 

 Glandouillage (pour Ciel II)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Sam 26 Nov 2011 - 18:47
Alois II apprécia bien les caresses sur ses cheveux, rejoignant Ciel II sans honte, plutôt avec grande gaieté. Dire le contraire serait l’inverse.


- Je ne suis pas fatigué, juste légèrement étourdi… Mais rien ne t'empêche de venir pour le moment.

Alois II amplifia ses gros câlins envers Ciel II, demandant calmement après avoir déclaré tout doucement :


- J’espère que ton étourdissement partira vite. Je suis certain que tu en feras quelque chose de ton éternité, c’est obligatoire. Tu ne peux ne pas t’ennuyer si tu es avec tes êtres chers. Ne disparais pas Ciel II. Je ne t’oublierais jamais, sache-le.

Il chatouilla son nez en lui disant ses dires, sur un ton très sérieux, calme, mi-sombre et enjoué. Il assura :

- Je serais toujours là pour toi. Je tenais à t’en faire part. Quel sujet de conversation te plairait le mieux dis-moi ?


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mar 29 Nov 2011 - 7:03
Le jeune adolescent blond vient se disposer à côté de Ciel II en calinant ce dernier.


- J’espère que ton étourdissement partira vite. Je suis certain que tu en feras quelque chose de ton éternité, c’est obligatoire. Tu ne peux ne pas t’ennuyer si tu es avec tes êtres chers. Ne disparais pas Ciel II. Je ne t’oublierais jamais, sache-le.

Il chatouilla son nez en lui disant ses dires, sur un ton très sérieux, calme, mi-sombre et enjoué. Il assura :

- Je serais toujours là pour toi. Je tenais à t’en faire part. Quel sujet de conversation te plairait le mieux dis-moi ?

Notre cher bonhomme Phantomhive eu un léger fou rire à ses dire.

- Que, par exemple, tu ne devrais pas aller écouter au porte des autres et que les conversation entre Grell et moi reste secrête...

Il se plia en deux, mettant une main sur sa bouche pour camoufler ses rires et que Alois II ne les remarque pas vraiment. Il se retourna, un grand sourire au lèvres en tapotant la tête de Alois II car, à son bon souvenir, jamais il n'avais dit qu'il s'ennuirait pendant son éternité, ou en tout cas, pas à Alois II ...


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mer 30 Nov 2011 - 7:56
- Que, par exemple, tu ne devrais pas aller écouter aux portes des autres et que les conversations entre Grell et moi restent secrètes...

Ciel II se plia en deux de rire, posant une main sur sa bouche pour essayer de les camoufler afin qu’il ne le remarque pas, bien que c’était peine perdue vu qu’Alois II avait noté son rire.
Il se retourna, un grand sourire sur son visage, tapotant la tête d’Alois II qui apprécia bien cela, caressant les cheveux de Ciel II, prenant ses cheveux dans ses doigts qu’il enroula :


- J’écoute aux portes si je le veux. Et concernant tes conversations entre moi et Grell, c’est pour combler une panique personnelle, lâcha t’il dans un grand rire. Je me tends déjà à faire des efforts avec mes êtres chers, mais il ne faut pas me demander l’impossible non plus ! Heureusement que la reine ne nous donne plus de mission depuis un bail de temps sinon ce serait difficile à gérer tout ce qui se passe !

Il s’entreprit tout doucement de câliner Ciel II avec sa plus grande tendresse et passion amoureuse, ronronnant un peu.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Jeu 1 Déc 2011 - 22:04
Notre cher brin se retourna, un grand sourire sur son visage, tapotant la tête d’Alois II qui apprécia semblais bien apprécié la chose et le geste,ce dernier se mit à caresser les cheveux de Ciel II, les prenant dans ses doigts et il les enroula autour de ceux la, Ciel II se demandant pourquoi :

- J’écoute aux portes si je le veux. Et concernant tes conversations entre moi et Grell, c’est pour combler une panique personnelle, lâcha t’il dans un grand rire. Je me tends déjà à faire des efforts avec mes êtres chers, mais il ne faut pas me demander l’impossible non plus ! Heureusement que la reine ne nous donne plus de mission depuis un bail de temps sinon ce serait difficile à gérer tout ce qui se passe !

Il s’entreprit tout doucement de câliner Ciel II avec sa plus grande tendresse et passion amoureuse, ronronnant un peu.
Ciel II, muet sous le choc de temps de passion..................... Le ressera tendrement contre lui baillant un peu.


- La reine? Elle ne sais pas que je suis en vie, souvient toi, quand Sebastian et moi sommes parti, je me suis fait passer pour moi, elle ne doit pas avoir conscience de mon existence maintenant... Tant mieux si elle m'a oublier, si elle nous a oublié ...

Il rattrapa un air un peu boudeur, repensant à de vieux souvenir qu'il avais pratiquement oublier .

- La reine? Qu'elle nous laisse tranquille celle-la pour le moment, on as bien assez à faire comme ça..


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Dim 4 Déc 2011 - 14:06

Alois II sentit Ciel II se resserrer contre lui, prit par un petit choc par le geste qu’il venait de lui faire.

