AccueilAccueil  FAQFAQ  GalerieGalerie  RechercherRechercher  GroupesGroupes  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion      

Partagez | 
 

 Ennemis~ [Alois Trancy II]



avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Dim 5 Fév 2012 - 1:15
Le shinigami savait qu'il n'avait rien à faire ici, il savait aussi que cela allait très mal se terminer, mais sa décision était prise. Le matin s'était déroulé comme tout les matins depuis un petit moment désormais, il s'était levé, avait été déposé une rose devant la fenêtre de la femme de sa vie, celle qui lui avait dérobé son coeur, sa seule raison de vivre, et s'était dirigé vers le manoir de son ami et amant qui n'était pas là...Bon ce n'était pas grave seulement du coup il n'avait pas grand chose à faire..Il aurait bien été tuer des gens mais William le surveillait déjà de près et Grell n'avais pas besoin de lui en plus dans ses ennuis...il eut alors une autre idée.

Pourquoi ne pas aller le voir...lui.

Ils se détestaient, enfin le shinigami ne l'aimait pas, il savait qu'il ne devrait pas se trouver dans ce jardin, qu'il devrait faire demi tour car les probabilités que toute cette histoire se termine mal était trop importante, seulement il avait envie d'être ici. Il n'avait pas peur de ce mioche, ce n'était qu'un gamin, peut importait le nombre de noms et de qualifications qu'il se donnait, il restait un môme. Et Grell n'avait pas peur de lui, ni de personne d'ailleurs.

Alors qu'il sautillait gaiement à la recherche de son adversaire, il réfléchit à ce qu'il était venu faire ici..car il était bien venu pour quelque chose. Dire bonjour? Un éclat de rire retentit au milieu des fleurs. Lui Grell Sutcliff, se serait déplacé jusqu'au coeur de la demeure de son ennemi armé de sa tronçonneuse, pour dire bonjour? Non ce n'était pas crédible...

Pourtant il n'était pas venu pour chercher la bagarre, au contraire, il voulait essayer de déméler un peu toute cette histoire...Mais le petit blond était capable de tout et il l'avait déjà fait souffrir alors il fallait mieux rester sur ses gardes.

Enfin..il faudrait déjà le trouver dans cet endroit.



avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Dim 5 Fév 2012 - 14:14

Alois II était seul au manoir…cela en devenait presque une généralité de se retrouver ainsi engloutit par la solitude qui le pesait de plus en plus. Son gémeau n’était point là, des affaires urgentes l’empêchaient de venir, il n’avait pas véritablement de travail à effectuer, et si cela concernait son rôle de fonctionnaire, l’adolescent avait vite fait bien fait de remplir, de signer, de commenter toutes ses « paperasse » qui était tellement monotone !
L’ambiance du manoir était muette, la pire des tortures pour le jeune garçon ayant eut quinze ans il y avait quelques mois de cela. Un silence oppressant qui resserrait davantage les plaies, les fissurant, brisant de nouveaux éclats de verre de son âme déjà fortement meurtri, provoquant l’écoulement d’un sang frais qui envahissait petit à petit tout le sol de la pièce tandis que les entrailles se décomposaient petit à petit. Tel était l’effet meurtrier du vide.
Sachant parfaitement qu’il ne le supportait guère longtemps de prendre sur lui, et espérant vite que du monde daigne bien se présenter, Alois sortit du manoir, allant trainailler dans le jardin, ignorant et ne voulant pas savoir quelle heure il était à cet instant.

L’air pensif, il essayait de se remettre de toutes ses émotions, ses pensées allant davantage pour Ciel II que pour soi-même. Alois II avait fini par prendre un des trait de son comportement de son créateur : la solidarité à toute épreuve, la vie uniquement pour les autres et non pour soi-même. Il se devait de changer ce comportement qui l’avait trop de fois dévoré tout cru, l’emmenant dans un gouffre sombre tellement grand qu’il n’était plus en mesure de s’emparer de la corde sauveuse. Quelle dramatisme de s’être lui-même détraqué l’esprit plus qu’il ne l’était déjà, pensant véritablement pouvant faire chemin arrière, afin d’espérer de sauver son gémeau, pour, une fois que son souhait s’était concrétisé, refuser de vouloir faire chemin arrière car ce détraquement d’esprit avait mit en face une vérité irréfutable.
Alois II avait trop sombré, son côté gémeau avait trop accepté son sort prochain, pour espérer changer ce qui le dévorerait éternellement désormais, ses illusions n’étant qu’une maigre barrière face à ce qu’il éprouvait de plus en plus. Des remords de n’être pas mort ?
Ce n’était pas vraiment ça. Sa condition de gémeau le condamnait à une vie courte, la souffrance morale le condamnait à une faible espérance de vie, sauf qu’en à un an, la limite qui aurait pu être franchit dans quelques années l’avait déjà été.
La cause : trop de souffrances. Une prise sur soi qui dépassait ses capacités morales.
Désormais, il voulait être tranquille, ne plus autant souffrir, continuer de rendre ses proches heureux, et faire quelque chose de son éternité en dehors de ses rôles divers qui lui prenait pas mal de son temps mais qui l’arrachait à une vie éternelle de douleur.

Un rire reconnaissable parvint à ses oreilles. Grell ?
Alois II soupira, passant une main dans ses cheveux, des faibles yeux tristes apparaissant avant de déglutir, relevant la tête, faisant un sourire forcé qui s’arrangea pour rendre le plus heureux possible. Tout ce qu’il espérait, c’était qu’il n’allait pas lui chercher des noises, sinon, il n’y irait pas dans son jardin pour supporter sa solitude, mais plutôt en Enfer ou limite au Purgatoire. Assez vite, il trouva le Shinigami aux cheveux rouges, grand adorateur du sang.
Avant, au temps de sa vie uniquement humaine, il aurait eut peur de la venue du Shinigami, et aurait vite péter un plomb face aux reproches et au profond mépris qui lui jetaient à la figure.
Maintenant ? Maintenant, cela le laissait indifférent, des Shinigami, ils en avaient l’habitude, après tout, il était un aide pour deux puissants Shinigami fonctionnaires, Hisoka Kurosaki et Tsuzuki Asato qui lui apprenaient le fil du métier. Certes, ils étaient d’une catégorie au dessus des Shinigami comme Grell qui était essentiellement des faucheurs, un Shinigami de classe B, tandis qu’il était devenu un Shinigami de classe S, son rôle à lui étant généralement tourné vers le repos des âmes égarées et les explications de meurtres que ne pouvaient pas expliquer les humains. De plus, Alois II s’était perfectionné dans son futur rôle de Seigneur des Enfers, comptant bien changer la mentalité pourrie qui s’était installé dans le milieu vu qu’il était manipulé toute sa vie par Hadès qui avait tiré exactement ce qu’il voulait de lui.
Désormais, les mots brutaux ne lui faisaient plus peur, il supporterait avec mal tout le mépris qu’on lui jette laissant l’autre se ridiculiser sur place ; il ne jouerait plus sur la corde du chantage, attiser sa colère était la dernière chose à faire…Alois II soupira à nouveau.
La guérison forcée d’Hadès dans le cours du mois auquel Ciel II était partit aux Etats-Unis l’avait aidé à remettre en place bon nombre de choses, et à cesser de s’autodétruire lentement mais sûrement. Du détail qu’il soit devenu plus potable envers les autres et qu’il faisait des efforts pour eux pour rarement de remerciements et de reconnaissance en gentillesse semblait être passé inaperçue…Il jeta un fin coup d’œil à Grell.
Si c’était s’en prendre à nouveau plein la tête, il préférait partir.
S’il n’avait pas été seul, ça aurait pu passer, mais là, si cela venait à tourner mal, Alois II n’allait pas s’en remettre. Tsss, de toute façon, il avait enterré la hache de guerre.
Grell était dans sa catégorie « à classer », voire « indifférent ».
Il n’avait de toute façon pas confiance en lui, il s’amusait à le faire souffrir comme un jeu, qu’il se l’ouvre ou pas, il était son petit joujou de douleur…c’était pathétique.
Aucun mot de travers ne serait profitable. De la raison de sa venue, chercher des ennuis semblait celle la plus concrète et qui ressemblait bien à Grell.
Alois II coupa le silence qui persistait, tournant la tête sur le côté, son regard tourné vers Grell, ses mains sur son micro-short, une voix à moitié sifflante et à moitié douce sortant de sa bouche :

« Que me vaux l’honneur de ta venue Grell chez moi ? Si c’est pour me mépriser ou me chercher des noises, prière de partir. Inutile de faire ton orgueilleux devant moi ou de m’en tirer plein la gueule. Sache aussi que je ne parle pas en ennemi, mais en neutre. »


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Lun 6 Fév 2012 - 1:00
Grell s'amusait, c'était dans sa nature insouciant et inconscient jusqu'au bout, s'amusant à improviser au fil des situations qu'il rencontrait. Il reconnaissait volontiers que la plupart du temps, cela se terminait en bain de sang, mais ce n'était pas toujours sa faute. Oui, il était un idiot fini, qui ne savait pas distinguer le bien du mal, et qui s'en moquait comme de son premier baiser. Sans la langue bien sûr parce que le premier baiser avec la langue...on ne l'oublie jamais celui-là, si intense, passionné..si..enfin bref tout cela pour vous dire qu'il ne savait absolument pas ce qu'il venait faire ici si ce n'est se mettre un peu plus dans le pétrin. Enfin bon..peut être avait-il une idée derrière la tête, comme la fois où il avait décidé de prendre cette fille sous son aile pour lui apprendre quelques trucs sans que personne ne soit au courant..mais bref..ceci était une autre histoire et cette personne lui avait bien dit d'ailleurs de ne pas se méler de tout ça. De rester avec Lice et de se tenir à carreau. Mais tout le monde savait que le shinigami n'en faisait qu'à sa tête..et c'était justement ça la source de tout ces soucis.