- La reine? Elle ne sait pas que je suis en vie, souvient toi, quand Sébastian et moi sommes partit, je me suis fait passer pour mort, elle ne doit pas avoir conscience de mon existence maintenant... Tant mieux si elle m'a oublié, si elle nous a oublié ...

Il attrapa un air boudeur, rajoutant :

- La reine? Qu'elle nous laisse tranquille celle-là pour le moment, on a bien assez à faire comme ça…

- Je n’étais pas au courant que tu t’étais fait passer pour mort afin de renier tes titres. Oh, elle aura du mal à m’oublier, mais elle me donne de moins en moins d’affaire à gérer ~ Qui dit Reine d’Angleterre, qui dit nobles, ce qui est mon dernier problème ~ Bien assez à faire comme ça ? C’est-à-dire ? Tu as des soucis de ton côté ?

Alois II releva la tête vers lui, dans un air interrogateur, continuant de trifouiller ses mèches de cheveux avec grande tendresse et passion. Alois II, bien que décalé de ce monde jouant sur plusieurs front, entre ses cours, son rôle au Purgatoire, vérifier que son gémeau aille bien, il restait noble avec ses responsabilités. Il ne s’était jamais écarté de ce monde après tout, et continuait de faire la course avec les ennemis les nobles, l’araignée qu’il était prêt à les dévorer. Il cessa de trifouiller ses cheveux, se frottant contre la joue de Ciel II.
Il était tellement pâle….à en bien réfléchir, c’était sûrement son besoin de sang.


- Pense vraiment à te nourrir.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Dim 4 Déc 2011 - 17:37
- Je n’étais pas au courant que tu t’étais fait passer pour mort afin de renier tes titres. Oh, elle aura du mal à m’oublier, mais elle me donne de moins en moins d’affaire à gérer ~ Qui dit Reine d’Angleterre, qui dit nobles, ce qui est mon dernier problème ~ Bien assez à faire comme ça ? C’est-à-dire ? Tu as des soucis de ton côté ?

- Je n'ai absolument aucun soucis, enfin, aucun qui te conserne, tu peux avoir l'esprit tranquille...

Alois II releva la tête vers lui, dans un air interrogateur, continuant de trifouiller ses mèches de cheveux avec grande tendresse et passion.Il cessa de trifouiller ses cheveux, se frottant contre la joue de Ciel II.

- Pense vraiment à te nourrir.

Ciel II eut un léger regard choqué, détestant qu'on lui dise ça, il recula un peu, tombant sur la sol, se retrouvant assit par terre .

- Je ne veux pas me nourrir, je ne veux pas de sang, et par dessus tout, JE NE VEUX PAS DEVENIR UN MONTRE !
, il finit en baissant la tête, serrant les poing et les dents.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Dim 4 Déc 2011 - 17:58
- Je n'ai absolument aucun souci, enfin, aucun qui te concerne, tu peux avoir l'esprit tranquille...

Alois sourit de bonheur, continuant ainsi sa deuxième phrase, dans laquelle la réaction de Ciel II le surprit, voyant son regard choqué, reculant un peu, tombant au sol se retrouvant ainsi par terre. Il fit en baissant la tête, serrant les poings et les dents :

- Je ne veux pas me nourrir, je ne veux pas de sang, et par dessus tout, JE NE VEUX PAS DEVENIR UN MONSTRE !

- Tu dois bien te nourrir Ciel II si tu ne veux pas mourir, c’est le strict minimum. Si tu ne veux pas de sang, je vais devoir te donner autre chose. Si tu meurs ce qui causera plein de tristesse pour tes proches et pour moi, et si tu es blanc comme tu l’es en ce moment, c’est à cause de ton refus de te nourrir un minima pour rester en vie, mais apparemment, ça, ça t’échappe complètement ! Tu n’es pas un monstre parce que tu bois du sang, j’en bois aussi je te signale. C'est la race qui veut ça.

Alois II avait parlé d’une voix mi-ferme mi-douce, s’avançant de Ciel II pour prendre sa tête entre ses mains, la réaction de Ciel II par rapport à ça qu’il trouvait assez idiote.
Les espèces étaient ce qu’elles étaient, les compromis étaient possibles pour préserver les proches de ces autres races que les hommes.
Alois II soupira, détournant la tête, prenant un ton triste :


- Mais bon, si tu veux dépérir sur place et refuser mon aide, ça te regarde. Si même avec moi, tu n’as pas de volonté de vivre, je ne peux pas t’en empêcher…



avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mar 6 Déc 2011 - 7:14
- Tu dois bien te nourrir Ciel II si tu ne veux pas mourir, c’est le strict minimum. Si tu ne veux pas de sang, je vais devoir te donner autre chose. Si tu meurs ce qui causera plein de tristesse pour tes proches et pour moi, et si tu es blanc comme tu l’es en ce moment, c’est à cause de ton refus de te nourrir un minima pour rester en vie, mais apparemment, ça, ça t’échappe complètement ! Tu n’es pas un monstre parce que tu bois du sang, j’en bois aussi je te signale. C'est la race qui veut ça.