L'homme en rouge observa rapidement les alentours, cherchant tout les lieux possibles de fuit et une stratégie au cas où il se ferait attaquer avant même d'avoir plus placer un mot. Ce genre de choses lui était souvent arrivé, que ce soit chez Sebastian où chez Willy, il commençait donc à avoir une certaine habitude de la chose, et savait comment y faire face.

Il fallait qu'il reste calme, qu'il se contrôle et surtout..qu'il n'allume pas sa faux. Grell savait que le petit blond ne l'aimait pas, d'ailleurs il y avait peux de gens qui l’appréciaient vraiment . Qui pourrait aimer un homme se prenant la plupart du temps pour une femme, se maquillant et ne sortant jamais sans ses talons aussi haut perchés que sa voix et son grand manteau ? Ce n'est pas parce qu'il souriait et qu'il affichait un air béat que le shinigami n'était pas conscient des bruits de couloirs qui résonnaient dans son dos. Des coups bas il en subissait constamment et il continuerait d'en subir..seulement il n'en avait que faire. Ces gens ne valaient rien comparé à lui..et s'il valaient plus tant mieux pour eux, il n'en avait rien à faire. Tout ce qui ne le concernait pas immédiatement n'avait pas de valeur à ses yeux.

Oui, il était toujours au plus bas de l'échelle des shinigami, pourtant il était le meilleur de sa promotion. Et s'il montrait un peu de sérieux dans son travail, et qu'il le faisait en temps et en heure il aurait peut être pu obtenir de l'avancement. Seulement ce n'était pas sa priorité dans la vie. Il s'en fichait, aimait ce qu'il faisait et le faisait bien.
Face au jeune garçon, lui qui avait pourtant des années d'expériences et d'habitude derrière lui se retrouvait aussi minable qu'une fourmis face à un géant. Mais il s'en moquait, parce qu'il avait la foie, il savait qu'il était meilleurs que lui et plus expérimenté sur bien des domaines et il n'avait pas peur. Et surtout..il n'avait rien a perdre face à lui. Il ne le connaissait pas plus que cela mes les deux s'étaient déjà jugés et condamnés..et pourtant ils se retrouvaient l'un en face de l'autre.

Maintenant sa tâche était d'éviter de le faire fuir, ne pas lui faire peur où le vexer pour qu'il n'aille pas s'enfuir et se terrer dans ses enfers où il ne savait trop où. Ce qui posait des soucis au rouquin, il n'avait pas l'habitude de se comporter comme ça, et il n'aimait pas vraiment cela. Mais bon..allons y gaiement et dans la bonne humeur. La guerre était soi disant terminé..ce que le shinigami ne croyait pas un mot, si la guerre était réellement terminée il n'y aurait pas toutes ses lares et tout ces cris. Les gens devaient vraiment cesser de s'autodétruire.

Grell n'avait pas voulu s'en prendre à Aloïs particulièrement mais il sentait que ce dernier lui en voulait pour on ne sait quelle raison. Pourtant d'aussi loin qu'il ne s'en souvienne ce n'est pas lui qui lui avait ouvert l'âme et réduit en miette, et violé le tournant en ridicule devant la femme de sa vie...enfin ce mioche était ce qu'il était et il fallait qu'il reste calme donc hors de question de repenser à cela.

Refusant de prononcer les premiers mots, aux cas où ceux ci seraient pris de travers et mal intérprêtés, l'homme en rouge se contenta d'attendre, son sourire toujours visé au lèvres sans quitter l'adolescent des yeux.

« Que me vaux l’honneur de ta venue Grell chez moi ? Si c’est pour me mépriser ou me chercher des noises, prière de partir. Inutile de faire ton orgueilleux devant moi ou de m’en tirer plein la gueule. Sache aussi que je ne parle pas en ennemi, mais en neutre. »

Orgueilleux, tirer plein la gueule...si c'était sa manière de parler en neutre qu'est ce que c'était lorsqu'il parlait en ennemi. La faucheuse ne bougea pas, immobile sans même battre des cils, elle assimilait la haine de ce garçon qu'elle pouvait sentir pulser dans l'air qui les entourait. Il disait lui être indifférent mais ses mots le trahissaient, le fait même qu'il perçoive sa venue comme une source d'ennui ou une menace potentielle en était la preuve. Toujours sans bouger, Grell inclina légèrement la tête sur le côté et parla d'une voix calme et détachée qui ne lui ressemblait pas tellement.

''-Je passais par hasard et j'ai...non en fait je ne suis pas ici par hasard et tu le sais très bien. Je ne suis pas venu ni pour te mépriser ni pour causer le moindre soucis et si ma présence te dérange il te suffira de me le dire, je partirais sans chercher à comprendre. Si je fais mon orgueilleux, c'est que je ne m'en rend pas compte il te suffira de me le dire et je m'arrêterais immédiatement également...''

Grell fit une légère pause, ses yeux verts-jaune scrutèrent son interlocuteur en quête de..il ne savait pas trop en fait. C'était comme de discuter avec un scorpion où un serpent à sonnette, on se savait jamais si celui ci allait attaquer...après un instant de silence il repris la parole.

''-Je crois que nous devons parler toi et moi... je sens que tu m'en veux. ''

Parler..oui mais de quoi ? Dire qu'ils étaient partis sur un mauvais pieds et qu'en recommençant tout s'arrangerait ? Grell n'était pas un menteur et il n'était pas aussi idiot qu'il le laissait croire. Rien ne pouvait être effacé, jamais...il le savait depuis un bon moment maintenant, chaque chose était gravée au fer rouge, au marqueur indélébile....


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Lun 6 Fév 2012 - 9:54

Remarquant sa présence, le Shinigami s’était arrêté de s’amuser avec insouciance et inconsciente, et malgré l’allure à demi énervée d’Alois II prêt à exploser à un moindre problème, il sentit son adversaire se forcer à se contrôler, à rester calme.
Il rejeta un regard vers le Shinigami rouge, sans aucun mépris, mais plutôt par curiosité, comme si il avait prit conscience de quelque chose d’important en dehors de son aveuglement.
Alois II avait bien fait de prononcer les premiers mots dans la conversation, des deux, dans leur comportement similaire, il avait plus de chance de se faire comprendre, le comportement de Grell pouvait faire des siennes et pouvant très mal prendre ses premiers dires.
L’air ambiant alimenté par sa haine ne le surprenait pas tant que cela, la haine faisait partie entière chez l’adolescent, elle ne l’avait jamais quitté. Une haine incompréhensible, journalière, qui ne cessait de s’augmenter, qui ne se calmait jamais, le monstre de l’adolescent amplifiant encore plus cette colère, une colère contre tout, une colère contre lui-même, une colère contre les autres. L’adolescent pouvait comprendre les autres, tous sauf exception, toutefois, il les haïssait tout sauf exception en même temps.
Une belle contradiction qui le poursuivait, qu’il ne cherchait pas à se séparer, état une de ses uniques barrières. C’était ce qui rendait l’adolescent constamment dangereux, que personne parfois n’osait même l’approcher quand cette haine s’emparait de lui. Forcer sur son naturel, et son effort de pouvoir être potable revenait aussi à resserrer cette flamme qui s’attisait, trouver l’espace clos pour l’enfermer devenait impossible dès ce moment, la flamme gonflant faisant tout exploser sur son passage.
Il n’avait jamais été un exemple caractériellement…

A la fin de ses dires, le Shinigami en face de lui n’avait pas bougé, entièrement immobile, ayant apparemment clairement ressentit la haine qui émanait indirectement de lui. Grell inclina la tête sur le côté, parlant d’une voix calme et détachée qui démontrait un effort redevable de sa part, ses yeux toujours fixés sur Alois II :

''-Je passais par hasard et j'ai...non en fait je ne suis pas ici par hasard et tu le sais très bien. Je ne suis pas venu ni pour te mépriser ni pour causer le moindre souci et si ma présence te dérange il te suffira de me le dire, je partirais sans chercher à comprendre. Si je fais mon orgueilleux, c'est que je ne m'en rends pas compte il te suffira de me le dire et je m'arrêterais immédiatement également...''

Alois II ne commenta pas, attendant qu’il termine de parler, l’air toujours aussi sombre, mais pensif à ses dires. C’était déjà une bonne chose qu’il ne venait pas pour le mépris ou lui causer du tord, et il venait d’avouer de lui-même qu’il ne se rendait pas compte qu’il faisait son orgueilleux. Grell semblait déstabilisé par le comportement qu’il devait avoir avec l’adolescent pour ne pas se prendre son naturel en pleine face, n’en ayant vraiment pas l’habitude. Du moins, il semblait lui avoir fait confiance sur ce coup là, ce qui était une bonne chose en soi. Une légère pause survint, les yeux vert-jaune scrutant les siens en quête sûrement d’une réaction particulière dans les yeux, ces derniers ayant bel et bien gardés une certaine lueur d’indifférence. Après un court instant de silence il reprit la parole :

''-Je crois que nous devons parler toi et moi... je sens que tu m'en veux. ''

Parler ? Parler de quoi ? Alois II était tellement droit que c’était comme une dernière fois qu’il donnait à Grell de partir sur de bons pieds sans se taper dessus, aucun des deux n’ayant fait cet effort tantôt de sympathiser. Du poids du passé, il en avait parfaitement conscience.
Il était lui-même victime de douleurs qui ne partiraient jamais, d’un passé qui ne s’effacerait jamais de son être…il cessa de détourner la tête, regardant le Shinigami, droit dans les yeux, dans un air où on aurait dit qu’il était prêt à sortir les crocs et à morde, bien que ses yeux restaient toujours aussi indifférents, avec une certaine lueur triste, commentant très doucement :

« - Je le devine bien que tu n’es pas passé me voir par hasard, et je te remercie de me prévenir que ce n’était pas pour me chercher des noises. Quant à ton comportement orgueilleux, tu es comme moi, ton naturel te fait des tours, et on te rejette pour ça. Face à mon naturel, tu m’as rejeté, face au tien, je t’ai rejeté. »

Il avait prit une sorte de ton philosophique pour des paroles sincères lâchées sans plus d’émotion dans la voix, mais dont ses yeux exprimaient tout l’inverse.
Alois II avait préféré jouer sur la corde qu’il pouvait le comprendre, ce qu’il faisait uniquement à ceux dont il n’avait aucun ressentiment particulier.
La perche indirecte de Grell de découvrir un comportement similaire pour des conséquences similaires, en ayant eut indirectement la confirmation, lui avait permit de tenir un terrain d’entente sans parler essentiellement de lui, ce qui pouvait signifier que si Grell réagissait mal, c’était ce qu’il se retrouvait en lui, bien qu’il refusait de se l’avouer.
La comparaison était forcée, mais c’était comme la fois où il s’était retrouvé devant Hadès, des mêmes douleurs silencieuses, un même comportement où le respect était de mise, des mêmes contre attaque pour se montrer fort pour cacher énormément de secrets.
Lui-même n’aimait pas se retrouver face devant la réalité de ses péchés, c’en était de même avec les autres. L’adolescent avait prit un risque toutefois qu’il prenne mal sa comparaison avec lui, où que Grell feigne qu’il l’ait tord.
Il confirma à moitié sur le même ton, l’arrière goût était cependant davantage triste :

« - Je ne peux pas vraiment te contredire, tu m’as traité comme les nobles, comme un moins que rien alors que je ne t’avais rien fait…à toujours remettre en cause mon comportement…quoi que je pouvais dire, cela pouvait se retourner contre moi…j’ai du mépris constamment Grell, le rejet fait partie intégrante de mon existence…je me vante peut-être de ce que je suis devenu, mais je reste dans les deux cas un simple pion…sans me mentir, j’en ai souffert, comme quand j’en souffre tous les jours…et je ne suis pas aveugle, au vue de ton comportement, il a dû t’arriver des malheurs qui t’a fait façonner ce comportement…sauf que ta tristesse que tu dois avoir, tu ne l’extériorises pas véritablement, et tu ne dois même pas chercher à en parler. Tout ceci est hypothétique te concernant, toutefois, je ne pense pas m’être trompé…»

Il se stoppa sur ses dires, n’ayant rien à rajouter, étant fini de prendre la perche donnée par Grell, le ton de sa voix démontrant bien qu’il y avait eut un changement bien visible dans son comportement. Une réaction favorable de Grell, c’était tout ce qu’il attendait.
Une mauvaise réaction mettrait davantage en valeur ses dires, il ne voulait pas de ça…


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Mar 7 Fév 2012 - 0:22
Vous n'avez jamais ressenti le besoin irrésistible lorsque vous vous retrouvez face à une falaise de vous jeter dans le vide ? De ressentir la délicieuse sensation de ne plus rien contrôler et de n'avoir aucune prise sur ce qui vous entoure, être juste obligé de subir, subir cette gravité qui vous entraîner vers la chute sans même savoir ce qui vous attend en dessous. Est-ce des rochers aiguisées qui vous trancheront la peau en fines lamelles sanglantes ? Ou alors rien que le sol qui vous brisera les os un à un ? Grell si, il en avait envie, et besoin, c'était sa façon d'être et de vivre. Aller au devant des dangers, des ennuis, sauter de chaque falaise qu'il pouvait rencontrer toujours plus haut, sans se soucier de ce qui l'attend en bas. De toute façon on y est bien assez tôt en bas...Certains analysent ça comme une envie suicidaire, d'autre comme une folie furieuse, rares sont ceux qui savent vraiment les raisons de son comportement, si raisons elles existent.
Le gamin semblait n'avoir rien à faire ce qui se passait autour de lui, du crétin de shinigami qui bouillait intérieurement et qui prenait sur lui pour faire de son mieux. Pourquoi est-ce qu'il était là d'ailleurs...il ne l'aimait pas, et vice versa. Que dire de plus, que faire de plus...Grell venait de se ridiculiser une fois de plus, de s'humilier et comme l'idiot qu'il était il n'avait eu besoin de personne cette fois-ci. Il lui avait suffit de venir ici, comme s'il réclamait quelque chose...il sentait que l'autre allait prendre comme une faveur le fait de lui accorder cet entretien, et peut être en était-ce une après tout, seulement le shinigami ne le voyait pas comme cela. Il y aurait toujours ce problème de vision entre eux....
Le regard que lui lança Aloïs II, son attitude, auraient poussé nombres de gens à s'enfuir sans demander leurs reste, à se sentir nerveux. Grell se contenta de le soutenir de ses grand yeux innocent alors que le rouquin ne l'était plus vraiment. Grell se comportait comme un enfant, les trois quart du temps, et le reste du temps il arrivait que cela soit encore pire. Pourtant ce n'est pas cela qui l'empêchait de faire face à ses responsabilités, à ses épreuves. Et c'était un homme qui se tenait devant Aloïs II en ce moment même, impossible de savoir combien de temps l'homme allait rester, quand l'enfant allait réapparaître ni même si l'homme était préférable à l'enfant d'ailleurs. Face à ce regard, il ne resserra même pas la main sur sa faux, pourtant il savait, il savait tout comme le savait Aloïs II que cette histoire se terminerait mal, quoi qu'ils fassent. Il restait juste à savoir qui craquerait, qui ferait basculer le fragile équilibre qui était en train de se construire...

« - Je le devine bien que tu n’es pas passé me voir par hasard, et je te remercie de me prévenir que ce n’était pas pour me chercher des noises. Quant à ton comportement orgueilleux, tu es comme moi, ton naturel te fait des tours, et on te rejette pour ça. Face à mon naturel, tu m’as rejeté, face au tien, je t’ai rejeté. »
Rejeté, naturel, les mots essayaient de prendre place dans l'esprit du shinigami. Son naturel, il était bien loin de ce qu'il était en train de faire en ce moment même...se reniait-il dans le seul but d'avoir une discussion avec ce jeune garçon ? Rejeté, oui il devait l'être, sûrement même..puisque personne ne venait lui adresser la parole par plaisir mais plutôt par obligation. Cependant il ne voyait pas trop ce qu'il y avait de gênant dans cela, les autres ne valaient pas la peine qu'il se fatigue pour eux, surtout s'ils n'aimaient pas son allure ni sa manière d'être. Ils n'ont qu'a pas le regarder si cela ne leur plaît pas.
La comparaison du blondinet le stressait, il jouait à quoi là ? Il croyait vraiment pouvoir le cerner aussi facilement ? Grell avait l'impression d'assister à son propre procès dont les preuves étaient truquées et pour lequel il serait déjà jugé coupable. Dans ce cas à quoi bon se battre, autant se laisser couler et porter par le courant. Peut être était ce qu'il était venu chercher...il savait qu'en disant quelques mots l'autre pouvait le faire passer de vie à trépas, l'utiliser comme bon lui sembler. Le shinigami n'était qu'un pantin..seulement son caractère et son esprit d'opposition ne comptaient pas se laisser faire aussi facilement.

Un sourire apparu doucement sur ses lèvres, sourire qu'il ne put réprimer. Ce n'était rien de plus qu'un sourire, comme il avait si souvent l'habitude d'en faire, mais le rouquin savait pertinemment que cela serait mal perçu, ou interprété, pourtant il ne pouvait le retenir. Vous avez déjà essayé de retenir un sourire vous ? Vous vous retrouvez avec une tête trop bizarre et c'est encore pire niveau image que l'on donne à l'autre...toujours sans bouger il écouta attentivement son interlocuteur, attentif à la moindre de ses virgules, la moindre de ses intonations. Il avait l'impression d'être en terrain miné...ça devait faire mal de perdre un bras sur une mine..