Alois II avait parlé d’une voix mi-ferme mi-douce, s’avançant de Ciel II pour prendre sa tête entre ses mains.
Alois II soupira, détournant la tête, prenant un ton triste :

- Mais bon, si tu veux dépérir sur place et refuser mon aide, ça te regarde. Si même avec moi, tu n’as pas de volonté de vivre, je ne peux pas t’en empêcher…

- Mais vous m'énerver tous à me dire qu'il faut que je boivent ! Vous vous êtes donner le mots c'est ça?!

Ciel II se releva, faisant en sorte que Alois II le lâche, assez contrarié .

- Je sais très bien ce que je doit faire, j'ai plus 4ans, je suis plus un enfant, comprit? Et je te fairait remarquer que je ne vie pas que pour toi, j'ai une famille aussi !

Légèrement sur les nerf, il préféra aller faire un tour sur le balcon pour se refroidir la tête. Il en avait que faire des soit-disant conseil, Ciel II n'était plus un enfant, il savait ce qu'il faisait et se qu'il avait à faire pour sa propre survit .


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mar 6 Déc 2011 - 8:30
- Mais vous m'énervez tous à me dire qu'il faut que je bois ! Vous vous êtes donnés le mot c'est ça?!

Alois II sursauta, surprit d’une réaction autant violente face à ses dires. Son cœur se déchaîna d’un cran en termes de battements de cœur, voyant que Ciel II se releva, s’arrangeant pour qu’Alois II soit obligé de le lâcher, son expression montrant qu’il était contrarié. Il refusait son aide…

- Je sais très bien ce que je dois faire, j'ai plus 4ans, je suis plus un enfant, comprit? Et je te ferait remarquer que je ne vis pas que pour toi, j'ai une famille aussi !

La première phrase, il s’y attendait, mais même s’il n’avait plus 4 ans, il avait toujours besoin de conseils. Cela n’empêchait rien que sa manière de s’occuper de lui faisait qu’il dépérissait petit à petit sur place, son teint blanc en était la preuve, mais vu qu’apparemment, il savait très bien s’en charger seul…Cela revenait plutôt à dire que dans un mois Ciel II aura un état encore plus dégradant. Par contre, la deuxième phrase lui blessa un peu plus le cœur.
Il décrocha un sourire triste. Lizzy et son fils, pensa aussitôt l’adolescent en baissant la tête.
Une famille…excepté Alois, il n’avait personne. Qui plus est, Alois n’était même pas sa famille !
C’était son créateur, son autre lui, son miroir…
A vrai dire, Alois II n’avait plus de famille depuis longtemps, il était bien contraint de faire avec ce manque. Ce qui compensait était la présence d’amis et d’amant, désirant dans les deux cas les combler de bonheur qu’importe le prix, avec quelques alliés de haute puissance qu’il mettait de son côté et qu’il contrôlait d’une main de maître.
Ciel II avait de la chance sur le côté de la famille, et il ne pouvait pas dénier que c’était un bon point que Ciel II emporte son importance à ces derniers.
Il pouvait aussi se porter heureux de l’avoir en tant qu’amant.
Il s’apprêta à parler, tombant à genoux sous le choc moral, son cœur fragilisé essayant de supporter cette satanée douleur qui ne faisait que s’amplifier de jour en jour, pas aveugle au Ciel II sous les nerfs tout près de lui. Mais il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit.
Ciel II alla faire un tour sur le balcon du manoir sans un mot, Alois II se créant par automatisme des papillons dorés afin de supporter cette nouvelle douleur, cette fois-ci provenant de sa phobie de sa solitude. Il agrippa une main les couvertures du lit proche, renfermant sa tête sur ces derniers, retenant ses sanglots et en se repliant un peu sur lui-même.
Inspirant et respirant pour se calmer intérieurement, et ne pas péter un plomb vu son humeur maussade qui était loin de partir, comme Alois lui avait conseillé pour rester le maximum « potable ». Rejoindre Ciel II au balcon, il aurait aimé le faire, malheureusement la peur de l’obscurité qui venait d’arriver dehors l’empêcha de bouger. Avec son cœur brisé, son esprit en vrille et son humeur, rencontrer cette phobie le rendrait fou. Il ne voulait pas hurler devant Ciel II une nouvelle fois à cause de sa peur du noir. Ironiquement, il craignait de s’en reprendre plein la tête.
Alois II ne comprenait pas, vraiment pas, pourquoi il refusait son aide...voyait-il les efforts qu’il faisait au moins ? Lui qui avait arrêté l’alcool, et de se mutiler afin de faire perdurer une promesse.
Alois II se renferma un peu plus, toussant, mais continuant son système afin de ne pas se laisser avoir dans ce que la douleur souhaite tirer de lui.
L’adolescent devait vraiment faire attention à ce qu’il disait pour ne pas tomber dans de tels sujets houleux, et ça avait l’air moins simple qu’il y paraissait.
Comment passer une journée avec Ciel II sans encombre ? Aucune idée.
Sans s’enfermer dans « l’eau de rose de l’idéal », oui, Alois II avait rattrapé un tic de Ciel II qu’il avait eut il y a quelques temps : son envie d’être tranquille et de ne pas parler des problèmes.
Alois II voulait renfermer la porte de ses 14 ans de malheur pour se consacrer à un grand bonheur qu’il se forgerait petit à petit. Ce qu’il ferait, s’arrangeant pour ne pas écourter sa vie éphémère qui lui reste. Extérieurement, certes, on lui avait donné l’immortalité, mais intérieurement, il était bel et bien mortel, régit par un cœur meurtri qui déciderait en fonction de la douleur de le faire périr ou non. Un nouveau fardeau à porter qui était bien lourd, que personne ne pouvait guérir ni modifier. Ce n’était pas le cœur qui était touché, mais aussi son âme, qui elle-même a été empoissonné jadis par le poison de Claude quand Alois avait été maudit.
Une condamnation irrévocable.
Alois II ferma les yeux, prit de légers tremblements, son esprit s’accordant des pensées joyeuses, des bons souvenirs qui avaient façonnés avec ses autres compagnons, avec son gémeau, avec Ciel II. Son cœur reprit des pulsations à peu près normales, et quand Alois II rouvrit les yeux, il eut pendant un court instant un clignotement faisant percevoir ses yeux vides pour disparaître l’instant d’après. Alois II tourna la tête, desserrant doucement sa main des couvertures, attendant avec impatience et inquiétude le retour de Ciel II.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mar 6 Déc 2011 - 12:15
Des... efforts? Il avait fait des efforts? Et ceux de Ciel II alors, il ne comptait pas? Lui, n'en avait pas fait au yeux de Alois II?

Quand Ciel II parler de famille, il mettais aussi la catégorie amis dedans car, il avait apprit à vivre pour lui et pour les autres ses dernier mois.

Et si Alois II avait trouver la réaction de Ciel II idiote, quand était-il de la sienne? On aurait plus dit un enfant auquel on aurait refuser quelque chose qu'un homme amoureux risquant de perdre celui qui l'aimait pour une simple histoire de nourriture...

Il avait fait le tour de la question de toute façon, pas besoin de s'attarder la dessus, Ciel II se nourrira comme bon lui semblera, il s'est ce qu'il a à faire mais, il ne le fait quand dernier recourt, quand il va vraiment mal, sinon il essaie de se retenir le plus qu'il peux pour ne pas faire de mal à ses proche. Et ce n'est pas parce que Ciel II aimer et avait un fils avec Lizzy que plus rien d'autre ne compter à ses yeux, si Alois II pensait ça, c'est qu'il avait un sérieux soucis dans son esprit... Ciel II n'abandonnerais jamais les personne qu'il aime, bien aux contraire !

Pour la peur du noir de Alois II, Ciel II n'en était que trop au courant, c'est pour cela qu'il était sorti, sachant que son amour ne viendrait pas le rejoindre .
Pour se détendre, il décida de faire apparaître son violon, mais ne jouant jamais en publique, il hésita un peu, mais sachant que Alois II avait peur, il voulais de tout de même lui faire par de se présence, il se mit donc en position...
Doucement, il laissa l'Archet du violon glisser sur les corde, oubliant un peu la présence de son amant pour jouer à son aise et reprendre son calme . En plus d'avoir une très bonne tactique au jeux, il était un excellent violoniste, un de ses rares dons...
Il choisit de jouer un morceau aussi triste que mélancolique à ses yeux : Ave Maria (lien musique ♫♪) . Aucune fausse note, c'est bien à sa que lui avait servit les cours de son ancien démon-majordome. Ce qu'il aurait aimé sur le moment, c'est que Alois II vienne à côté de lui pour l'entendre mieux jouer mais, vu sa peur du noir, je doute qu'il prenne le risque de le faire. Tout ce que voulais l'ancien comt, c'est qu'on lui fasse un peu confiance... Chose que personne ne semblait avoir en lui...
Ciel II ferma doucement les yeux, laissant seulement ses bras et son poignée en mouvement, respirant doucement, au rythmes de la mélodie.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mar 6 Déc 2011 - 13:45
Alois II continuait d’attendre, entendant le bruit lointain d’un violon. Cela ne pouvait être que Ciel II qui en jouait. Son mal de cœur s’était apaisée, et malgré la distance, ses pouvoirs d’héritier d’Hadès lui avait permit d’entendre vaguement les pensées de Ciel II à ses propres pensées, tout en tendant un peu l’oreille afin d’écouter la mélodie lointaine.
Alois II prenait en compte les efforts de Ciel II, il ne les passait pas sous la trappe.
Il approuvait aussi le fait qu’il avait fait des efforts envers lui, de cela, il ne pouvait guère le contester. Pour sa réaction, Alois II savait pertinemment à l’avance la comparaison qui reviendrait en ligne de compte, mais c’était dû à l’inquiétude d’une part, et d’une autre part à sa méconnaissance du fait que ses amis, et le fait qu’il soit son amant rendre dans la catégorie « famille » au sens de Ciel II. Concernant sa réflexion vis-à-vis de Lizzy, il ne pensait pas ça non. Seulement sa phobie de l’abandon lui procurait une peur constante d’être délaissé un jour ou l’autre. La douche froide avant qu’Alois II soit assassiné par Claude n’était toujours pas passé, n’ayant pas pu combler Ciel II dû à ses absences, la seule personne qui n’avait pas été comblé avait été lui. Alois II, malgré ce songe, ne comptait pas remettre ça sur le tapis.
Il en avait assez souffert, et il voulait l’écarter de sa mémoire s’il le pouvait.
Il avait donné une deuxième chance à Ciel II en terme de confiance à ce moment là, et cela resterait le cas, bien que toujours consumé par la peur du premier choc mais se taisant là-dessus, ne pouvant pas dénier la prise de conscience de son amoureux.