« - Je ne peux pas vraiment te contredire, tu m’as traité comme les nobles, comme un moins que rien alors que je ne t’avais rien fait…à toujours remettre en cause mon comportement…quoi que je pouvais dire, cela pouvait se retourner contre moi…j’ai du mépris constamment Grell, le rejet fait partie intégrante de mon existence…je me vante peut-être de ce que je suis devenu, mais je reste dans les deux cas un simple pion…sans me mentir, j’en ai souffert, comme quand j’en souffre tous les jours…et je ne suis pas aveugle, au vue de ton comportement, il a dû t’arriver des malheurs qui t’a fait façonner ce comportement…sauf que ta tristesse que tu dois avoir, tu ne l’extériorises pas véritablement, et tu ne dois même pas chercher à en parler. Tout ceci est hypothétique te concernant, toutefois, je ne pense pas m’être trompé…»

Traité ? Grell n'avait pas ce souvenir..enfin il faisait tellement de choses et avec tellement de gens qu'il était possible qu'il ait oublié. La suite était hautement dérangeant pour le shinigami, si le ton n'était pas agressif les propos pouvaient l'être...comment son comportement trahissait-il ce qu'il avait vécu ou pu vivre ? La tristesse ?...les yeux de Grell se voilèrent un instant alors qu'il replongea en arrière. Petite introspection en se demandant pourquoi il parlait de cela...pourquoi parler de lui ?
Personne ne savait ce qu'était sa vie, ce qu'elle avait été et ce qu'elle restera. Une seule personne connaissait tout de lui, et ce n'était pas sa mère contrairement à ce que l'on pourrait croire. Seulement elle lui avait bien dit ne pas venir, d'arrêter les ennuis...Les mots qui sortaient de sa bouche..Grell les recevaient comme des reproches, comme s'il devait cesser d'avoir ce comportement.
''- Je t'ai mal traité ? Rappelle toi que nous sommes deux dans ce jeu...je ne sais pas qui a commencer, moi peut être, mais ne dis pas que je suis le seul responsable de tout cela. Si tu ne veux plus être un pion pourquoi ne pas agir pour ne plus en être un...avec tout tes pouvoirs tu dois en être capable non ? Mon comportement...il faudrait donc que je le change... ''
Grell se tut un instant, il sentait que sa voix dérapait légèrement, qu'il arborait une moue pensive et il effaça toutes ces traces de son visage. Il devait rester de marbre, ne pas se laisser atteindre quoi qu'il arrive....
''Les malheurs tu dis...tout le monde en connaît, je ne voix pas pourquoi je n'y aurais pas le droit moi aussi, cela ne serait pas juste sinon. Ma tristesse, si elle existe, ne regarde que moi, je ne vois pas l'intérêt d'aller me plaindre constamment aux gens. Déjà qu'ils ne m'apprécient pas alors là ce serait le pompon...C'est donc mon comportement qui te dérange tant...
Le shinigami se tut il sentait qu'il avait dérapé..ou peut être pas...il avait du mal à rester immobile et sage aussi longtemps. Pourtant il avait essayé de rester calme et posé, même si ses paroles n'étaient qu'une transcription de toutes les choses qui lui passaient par la tête...ce qui rendait la tâche assez difficile...Il pencha la tête sur le côté, une mèche de ses long cheveux rouges masquant son œil droit pendant qu'il attendait de voir...
Il devrait peut être réparer les erreurs qu'il venait de faire alors inutile d'en faire d'autres....


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Mar 7 Fév 2012 - 13:41

L’air indifférent de l’adolescent demeurait, aussi fragile et temporaire soit il, suffisamment réactif pour sentir qu’il ne devait faire aucune erreur avec le Shinigami rouge en face de lui qui prenait sur lui, faisant mine de ne pas ressentir la fournaise qui était présent dans le concerné. Il le ressentait, du regret d’avoir fait l’effort de venir, le dégoût ou était-ce un sentiment de mal à l’aise que Grell éprouvait à sa vision, qui pensait malheureusement qu’il était en train de faire l’idiot et de se faire humilier, ce qui n’était aucunement le cas.
Il supporta le regard qui lui lança, toujours confiné dans sa carapace, ne portant pas sa main sur sa faux ce qui rassura intérieurement l’adolescent. Alois II le savait, s’il commentait une simple erreur, si l’un des deux craquerait, cela finirait mal, mais ayant été sincère sur ce qu’il avait dévoilé à Grell, il ferait tout pour empêcher cela.
Sa phobie de la solitude si Grell se comportait en ennemi s’ouvrirait brusquement si tout tournait dans le mauvais sens, Alois II pourrait vraiment devenir fou en faisant ressortir son monstre, devenant tout aussi cruel qu’Hadès, engloutit par une envie de tout anéantir tout en sombrant dans un état de désespoir que personne ne devait voir…
A la fin de ses premiers dires, un sourire s’était dessiné sur le visage du Shinigami, l’écoutant attentivement, écoutant la suite de ses dires.
Les yeux de Grell qui se voilèrent un instant lui donna raison.

''- Je t'ai mal traité ? Rappelle toi que nous sommes deux dans ce jeu...je ne sais pas qui a commencer, moi peut être, mais ne dis pas que je suis le seul responsable de tout cela. Si tu ne veux plus être un pion pourquoi ne pas agir pour ne plus en être un...avec tout tes pouvoirs tu dois en être capable non ? Mon comportement...il faudrait donc que je le change... ''

Un fait qui fit éclater brusquement l’air sombre d’Alois II, faisant paraître un visage triste, des yeux triste…il était tout aussi coupable de Grell vis-à-vis de leur situation, c’était pourquoi il prenait en main la possibilité de pouvoir le modifier, de ne plus jouer dans ce jeu sadique et pervers qui ne les aiderait jamais. Concernant sa remarque sur sa condition de « pion », un sourire triste se dessina sur son visage. Il devait en faire part, il devait des explications de ce qui rendait la chose impossible. Un instant de silence arriva, le fait que la voix de Grell était dérapée ne l’ayant pas plus surprit que ça, voyant qu’il avait une mine pensive qui effaçait toutes les traces de son visage, mais comme lui, il essayait de rester de marbre.

''Les malheurs tu dis...tout le monde en connaît, je ne voix pas pourquoi je n'y aurais pas le droit moi aussi, cela ne serait pas juste sinon. Ma tristesse, si elle existe, ne regarde que moi, je ne vois pas l'intérêt d'aller me plaindre constamment aux gens. Déjà qu'ils ne m'apprécient pas alors là ce serait le pompon...C'est donc mon comportement qui te dérange tant... ''

Le sourire triste d’Alois II s’élargit : il aurait pu échapper au malheur, et il lui répondait que c’était une question de justice…quelle dramatisme. La réaction vis-à-vis de sa tristesse le rendu nostalgique à son comportement véritable d’avant la connaissance d’Alois, il savait ce que ressentait Grell sur le sujet, il l’avait vécu, il le vivait toujours à vrai dire. Sauf qu’il y avait une erreur d’observation, le but n’était pas de s’en plaindre, mais d’en tirer du soutien…
De telles douleurs étaient irréversibles, des marques demeuraient, et seuls les autres pouvaient avec une sincérité exemplaire de te les retirer petit à petit afin de te reconstruire, sinon, tu étais voué qu’à être enfoncé. Grell pencha la tête sur le côté, une mèche de ses cheveux allant masquer son œil droit. Au même instant, Alois II s’avança vers Grell, l’expression n’ayant pas changé, et après un instant de silence, parla, dans une voix véritablement douce, où le sentiment d’indifférence semblait être partit petit à petit :

« - Ton comportement me dérange ? Pour être sincère, oui…quand tu t’es moqué de mon comportement, quand tu m’as humilié en me déclarant que j’étais minable de toujours me plaindre de mes problèmes alors que je ne cherche que du soutien, que d’être comprit, que j’en parle afin de m’en vider, d’être comprit pour le monstre que je suis devenu…La mentalité que tu as sur ta douleur, je l’ai eus par le passé, cela ne m’a attiré que des ennuis, que du rejet, que de la haine, cela m’a davantage détruit qu’aider. Une tristesse ainsi encaissée ne peut que finir par te bouffer petit à petit…»

Il déglutit un instant avant de reprendre sur le même ton :

« - Le changer pour te faire accepter par les autres…Concernant le « jeu », je m’en fiche maintenant de qui l’a commencé, je n’en fais plus partit car d’une part, je ne te déteste plus, d’une autre, je ne te considère plus comme un ennemi. Te concernant, le fait que tu m’aimes pas a dû rester…tu dois sûrement prendre mes dires pour quelqu’un de prétentieux alors que je cherche qu’à t’aider, bien que tu n’as pas demandé mon aide…ce ne sont pas des reproches, mais mes conclusions que j’ai fini par percevoir une fois l’apparence que tu me donnais dépassé…»

Nouveau petit temps de pause.

« - Concernant ma condition de pion, il m’est désormais impossible de m’en séparer, et mes pouvoirs ne serviront à rien vu que je ne peux que m’en sortir que par la stratégie. Hadès s’est arrangé pour que ma condition d’aujourd’hui soit là, ayant tout programmé et ayant tout contrôlé, de ce fait, la punition d’Hannah et de Claude pour avoir démentit à ses ordres respectivement indirectement et concrètement étant dans ses plans…Béatrice, quant à elle, a berné le vieux, et m’a toujours observé pour agir…je suis une pièce de plus dans son jeu avec Battler, la preuve même que les sorcières existent…je ne peux pas me démêler de leur influence, je suis leur otage à tous les deux…si Hadès détruit les pactes qu’il a avec moi, je meurs, n’étant plus mortel, Béatrice peut elle aussi me tuer…de toute façon, j’ai été un pion toute ma vie…je ne suis que le gémeau d’Alois en dehors de mon moi personne qui ne peut que remarquer que mon existence a été un mensonge depuis le début…j’essaye à vrai dire de me reconstruire…Je ne sais pas si tu le sais, mais autant te le dire, tout ce que tu as vu de moi, l’égoïste, l’orgueilleux, le sadique, tout ceci sont des illusions qui me servent de barrières. Ce que je suis vraiment, c’est une poupée vide, tellement qu’on n’a pas voulu d’elle et qu’on l’a rejeté…même auprès de toi, je fais de mon mieux pour être accepté…je sais parfaitement que ma vie est éphémère voire même insignifiante, que je ne suis qu’un humain à la base…pourtant, je n’abandonne pas…»


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Mer 8 Fév 2012 - 23:32
Ridicule...le shinigami serrait doucement la poignée de sa faux en réfléchissant, essayant d'analyser le moindre geste, battement de cil où parole de son adversaire, car ils étaient adversaires quoi qu'il arrive. C'était ainsi que cela avait débuté et il n'y avait qu'une seule issue possible, enfin d'après ce qui était écrit d'après la logique même des choses. Seulement Grell n'était pas logique, il avait horreur des règles et ne supportait pas de ne pas comprendre. Et le fait de bien se comporter ne lui paraissait pas naturel, comme s'il jouait à être lui même mais en différent. Ridicule...

L'expression de son interlocuteur venait de changer, mensonge, vérité, trahison où sincérité..le rouquin ne saurait dire. Peu importait de toute façon, le jeu était lancé et les masque ne pouvaient rester bien longtemps en place. Plus ils allaient avancer plus cela serait tendu, la partie serait serrée et Grell était de moins en moins certain de pouvoir tenir jusqu'au bout. Il en avait assez de voir toutes ces histoires, dont il était parfois la cause, qui prenaient des proportions dramatiques alors qu'ils ne s'agissait la plupart du temps que de broutilles. S'il avait été seul, le shinigami serait parti depuis longtemps, il aurait quitté Londres, le QG et tout ces gens..seulement il avait fallut qu'il s'attache. Hé oui, le rouquin avait un gros soucis au niveau attachement, il se liait très vite avec les gens. A leur grand désespoir la plupart du temps...que l'on soit froid et distant où alors très chaleureux avec lui tout lui allait. Du moment que l'on s’intéressait à lui.

Le garçon s'approcha de lui, un pas, un simple pas qui décupla la tension chez l'homme en rouge. Le fait de venir vers lui, de briser la distance de sécurité lui donnait envie de reculer. Il prit sur lui même, les talons bien ancrés dans le sol pour ne pas faire ce geste de recul. Geste de faiblesse, de lâcheté, mais aussi de rejet. Il fallait qu'il soit sage. SAGE..ce mot résonnait en lui comme un glas.

« - Ton comportement me dérange ? Pour être sincère, oui…quand tu t’es moqué de mon comportement, quand tu m’as humilié en me déclarant que j’étais minable de toujours me plaindre de mes problèmes alors que je ne cherche que du soutien, que d’être comprit, que j’en parle afin de m’en vider, d’être comprit pour le monstre que je suis devenu…La mentalité que tu as sur ta douleur, je l’ai eus par le passé, cela ne m’a attiré que des ennuis, que du rejet, que de la haine, cela m’a davantage détruit qu’aider. Une tristesse ainsi encaissée ne peut que finir par te bouffer petit à petit…»

Ces paroles, s'il avait pu ne pas les entendre. Se boucher les oreilles et chanter à tue tête, comme le faisaient ces humains lorsqu'ils étaient dans leur douche. Une pratique ridicule mais qui lui semblait fort utile à présent. Ce n'était pas la réflexion sur son comportement qui le dérangeait, non se moquer et humilier les autres étaient choses courante chez le shinigami. C'est l'histoire même de la vie, ou on écrase les autres, ou on se fait écraser. Le soutien, les autres..il fallait avoir grandement fois en les autres pour espérer un quelconque soutien de leur part. Mis à part le fait des les gêner où de s'attirer des moqueries, raconter ses problèmes ne pouvait pas avoir beaucoup d'effets positifs. Sa mentalité sur sa douleur..le bouffer ? Il n'y pensait pas, et puis c'était son problème pas celui du garçon.

« - Le changer pour te faire accepter par les autres…Concernant le « jeu », je m’en fiche maintenant de qui l’a commencé, je n’en fais plus partit car d’une part, je ne te déteste plus, d’une autre, je ne te considère plus comme un ennemi. Te concernant, le fait que tu m’aimes pas a dû rester…tu dois sûrement prendre mes dires pour quelqu’un de prétentieux alors que je cherche qu’à t’aider, bien que tu n’as pas demandé mon aide…ce ne sont pas des reproches, mais mes conclusions que j’ai fini par percevoir une fois l’apparence que tu me donnais dépassé…»

Plus comme un ennemi..il était capable de décider ça comme ça d'un coup tout seul ? C'était possible ça ? Grell réfléchit essayant de voir les pièges, l'hypocrisie et le mensonge derrière tout cela. Car les plus belles paroles possèdent toujours un arrière goût amer, assez écoeurant par la suite. L'aider ? Pourquoi faire..il n'avait pas demandé d'aide et n'en voulait pas particulièrement. Aide toi et le ciel t'aidera, c'était l'un des proverbes les plus en vogue en ce moment. Sauf que Grell ne voulait pas s'aider, ni que le ciel l'aide ni que personne d'autre d'ailleurs. Il voulait...autre chose.

« - Concernant ma condition de pion, il m’est désormais impossible de m’en séparer, et mes pouvoirs ne serviront à rien vu que je ne peux que m’en sortir que par la stratégie. Hadès s’est arrangé pour que ma condition d’aujourd’hui soit là, ayant tout programmé et ayant tout contrôlé, de ce fait, la punition d’Hannah et de Claude pour avoir démentit à ses ordres respectivement indirectement et concrètement étant dans ses plans…Béatrice, quant à elle, a berné le vieux, et m’a toujours observé pour agir…je suis une pièce de plus dans son jeu avec Battler, la preuve même que les sorcières existent…je ne peux pas me démêler de leur influence, je suis leur otage à tous les deux…si Hadès détruit les pactes qu’il a avec moi, je meurs, n’étant plus mortel, Béatrice peut elle aussi me tuer…de toute façon, j’ai été un pion toute ma vie…je ne suis que le gémeau d’Alois en dehors de mon moi personne qui ne peut que remarquer que mon existence a été un mensonge depuis le début…j’essaye à vrai dire de me reconstruire…Je ne sais pas si tu le sais, mais autant te le dire, tout ce que tu as vu de moi, l’égoïste, l’orgueilleux, le sadique, tout ceci sont des illusions qui me servent de barrières. Ce que je suis vraiment, c’est une poupée vide, tellement qu’on n’a pas voulu d’elle et qu’on l’a rejeté…même auprès de toi, je fais de mon mieux pour être accepté…je sais parfaitement que ma vie est éphémère voire même insignifiante, que je ne suis qu’un humain à la base…pourtant, je n’abandonne pas…» 

Le shinigami cligna des yeux, il recula finalement, n'y tenant plus. D'une part parce que ça allait être à lui de parler et que s'il s'énervait en parlant il valait mieux qu'il soit un peu éloigné, d'autre part parce que ça le gênait de voir que c'était Aloïs II qui faisait l'effort de venir vers lui..et lui qui n'avait qu'une envie qui était de s'éloigner de la source de danger.

 ''Tristesse encaissée ? Que sais-tu de moi ? Autant que j'en sais de toi probablement...en tout cas tu as raison nous n'avons pas le même point de vue sur ce sujet. Je ne vois pas comment tu peux connaître ma mentalité sur un sujet sans même me l'avoir demandé. Pourtant je vais te croire, je sais ce que tu veux dire mais je ne me laisserais pas bouffer par moi même et je ne laisserait pas ces sentiments ronger les autres. ''

La faucheuse parlait d'une voix calme et posée. Son seul défaut était que Grell disait ce qu'il pensait, au moment où il le pensait. Il avait déjà fort à faire pour contrôler son corps et sa voix, il ne pouvait pas en plus réfléchir à ce qu'il devait dire ou non. D'où le fait que certaines paroles semblaient peu judicieuses...

 ''M'aider ? Pourquoi faire ? Tu connais le mot desperé ? C'est moi ! D'ailleurs pourquoi m'aider ? Tu as besoin de quelque chose ?

Dans la vie, on n'a pas rien sans rien. C'était encore quelque chose d'universel quelque soit la race à laquelle on appartienne, cette valeur était inculquée dès le plus jeune âge. Il ne comprenait pas tout ce qui sortait de la bouche du blondinet, essayait de se remémorer certains passages mais avait quelques difficultés.