Alois II posa davantage sa tête contre les couvertures, tremblant légèrement des jambes, continuant d’écouter la musique qui lui refaisait ressortir ses larmes tantôt cachées.
Il les relava immédiatement, ne pouvant pas malheureusement réaliser le vœu de Ciel II.
Traîner dans son manoir seul et dans le noir, c’était l’addition de deux phobies à la fois, et même s’il prenait sur lui, dans l’état actuel de son corps, son esprit se briserait en morceaux.
C’était la barrière infranchissable qu’avait Alois II une fois la nuit tombée, alors que le jour, cette barrière était invisible, ouverte.
Ne pouvant qu’attendre et écouter, Alois II nota le bon maniement du violon par Ciel II.
Il se débrouillait vraiment bien, aucune fausse note, et de l’émotion se dégageait de sa mélodie. En musique, Ciel II avait apparemment un bon goût pour la matière.
Calmement, n’en pouvant plus de ses tremblements persistants, Alois II se mit à chanter d’une toute petite douce, suivant les airs de la musique qu’il entendait, suffisamment fort pour être entendu connaissant par cœur les échos dans mon manoir.
Ainsi, il serait avertit de sa présence de manière égale, s’arrangeant dans son chant pour faire paraître le fait qu’il lui faisait confiance et qu’il prenait en compte ses efforts, essayant de garder au maximum toutes la tristesse que les phobies refaisaient ressortir.


« Je te fais confiance Ciel II. Je vais m’améliorer pour mes doutes quotidiens à cause de ma phobie. Tu joues très bien du violon à ce que j’entends. Je te laisserais gérer ces genres de soucis seul maintenant, bien que tu ne pourras pas ne pas m'inquiéter quand il y aura un problème que je verrais immédiatemment, mais si tu as besoin de mon aide, tu pourras me demander. Désolé de t'avoir vexé...soyons heureux, n'est-ce pas ? »


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mar 6 Déc 2011 - 13:45
Alois II continuait d’attendre, entendant le bruit lointain d’un violon. Cela ne pouvait être que Ciel II qui en jouait. Son mal de cœur s’était apaisée, et malgré la distance, ses pouvoirs d’héritier d’Hadès lui avait permit d’entendre vaguement les pensées de Ciel II à ses propres pensées, tout en tendant un peu l’oreille afin d’écouter la mélodie lointaine.
Alois II prenait en compte les efforts de Ciel II, il ne les passait pas sous la trappe.
Il approuvait aussi le fait qu’il avait fait des efforts envers lui, de cela, il ne pouvait guère le contester. Pour sa réaction, Alois II savait pertinemment à l’avance la comparaison qui reviendrait en ligne de compte, mais c’était dû à l’inquiétude d’une part, et d’une autre part à sa méconnaissance du fait que ses amis, et le fait qu’il soit son amant rendre dans la catégorie « famille » au sens de Ciel II. Concernant sa réflexion vis-à-vis de Lizzy, il ne pensait pas ça non. Seulement sa phobie de l’abandon lui procurait une peur constante d’être délaissé un jour ou l’autre. La douche froide avant qu’Alois II soit assassiné par Claude n’était toujours pas passé, n’ayant pas pu combler Ciel II dû à ses absences, la seule personne qui n’avait pas été comblé avait été lui. Alois II, malgré ce songe, ne comptait pas remettre ça sur le tapis.
Il en avait assez souffert, et il voulait l’écarter de sa mémoire s’il le pouvait.
Il avait donné une deuxième chance à Ciel II en terme de confiance à ce moment là, et cela resterait le cas, bien que toujours consumé par la peur du premier choc mais se taisant là-dessus, ne pouvant pas dénier la prise de conscience de son amoureux.

Alois II posa davantage sa tête contre les couvertures, tremblant légèrement des jambes, continuant d’écouter la musique qui lui refaisait ressortir ses larmes tantôt cachées.
Il les relava immédiatement, ne pouvant pas malheureusement réaliser le vœu de Ciel II.
Traîner dans son manoir seul et dans le noir, c’était l’addition de deux phobies à la fois, et même s’il prenait sur lui, dans l’état actuel de son corps, son esprit se briserait en morceaux.
C’était la barrière infranchissable qu’avait Alois II une fois la nuit tombée, alors que le jour, cette barrière était invisible, ouverte.
Ne pouvant qu’attendre et écouter, Alois II nota le bon maniement du violon par Ciel II.
Il se débrouillait vraiment bien, aucune fausse note, et de l’émotion se dégageait de sa mélodie. En musique, Ciel II avait apparemment un bon goût pour la matière.
Calmement, n’en pouvant plus de ses tremblements persistants, Alois II se mit à chanter d’une toute petite douce, suivant les airs de la musique qu’il entendait, suffisamment fort pour être entendu connaissant par cœur les échos dans mon manoir.
Ainsi, il serait avertit de sa présence de manière égale, s’arrangeant dans son chant pour faire paraître le fait qu’il lui faisait confiance et qu’il prenait en compte ses efforts, essayant de garder au maximum toutes la tristesse que les phobies refaisaient ressortir.