''Tu vis donc sur des barrières...sur un mensonge. Pourquoi ? Tu n'es pas une poupée vide, ce n'est pas pour les autres que tu vis mais pour toi même...et te faire accepter par moi..ne te fatigue pas avec moi.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Jeu 9 Fév 2012 - 8:13

Grell avait cligné des yeux à la fin de ses paroles, se reculant légèrement, geste qu’Alois II vu mais fit mine d’encaisser en restant de marbre, ce petit geste était comme l’expression d’un refus. Ne pouvant s’en empêcher, il se mordit la lèvre pour encaisser le coup, avant de calmer ses tremblements qui commençaient à apparaître aux vus de sa phobie précédente.
La voix du Shinigami se fit entendre, d’une calme et posée, mais aux dires plutôt durs :

''Tristesse encaissée ? Que sais-tu de moi ? Autant que j'en sais de toi probablement...en tout cas tu as raison nous n'avons pas le même point de vue sur ce sujet. Je ne vois pas comment tu peux connaître ma mentalité sur un sujet sans même me l'avoir demandé. Pourtant je vais te croire, je sais ce que tu veux dire mais je ne me laisserais pas bouffer par moi même et je ne laisserait pas ces sentiments ronger les autres. ''

L’air triste d’Alois II demeura, il ne pouvait que remarquer des similitudes avec son expérience, qui était faux ou non, heureux d’une certaine façon qui l’est accepté de bien le croire…ce qui sous-entendait qu’il ne croyait pas à toutes les paroles qu’on pouvait lui dire.

''M'aider ? Pourquoi faire ? Tu connais le mot désespéré ? C'est moi ! D'ailleurs pourquoi m'aider ? Tu as besoin de quelque chose ? ''

Un nouveau petit sourire apparut sur son visage, quelle ironie, ils étaient dans le même cas question de ce sujet.

''Tu vis donc sur des barrières...sur un mensonge. Pourquoi ? Tu n'es pas une poupée vide, ce n'est pas pour les autres que tu vis mais pour toi même...et te faire accepter par moi..ne te fatigue pas avec moi. ''

Le sourire triste d’Alois II s’élargit, ce n’était pas un mensonge comme il pensait, il jouait avec la vérité, mais en, contradictoirement, se bernant lui-même.
Il termina de s’avancer vers Grell, pour arriver quasiment à sa hauteur, n’ayant aucune crainte particulière, si l’avait fait le premier pas, il le garderait. Une voix qui était dotant plus calme avant sortit de sa bouche, assurant, tandis que des yeux vides de tout sentiment se dévoilèrent quelques instants dans les yeux de l’adolescent, son regard toujours porté sur le Shinigami :

« - Mes barrières ne sont pas un mensonge…ce que tu as vu de moi au début est le monstre façonné par le vieux, le Lord Trancy…ses yeux vides que tu as vu sont ce que je suis vraiment. Je me mens à moi-même concernant uniquement mes sourires, et mes rires…J’ai été obligé d’agir comme ça pour vivre, mais ayant des cruelles phobies, comme celle de la solitude, de l’abandon, et du noir, je suis dépendant des autres…sans les autres, je ne suis rien…de plus, j’ai certes apprit à mon gémeau à vivre pour lui-même, mais personne ne m’a apprit à vivre pour moi, sachant que je refuse que mon gémeau s’occupe de mes affaires n’en voyant pas l’intérêt, voulant me donner une allure de fort à son égard alors que tout bas, j’en deviens fou à côté…»

Léger instant de silence avant qu’il reprenne :

« - Donc, quoi que je fasse sincèrement, tu ne changeras pas ton avis envers moi ? Tu continueras de me rejeter alors que je t’ai prouvé par mes « révélations » vis-à-vis de moi que j’ai vraiment changé la considération que j’avais de toi ? Si tu es surprit de ce changement soudain, cela ne m’étonne pas, mais j’ai cette capacité à ne pas rester toujours borné sur mes pensées et mes à priori. Concernant le fait que tu es un cas désespéré, nous sommes dans ce cas deux…si tel est le cas, le tien est rattrapable, je n’ai pas de doute, mais je n’insisterais pas si tu ne veux pas de mon aide. Non je n’ai besoin de rien. Je le fait parce que cela me tient à cœur, parce que je veux partir sur de nouvelles bases, c’est une façon pour moi de me racheter de mon comportement avec toi…»

Il termina après un nouvel instant de pause, allant retourner tranquillement à sa place d’avant, continuant de le regarder :

« - Je ne sais quasiment rien sur toi, et ceci est réciproque. Quant au fait que je l’ai su, c’est par mon regard, apporté à la fois par mes expériences personnels et la « théorie » des choses courantes n’ayant jamais eut une éducation pour ce genre de choses. Tant mieux pour toi dans ce cas. Apparemment, tu as l’air d’être comme moi, à davantage juger sur les gestes que sur les mots car les mots peuvent toujours cacher un arrière goût de mensonge. Seulement, il y a un élément qui ne te trahit jamais : les yeux. Mes yeux ne sont jamais ceux d’un menteur. »


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Sam 11 Fév 2012 - 19:09
Au fur et a mesure que le temps passait, le shinigami perdait le contrôle. Il n'en laissait rien paraître, grande actrice qu'il était il ne pouvait se permettre de quitter son rôle au beau milieu de l'une de ses plus importante représentation. Pourtant sa folie était là..et se faisait ressentir un peu plus à chaque moment. Les tremblement de l'autre ne lui avait pas échappé, peur, colère, tristesse ? Il n'y avait pas de quoi être triste, rien de tout cela ne l'était bien au contraire. Etre en colère, furieux, amusé, se moquer aussi, mais être triste ? Pour quelle raison ? Grell ressentait non plus de la haine mais une sorte de pitié émanant de l'autre, comme s'il le plaignait d'être ce qu'il était.

Il n'aimait pas cela du tout. Grell était lui même point barre, il savait que l'on portait un jugement sur lui, qu'il avait de grands airs et qu'il prenait les gens de haut. Parce qu'ils le méritaient d'ailleurs. Comment ce petit morveux pouvait se permettre de se prétendre mieux que lui ? Où osait-il seulement lui dire ce qu'il serait bon de faire où pas. D'ailleurs ces pas qu'ils faisait se rapprochant toujours plus de lui jusqu'à n'être plus qu'à quelque centimètre de l'homme en rouge. C'était de la provocation pure et dure. Il était en train de lui montrer qui était le maître.

Grell n'avait pas de maître...

Un simple mouvement du bras, un petit coup de faux et cette petite tête blonde volerait dans le ciel accompagnée d'un jeyser de sang. Le shinigami se demanda si le sang du bambin était rouge...il était tellement différent. Ce qui était sûr c'est que quoi qu'il fasse Aloïs II ne mourrait pas..où alors il fallait qu'il suive une procédure très stricte qu'il n'avait pas encore trouvé. Mais il ne fit rien de toute cela. Il resta figé, un peu trop peut être pour paraître naturel, pourtant aucune de ses pensées ne transparaissaient dans son regard vert. Il essayait d'imiter son calme et si stoïque supérieur qu'il admirait tant..Willy. Pour l'instant il y arrivait plus où moins bien.

« - Mes barrières ne sont pas un mensonge…ce que tu as vu de moi au début est le monstre façonné par le vieux, le Lord Trancy…ses yeux vides que tu as vu sont ce que je suis vraiment. Je me mens à moi-même concernant uniquement mes sourires, et mes rires…J’ai été obligé d’agir comme ça pour vivre, mais ayant des cruelles phobies, comme celle de la solitude, de l’abandon, et du noir, je suis dépendant des autres…sans les autres, je ne suis rien…de plus, j’ai certes apprit à mon gémeau à vivre pour lui-même, mais personne ne m’a apprit à vivre pour moi, sachant que je refuse que mon gémeau s’occupe de mes affaires n’en voyant pas l’intérêt, voulant me donner une allure de fort à son égard alors que tout bas, j’en deviens fou à côté…»

Grell était largué..des barrières qui n'en étaient pas, des yeux vides qui étaient vraiment lui. Il disait une chose et son contraire dans l'instant d'après. S'il suivait bien c'étaient les sourires et les rires qui étaient faux, alors quand il disait aimer Ciel II ce n'était que pour ne pas être seul...où il y avait autre chose. Impossible, il y avait quelque chose entre ces deux là il l'avait senti et ressenti. Alors que le rouquin pataugeait dans la semoule, enfin façon de parler puisqu'il n'y avait aucune trace de semoule dans les environ ce qui était logique puisqu'ils se trouvaient dans un jardin et qu'il commençait d'ailleurs à faire un peu frisquet si on remarquait bien, l'autre continua de parler.

« - Donc, quoi que je fasse sincèrement, tu ne changeras pas ton avis envers moi ? Tu continueras de me rejeter alors que je t’ai prouvé par mes « révélations » vis-à-vis de moi que j’ai vraiment changé la considération que j’avais de toi ? Si tu es surprit de ce changement soudain, cela ne m’étonne pas, mais j’ai cette capacité à ne pas rester toujours borné sur mes pensées et mes à priori. Concernant le fait que tu es un cas désespéré, nous sommes dans ce cas deux…si tel est le cas, le tien est rattrapable, je n’ai pas de doute, mais je n’insisterais pas si tu ne veux pas de mon aide. Non je n’ai besoin de rien. Je le fait parce que cela me tient à cœur, parce que je veux partir sur de nouvelles bases, c’est une façon pour moi de me racheter de mon comportement avec toi…»

Encore des critiques, des jugements. Des révélations ? Ce qu'il avait fait ? Il s'était contenté de comparer son cas à celui du shinigami et d'afficher un air triste. Grell était tout aussi capable d'en faire autant. La preuve lorsqu'il avait joué le rôle de domestique de l'autre cruche. Changer d'avis peut être qui le ferait un jour..peut être pas. Quand à cette capacité de ne pas rester borné il s'en fichait, il était têtu et il tenait à ses opinions et ses décisions. Et c'était quoi de cette histoire de se racheter. Il voulait se faire passer pour le gentil...très bien, le shinigami excellait dans le rôle du méchant. Il était fait pour ça.

« - Je ne sais quasiment rien sur toi, et ceci est réciproque. Quant au fait que je l’ai su, c’est par mon regard, apporté à la fois par mes expériences personnels et la « théorie » des choses courantes n’ayant jamais eut une éducation pour ce genre de choses. Tant mieux pour toi dans ce cas. Apparemment, tu as l’air d’être comme moi, à davantage juger sur les gestes que sur les mots car les mots peuvent toujours cacher un arrière goût de mensonge. Seulement, il y a un élément qui ne te trahit jamais : les yeux. Mes yeux ne sont jamais ceux d’un menteur. »

Les yeux...un bref éclat de rire s'échappa finalement de la bouche du dangereux psychopathe. Le garçon s'était reculé, la distance de sécurité était à nouveau rétablie. Et ce fut lui qui pris l'initiative cette fois ci. D'un bon il se retrouva face au petit garçon, il fléchit légèrement les genoux, pour que leurs deux visages soient face à face, observant attentivement les deux lacs glacés se trouvant en face de lui.

« -Ton regard..tu l'as dit toi même, il est vide. Difficile de trouver la vérité dans un regard dénué d'émotion ne penses tu pas ? »

Il fit un saut périlleux et atterrit derrière lui, lui tournant le dos délibérément. Sans ce soucier plus que cela de ce qu'il pouvait penser et dire, c'était à son tour de parler, seulement il ne savait pas trop comme exprimer ce qui lui passait par la tête, trop de choses, trop d'informations en même temps.

« - Mon âme a gardé la trace de ton passage, et ce n'est pas du rejet que j'éprouve envers toi c'est beaucoup plus complexe. Ton aide ? Je ne vois pas comment quelqu'un qui n'est pas capable d'être en paix avec lui même pourrait aider les autres. Ton comportement...pourquoi le racheter, tu as fait ce qui te semblait juste et je ne pense pas qu'aujourd'hui si la situation se reproduisait tu agirais différement. »



avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Sam 11 Fév 2012 - 20:08

La peur de l’échec, la sensation qui ne cessait de l’envelopper, de plus en plus…
Dès qu’il s’était avancé, Grell s’était figé, il avait ressentit l’envie de le tuer. Il avait sûrement mal interprété ses dires. Ou il s’était mal exprimé, il ne voyait que ça…
Il ne pensait à mal quand l’adolescent s’était avancé, ce n’était pas que de la provocation.
Dès qu’Alois s’entreprit de parler de son regard, un éclat de rire s’entendit de la part de Grell, qui le fit sursauter légèrement, ne s’étant pas du tout attendu à cela.
C’était son air dominateur qui l’avait perdu ? Ses dires ? Son allure ?
La distance de sécurité était revenue, dès la fin de ses paroles, Grell prit l’initiative de s’avancer vers lui, se retrouvant brusquement en face de lui, fléchant les jambes pour que leur visages soient côte à côté, le regard de Grell observant ses yeux bleus.

« -Ton regard..tu l'as dit toi même, il est vide. Difficile de trouver la vérité dans un regard dénué d'émotion ne penses tu pas ? »

Alois ne pouvait pas dénier la phrase de Grell, c’était trop dur de voir une vérité dans des yeux vides…mais pourtant ce qu’il faisait. Il était contradictoire, mais une contradiction qui existait bien en lui. La façon dont Grell avait prononcé cette vérité sur son regard le bouleversa intérieurement. Le Shinigami fit un saut périlleux, arrivant derrière lui, lui ayant tourné le dos de façon volontaire, ayant pu distinguer qu’il se moquait de ce qu’il pensait et pouvait dire à cet instant.
Des paroles arrivèrent de sa part :

« - Mon âme a gardé la trace de ton passage, et ce n'est pas du rejet que j'éprouve envers toi c'est beaucoup plus complexe. Ton aide ? Je ne vois pas comment quelqu'un qui n'est pas capable d'être en paix avec lui même pourrait aider les autres. Ton comportement...pourquoi le racheter, tu as fait ce qui te semblait juste et je ne pense pas qu'aujourd'hui si la situation se reproduisait tu agirais différemment. »

A la fin de ses dires, il tomba à genoux, déstabilisé, légèrement apeuré par la situation qui pouvait dérailler désormais, sentant que Grell avait de plus en plus de mal à se contrôler.
Complexe envers lui mais pas du rejet ? Il avait besoin de détails, de mieux comprendre ce qu’il éprouvait envers lui…le fait qu’il était parvenu à rester dans son âme lui donnait un sentiment bizarre. De la joie ? Sur ses paroles sur son aide, il était tombé juste à son niveau, l’adolescent n’était pas en paix avec lui-même, mais il était les autres…
Il trouvait que son comportement n’avait rien à se racheter ?
Il trouvait ses réactions justes ?
Calmement, après un instant de silence, il répondit, avant de se taire, essayant de contrôler ses émotions, sa phobie de la solitude en faisant des siennes :

« - Ton âme a gardé une trace de mon passage, vraiment ? Dis, tu pourrais me détailler ce que tu ressens pour moi si ce n’est pas du rejet ? Tu as visé juste, je ne suis pas en paix avec moi-même, mais je parviens tout de même à faire de mon mieux pour aider les autres…mes sentiments sont vrais…mes émotions sont vraies…mon comportement, tu le trouves juste, mais pas pour moi, je n’ai pas été accueillant, je n’ai pas fait d’effort…certes, mon regard est vide, mais je suis quelqu’un qui vit dans la contradiction, en disant une chose et son contraire parce que c’est un fait…je m’excuse si tu as dû penser que mon geste d’avant de m’avancer près de toi a été prit comme de la provocation…je m’excuse pour penser que j’essaye de me faire passer pour le gentil et toi le méchant, ce n’est pas du tout le cas…je ne sais pas m’y prendre avec les autres…je ne tiens pas à ce que tu interprètes mal ce que je peux faire passer comme message…et si tu veux savoir,…mon sang est rouge…comme tous les humains…quant à mes tremblements, c’est dû à ma phobie de la solitude…je l’ai été toute la journée avant de te voir dans mon jardin...»


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Dim 12 Fév 2012 - 20:51
C'était fini, enfin est-ce que cela avait commencé ? La trêve, un espoir de garder le contrôle et de réparer toutes ses fautes. De réconcilier toutes ces personnes qui se détruisaient peu à peu. L'espoir était vain, envolé, disparu sous un nuage de fumée. Toute cette histoire n'était qu'une vaste blague, la vie n'était qu'une blague. Chacun se complaisant dans son malheur, dans sa souffrance, en rajoutant toujours une couche pour pouvoir être plus malheureux. Vous vouliez de la douleur, très bien vous en aurez, plutôt que de se battre pour aller mieux, rester là où on est et continuer de regarder les autres en leur faisant remarquer que oui ! Ils avaient de la chance ils n'étaient pas malheureux.

Grell était lui même, il ne voulait pas être les autres et il refusait de participer à cette surenchère de souffrance. Il vivait dans le présent, sans se soucier de l'avenir et en laissant les abysses du passé s'éloigner de lui un peu plus chaque jour. Le sursaut du blondinet ne le surpris pas plus que cela, il est vrai que la situation était une nouvelle fois en train de changer, nouveau virage qui allais sûrement les envoyer dans le fossé.

Un bruit le fit se retourner sur ses garde, il regarda les alentours autant pour sa sécurité que pour s'assurer qu'il pourrait s'échapper en cas de soucis. Aloïs II était à genoux, pourtant il ne l'avait pas touché, il l'avait juste pensé très fort. Sa colère, sa folie pouvait certainement se voir, c'était une chose que son jeu d'acteur n'avait jamais réussi à masquer complètement. Et qu'il ne cherchait pas à cacher, ses sentiments faisaient partis de lui, ils étaient lui.

« - Ton âme a gardé une trace de mon passage, vraiment ? Dis, tu pourrais me détailler ce que tu ressens pour moi si ce n’est pas du rejet ? Tu as visé juste, je ne suis pas en paix avec moi-même, mais je parviens tout de même à faire de mon mieux pour aider les autres…mes sentiments sont vrais…mes émotions sont vraies…mon comportement, tu le trouves juste, mais pas pour moi, je n’ai pas été accueillant, je n’ai pas fait d’effort…certes, mon regard est vide, mais je suis quelqu’un qui vit dans la contradiction, en disant une chose et son contraire parce que c’est un fait…je m’excuse si tu as dû penser que mon geste d’avant de m’avancer près de toi a été prit comme de la provocation…je m’excuse pour penser que j’essaye de me faire passer pour le gentil et toi le méchant, ce n’est pas du tout le cas…je ne sais pas m’y prendre avec les autres…je ne tiens pas à ce que tu interprètes mal ce que je peux faire passer comme message…et si tu veux savoir,…mon sang est rouge…comme tous les humains…quant à mes tremblements, c’est dû à ma phobie de la solitude…je l’ai été toute la journée avant de te voir dans mon jardin...»

Il semblait content, oui c'est vrai il avait gagné, Grell le shinigami que personne ne parvenait à contrôlait, qui était aussi incompréhensible qu'une horde de femme le premier jours des soldes discutant pour essayer d'avoir un vêtement au rabais.