« Je te fais confiance Ciel II. Je vais m’améliorer pour mes doutes quotidiens à cause de ma phobie. Tu joues très bien du violon à ce que j’entends. Je te laisserais gérer ces genres de soucis seul maintenant, bien que tu ne pourras pas ne pas m'inquiéter quand il y aura un problème que je verrais immédiatemment, mais si tu as besoin de mon aide, tu pourras me demander. Désolé de t'avoir vexé...soyons heureux, n'est-ce pas ? »


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Mar 6 Déc 2011 - 19:27
« Je te fais confiance Ciel II. Je vais m’améliorer pour mes doutes quotidiens à cause de ma phobie. Tu joues très bien du violon à ce que j’entends. Je te laisserais gérer ces genres de soucis seul maintenant, bien que tu ne pourras pas ne pas m'inquiéter quand il y aura un problème que je verrais immédiatemment, mais si tu as besoin de mon aide, tu pourras me demander. Désolé de t'avoir vexé...soyons heureux, n'est-ce pas ? »


A ces simple mots, la musique stoppa, plus un bruit ne rodait autour de Ciel II, on aurait dit que le temps s'était endormit... Juste une brise fraiche annonçant bientôt la fin de l'automne vient souffler sur les pâle joues du brun... Il leva néanmoins la tête, admirant la pleine lune qui éclairais tout le manoir Trancy ainsi que ces terres... Il s'tait installer sur la rempare du balcon, les pied dans la vide, ce qui ne le dérangeais point, faisant cela tout les soir depuis quelques mois . On put lire un ' merci ' sur ses lèvres, ainsi qu'une grande gratitude .

- Mais... Nous sommes déjà heureux, non? Reprit-il à voix haute , qu'est ce que le bonheur au juste, à part être avec les personnes que l'on aime... Les épreuves de la vie son serte des fardeaux pour certain mais... C'est ce qui nous permet de créer des lien... Que serait la vie sans soucis? Elle ne serais rien après tout...

Il se remit en position, le bas de son visage sur la mentonnière du violon, attrapant d'une main le hanche, et de l'autre l'archet de son instrument le posant délicatement sur les cordes. Il referma les yeux et, pour une fois, changea de morceau, car, serte, il jouait bien mais, il ne jo ait que Ave Maria, il ne trouvait guère interessant de savoir jouer plus que cela. Il commança son morceau ( ♫♪ ) , une musique bien approprié au moment me semble-t-il... Il joua de manière si douce, qu'aucune fausse notes ne vint gâcher la mélodie créer par ce dernier . Si l'on pouvait dire qu'avoir un coeur combler fairaient le bonheur des hommes, c'était le cas de ce cher garçon aux yeux bleu nuit...
Oh, douce nuit... L'air c'étais rafraîchit, l'hiver s'installer doucement...


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mar 6 Déc 2011 - 21:22

Alois II entendit une coupure de la musique suite à cette pensée, mais l’établissement du contact qu’il avait avec Ciel II lui permit de constater que ses dires sincères avait eut un impact positif. Il cessa de chanter, cela n’arrangeant rien à ces tremblements de jambes.
Il put distinguer dans sa tête le « merci » de ses lèvres, avant d’avoir l’esprit légèrement confus, prit de certains vestiges, l’obligeant à couper son pouvoir, toutefois, de façon faible et moindre, une partie de son esprit reconstitua les dires de Ciel II qu’il prononça juste après :


- Mais... Nous sommes déjà heureux, non? Qu'est-ce que le bonheur au juste, à part être avec les personnes que l'on aime... Les épreuves de la vie sont certes des fardeaux pour certains mais... C'est ce qui nous permet de créer des liens... Que serait la vie sans soucis? Elle ne serait rien après tout...

Les pouvoirs d’Hadès légèrement ouverts se renfermèrent aussitôt à la fin de sa phrase, ne pouvant que demeurer dans la pièce, l’oreille attentive à la nouvelle mélodie de Ciel II, attendant toujours ce dernier dans sa chambre.
Alois II ne pouvait pas dénier qu’il était heureux, mais qu’il avait une conception bien à lui du bonheur : se sentir à l’aise dans la vie, avoir un bon avenir sans crainte de faillite ni de finir à la rue, avoir des proches qui étaient comblés par sa personne, une vie remplie d’insouciance où les malheurs étaient loin derrière.
Le bonheur, c’était cela pour le Comte Trancy.
Être avec les personnes qu’il aimait n’était qu’un morceau de la fresque de ce sentiment qu’était l’harmonie moral.
Être libre comme un oiseau, pouvoir voler dans toutes les contrées sans craindre l’orage, sans craindre le fil électrique qui se déclencherait par coup du sort afin d’électrocuter l’oiseau qui vole. Il savait que ça ne serait jamais un bonheur éternellement blanc comme les ailes d’un ange. Ses ailes métaphoriques étaient brisées, inguérissables car le diamant dans lequel elles étaient forgées était unique au monde, ternit par de la noirceur sur une bonne partie des plumes, symbole de sa mortalité par son cœur causées par les épreuves du passé qui resteraient son fardeau éternel.
Le point du vue du bonheur par Alois II pouvait se résumer ainsi.
Décrochant un très faible sourire joyeux, il colla encore plus sa tête contre les couvertures du lit, resserrant à nouveau sa main sur les couvertures du lit, apprenant la mélodie qu’était en train de jouer Ciel II, même s’il l’entendait faiblement, il était complètement transporté.
Drôle de concert privé au tout cas…



avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Jeu 8 Déc 2011 - 7:12
Tout le monde avait sa propre définition du bonheur, pour Ciel II, c'était juste être ensemble...
Il commença à jouer un peu plus rapidement, et pas habitué à jouer si vite la mélodie, cassa deux des cordes de son instrument, produisant un son horrible. Prit d'une moue d'enfant de 7ans, il descendit de la rempare pour se remettre debout, admirant une dernière fois la magnifique pleine lune. Il se fit demi tour, laissant son violon poser contre un mur, de toute façon, il était cassé. Il retourna près de Alois II et s'assit sur le bord du lit à côté de lui, les jambes croisées.

- Comme je l'avait prédit, elle ne tiendrait pas longtemps ...

Il posa sa main sur la tête de Alois II et lui caressa les cheveux. Il était moyennement calmé mais au moins, il espéré avoir fait oublier le précédent sujet à l'adolescent. Puis il se laissa glisser et s'assit par terre pour prendre le blond contre lui et le câliner.

- Bref... Laisse....





[désolé, je peux pas faire mieux à cette heure ci x__X]


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Jeu 8 Déc 2011 - 7:51
Alois II attendait avec patience, zappant le bruit lointain du violon, vraiment plus en état d’écouter quoi que se soit, son esprit recommençant à se perdre.
Il le vit arriver dans la pièce quelques instants plus tard, sans son violon.
Alois II releva un instant la tête, ses tremblements aux jambes se calmant petit à petit, voyant Ciel II installé sur le lit, les jambes croisées.



- Comme je l’avais prédit, elle ne tiendrait pas longtemps ...


De qui parlait-il par elle ? Lice, quelqu’un d’autre ?
Il sentit une main lui caresser les cheveux, appréciant bien les caresses, à mi-cheval dans une mi-conscience, ayant toutefois un petit air interrogateur à la phrase de Ciel II.
Il le vit se laisser glisser, s’essayant par terre, pour le prendre contre lui et le câliner, son expression ayant un sourire pour montrer qu’il aimait ça, gardant toujours son air interrogateur.



- Bref... Laisse....


Alois II tourna négativement la tête, demandant du regard de lui expliquer afin qu’il comprenne mieux. Son sur plein de solitude lui avait fait coupé temporairement la parole, bien que la douleur à son cœur n’était plus présent, le choc de la phobie était resté encore pour quelques minutes. Alois II avait désormais le cœur trop fragile, et était trop détruit de l’intérieur pour contrer de telles choses, surtout qu’il n’avait plus ses barrières morales, et que cela prendrait un temps très conséquent pour qu’il les récupère entièrement.
Il caressa doucement les cheveux de Ciel II, posant sa tête contre son épaule, attendant une réponse à sa question gestuelle, profitant de ce temps pour se reconnecter complètement dans la réalité.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Jeu 8 Déc 2011 - 17:32
Ciel II ne fit que tourner la tête vers la fenêtre et pointer un de ses doigt dehors .

- Les cordes, elle ont casser, je ne les ait pas changer hier ...

Puis il laissa son bras retomber doucement, tout en le laissant se reposer sur les cheveux de Alois II, toujours en le câlinant. Le portant ensuite dans ses bras pour se rassoir sur le lit, son cher amoureux sur ses jambes, en le berçant un peu pour finir de le calmer.
Il n'aimait pas le voir dans cet état mais il y était tristement habitué, il aurait encore préférer être à la place de celui qui souffrait plutôt que de le voir souffrir ainsi.
Doucement il passa sa main dans les cheveux doré de l'adolescent sur ces genoux et passa une de ses mèches blondes derrière son oreille. Il avança un peu sa tête, moins pâle que avant tout de même et vira un peu au yeux rouge qu'il avait hérité de sa soeur, fermant les paupières, l'ancien comte déposa son front contre celui du blond et colla ses lèvres aux sienne pour l'embrasser .


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Jeu 8 Déc 2011 - 18:52
Alois II releva la tête et tourna le regard quand Ciel II tourna la tête vers la fenêtre, pointa par un de ses doigts l’extérieur.

- Les cordes, elles ont cassés, je ne les aie pas changés hier ...

Alois II hocha la tête, comprenant davantage sa phrase de tantôt. Il avait l’air d’y tenir beaucoup d’importance à son violon à son voir son expression sur le sujet.
Alois II rebaissa le regard et la tête, sentant le bras de Ciel II tantôt relevé retomber, se laissant se reposer sur ses cheveux, continuant de le câliner. Il le porta afin de la rasseoir sur le lit, le mettant sur ses jambes, le berçant pour lui faire passer davantage son après coup de phobie. Alois II porta son regard sur le visage de Ciel II qu’il dévorait avec les yeux, qu’il regardait toujours de façon joyeuse. Il lui caressa la joue, sachant qu’il n’aimait pas le voir dans de tels états. Tellement quotidien que s’il faisait l’aider, il faudrait avoir des nerfs d’acier de persistance, son cœur fissuré à jamais pouvant reformer ses barrières qu’avec cela.
Bien que ce sujet, excepté Alois qui était parfaitement conscient du point où son gémeau était perdu moralement et s’effritait physiquement, Alois II n’arriverait pas à ouvrir la bouche pour dire clairement qu’il voulait se faire aider, le sous-entendant uniquement quand il parlait de ce sujet, un moyen bien audacieux de faire son appel au secours.
Il apprécia le contact quand Ciel II passa sa main dans ses cheveux, passant une de ses mèches blondes derrière son oreille. Il avança un peu sa tête, ayant remarqué son amélioration en termes de couleur, à savoir comment cela s’était produit.
Ses yeux virèrent un peu au rouge, laissant Alois II indifférent à ce détail, le voyant fermer ses paupières, collant son front au sien avant d’avoir un échange de lèvres, auquel Alois II s’investit aussitôt, caressant le visage de Ciel II en même temps.
Il amplifia d’un cran le baiser, rougissant légèrement en même temps.
L’air légèrement perdu moralement s’envola petit à petit.
Se sentir aimé, accepté pour ce qu’il tenait, et recevoir de l’affection de ceux qu’il aimait demeurait le moyen le plus efficace pour faire passer ces avants coups qui le jetait sans remord dans le fossé de sa douleur morale et de sa haine contre lui-même.
De l’affection, c’était sa drogue, tout comme recevoir de l’amour, tout comme de rester toujours un proche qu’il aimait. Désormais qu’il avait arrêté de boire, et d’essayer de se tuer, il devait se trouver un autre calmant qui adoucirait sa douleur inerte.
Surtout que plus est, s’étant rendue compte suite à une remarque, qu’il faisait souffrir ses proches à force de se plaindre de façon continuelle alors que l’adolescent était certain d’avoir fait des efforts sur le sujet, il se promit à lui-même de s’efforcer à amoindri ce côté, qui était guère la chose la plus aisée pour le concerné qui devait, en plus de rester l’œil attentif aux réactions des autres devait en faire de même pour les siennes, ne devant pas franchir la limite qu’il s’était fixé. Alois II était ainsi, il ne faisait jamais les choses à moitié.


avatar
Petite soeur


Messages : 1483
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 21


Ven 9 Déc 2011 - 7:14
Ciel II fut content que son amant participe. Il fini le baiser quelques secondes plus tard, regardant son tendre et cher dans les yeux, admirant ses joues rouges .

- Tu as de la fièvre?... Tu es tout rouge...

L'ancien comte était assez étonnée, l'adolescent de ses souvenirs ne rougissait pas pour un simple baiser comme cela, même lui n'était presque plus atteint bien qu'il adorait ces rares moments. Il lui caressa la joue pour voir si il n'avait pas neceraisse qu'un soupçon de fièvre et le recolla contre lui. Son couer de démon battant extrêment vite, comme à son habitude. Il le regarda avec inquiétude, vu que d'habitude, il n'avait point ce genre de réaction


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Ven 9 Déc 2011 - 13:25
Alois II savoura bien le baiser, et s’étonna presque quand Ciel II l’arrêta quelques secondes plus tard, l’adolescent voulant encore dévorer les lèvres de l’ancien compte.
Il le regarda dans les yeux, admirant ses joues rosées, questionnant sur un ton assez étonné :


- Tu as de la fièvre?... Tu es tout rouge...

Alois II n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche, qu’il sentit la main de Ciel II lui caresser la joue, se recollant contre lui, pouvant ainsi le cœur de Ciel II qui battait de façon habituelle la chamade par son espèce démone, le scrutant avec inquiétude suite à sa réaction.
Alois II, remit de son après coup de sa phobie, parla tout doucement :


- Non, ce n’est pas de la fièvre. Ce sont des rougeurs d’émotions. Cela m’arrive souvent quand je me remets d’une douleur morale, ou quand je suis fatigué…je deviens plus sensible que d’habitude et encore plus fragile.

Il lui sourit tendrement de joie, câlinant les cheveux de Ciel II afin de le rassurer, laissant de côté ce détail d’avoir les joues rosés qui partiraient à un moment ou à autre quand son esprit se serait reconnecté à Alois Trancy et non à Jim McCain.
Afin que Ciel II puisse davantage comprendre comment une telle chose était possible, il ajouta d’une toute petite voix, devant toujours faire l’effort de prononcer ce genre de vérités, ayant tendance à les conserver pour lui et de les supporter seul :


- C’est Jim qui ressort dans de tels moments…


Contenu sponsorisé




 

Glandouillage (pour Ciel II)

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Rps et liens pour Ciel Bleu.
» L'orage se prépare dans un ciel sans nuage.
» Aide toi, le ciel t'aidera.
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le cimetière général :: Topics de RPG abandonnés-