''-Tu es content pas vrai, tu penses que parce que tu as une certaine emprise sur moi tu vas pouvoir me contrôler. Raté mon chéri, je ne suis pas de ces gens là. Mon âme est souillée désormais...ce que je ressent pour toi, un mélange de haine, d'envie, d'admiration....''

Quelque chose le turlupinait dans les propos du jeune homme. Il n'avait jamais parlé de la couleur de son sang ni même de...il l'avait simplement pensé. Ce qui voudrait dire que ce..qu'il était peut être même en train de voir ce qu'il pensait en ce moment même. Un feulement étranglé s'échappa de ses lèvres, alors que la rage étincella dans son regard.

''De quel droit oses-tu lire dans mes pensées...Tu ne connais pas le sens du mot privé. Ce sont des choses qui m'appartiennent, à moi et uniquement à moi. TU N'AS PAS LE DROIT DE FAIRE CA ! ''

Il avait littéralement hurlé ses dernières paroles, fou de rage. Son esprit était la seule chose qui n'avait pas encore été violé...Lice l'avait déjà fait également, ils avaient quoi tous à vouloir savoir ce qu'il avait dans la tête. C'était sa tête il faisait ce qu'il voulait avec. Il crispa la main autour de sa faux en se mordant violement les lèvres, s'il avait eu un objet à lui jeter il n'aurait pas hésité une seule seconde mais à par de l'herbe et des fleurs il n'y avait rien autour d'eux, et ces choses là ne faisaient pas mal.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Dim 12 Fév 2012 - 23:13

''-Tu es content pas vrai, tu penses que parce que tu as une certaine emprise sur moi tu vas pouvoir me contrôler. Raté mon chéri, je ne suis pas de ces gens là. Mon âme est souillée désormais...ce que je ressens pour toi, un mélange de haine, d'envie, d'admiration....''

Content ? Avait-il l’air content à cet instant ? Une emprise, non, ce n’était pas dans son ambition de le contrôler…Il trouvait que son âme était souillée ? Un nouveau rebond, un sentiment de mal à l’être, il se mordit de nouveau la lèvre. C’était fini…il avait foiré.
Il n’était pas resté positivement en bien chez quelqu’un…il n’avait pas réussit à sublimer une âme…de la souillure…que de la souillure…tout comme ce qu’il était…
Haine, envie, admirable ensemble ? Il voulait en savoir plus, pourquoi de telles contradictions se tenaient en lui, pour quelle raison il l’enviait, il l’admirait, et le détestait…Cependant, il n’eut pas le temps de lui demander, un temps de silence voulant tout dire, avant de sentir, au travers de ses pouvoirs indirects, la haine qui s’était immiscée dans le regard du Shinigami, hurlant brusquement :

''De quel droit oses-tu lire dans mes pensées...Tu ne connais pas le sens du mot privé. Ce sont des choses qui m'appartiennent, à moi et uniquement à moi. TU N'AS PAS LE DROIT DE FAIRE CA ! ''

Un nouveau sursaut, plus grand, de la peur naissant sur le visage de l’adolescent, où des larmes tombèrent malgré lui…Il n’était pas parvenu à son but, au final, c’était lui qui avait enclenché sa descente sûrement en enfer, alors qu’il tenait à cet espoir.
Les tourments passés ressortaient malgré lui, et si on pouvait supposer que c’était un jeu d’acteur, désormais, cela montrait que ce n’était pas du tout le cas.
Il avait fait une erreur…en fin de compte, il en avait fait une…
Sentant que ses larmes allaient perdurer, il se donna une claque, suffisante violente pour se remettre les idées en place, avant de téléporter Grell et lui dans le morceau de paradis de son manoir des cerisiers à perte de vue, assez proche de ses derniers, des jacinthes comme herbe, des papillons dorés volant dans ce morceau d’Eden. Avec difficulté, l’adolescent alla se poster contre un cerisier, caressant son troc, essayant de ravaler ses sanglots qui détruisaient les traits de son visage dans une allure sincère triste, aux yeux comme il l’avait dit tantôt qu’il ne mentait pas. Certes, on pouvait avoir pitié de lui, le trouver misérable, mais n’avait pas il prévenu qu’il était en plein dans sa phobie de la solitude ? N’était-ce pas là le ressort de tout ce qu’il supportait couramment ?

« - Je l’ai lu dans tes yeux…je ne sais pas lire dans les pensées, je ne suis pas un démon de sang....excuse-moi, excuse-moi, je ne voulais pas t’énerver…je ne le ferais plus…je ne le ferais plus…je ne connais pas le sens privé, je ne peux pas dénier…pardon…pardon…pardon…ta pensée est fausse de toute façon, je ne veux pas te contrôler…et franchement, j’ai l’air heureux depuis tout à l’heure, hein ? Ai-je au moins sourit une fois ? je te l’ai dit, je ne viens pas en ennemi, je suis neutre, je cherche uniquement à mieux te connaître, vis-à-vis de moi, vis-à-vis de toi…Quant à la souillure de ton âme…apparemment, tu n’as gardé qu’un mauvais souvenir de mon être…bien que je ne puisse pas comprendre comment tu peux me haïr à me tuer, tout en m’enviant et en m’admirant pour ce que je suis…»

Il s’arrêta, sentant l’augmentation de ses larmes, faisant craquer doucement le tronc de l’arbre contre lequel il était, se moquant s’il se faisait mal dans l’opération, se frappant pendant quelques instants la tête contre le cerisier sans que sa tête soit mise à sang, tombant à genoux à nouveau, se maudissant lui-même, s’ordonnant de se contrôler, s’insultant sans aucune gêne, faisant percevoir dans ses yeux tristes, dans sa façon de se comporter un amour et une haine envers lui-même, comme si un ange venait indiquer un instant que les douleurs provoquées par le Comte ressortaient, tout aussi grosses qu’elles étaient, et que l’illusion n’était plus.
Un combat intérieur dissimulé, qui se percevait à la honte indirecte que ressentait l’adolescent de se dévoilait ainsi, qui se frappait, qui après avoir arraché quelques écorces d’arbre s’attaqua à ses bras, uniquement pour se faire mal, pas pour y voir du sang, il ne devait surtout pas voir le sien…se frottant avec vivacité au niveau des veines, dans un état second, avant de se redonner des gifles tandis que le vent de tantôt faisant tomber les fleurs de cerisier dans ce paysage magique, où l’ange démoniaque était le gardien de ces lieux.
Après quelques instants, il déglutit, tournant son regard vers Grell,ses larmes s'étant tue, se moquant de son visage froissé par les gifles qu’il s’était donné, un regard toujours triste, toujours aussi contradictoire, mais toujours avec cette lueur d’accueil, l’habitude de telles situations se percevant dans son expression, bien qu’il ne le déniait point gestuellement, il n’en était aucunement fier, il en souffrait à demi-voix, mais devait cacher, toujours cacher, pour ne pas faire souffrir les autres parce qu’il le faisait pour les autres, pour faire croire qu’il était normal, qu’il pouvait aspirer à la normalité…Désormais prêt à écouter la réponse de Grell, ayant instauré par la pensée une protection invisible mais qui pouvait devenir visible si la situation dégénérer au travers des papillons dorés, ne cachant pas non plus dans ses émotions diverses que la colère de Grell l’avait touché droit au cœur… l’espoir, quel étrange sentiment, n’est-ce pas ?


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Lun 13 Fév 2012 - 9:49
Il ne tenait plus, il savait que c'était mal qu'il devrait juste partir au lieux de continuer ce combat. Combat contre lui même, contre tout les autres. Aloïs semblait aller mal, comme si les réactions du shinigami le touchaient, comme si ce qui était en train de se passer avait une quelconque importance. Peut être s'attendait-il à ce que Grell lui amène des fleurs et qu'ils discutent calmement autour d'un verre. Non, ce n'était pas comme cela que ça se passait, et cela ne se terminerait pas comme cela non plus.

Il s'attendait à quoi au juste ? A ce que Grell soit satisfait de son sort, il s'était fait violé par lui, alors qu'il était censé être le meilleurs de sa catégorie son âme avait été blessée, déchirée. Lui le faucheur de l'extrême n'avait même pas réussi à protéger sa propre âme. Et tout ça devant la femme qu'il aimait...

Il observa l'être se trouvant en face de lui. Il avait peur, enfin c'était la vision qu'il offrait, le rouquin n'était plus trop sur de ce qu'il voyait ni même de ce qu'il était supposé entendre et comprendre dans tout cela. Les larmes semblaient réelles, mais pourquoi se tapait-il maintenant ? Il était fou...c'était sûrement la seule raison valable celle qui expliquait tout. Alors qu'il allait reprendre la parole, il vit les contours autours de lui devenir flous, et tout disparut.

Panique totale, lueur de peur dans le regard alors qu'il cherchait de nouveaux repères, un nouvel équilibre. Il possédait cette faculté d'adaptation que beaucoup n'ont pas, Capable de prendre des décisions en un temps record quelque soit l'endroit où il était. Des cerisiers, un endroit qui semblait calme et qui pourtant ne semblait pas avoir d'issue. Labyrinthe sans fin dont Grell ne connaissait même pas l'entrée. Impossible de fuir désormais, se calmer ? C'est envisageable seulement le fait de se sentir pris au piège et de ne pas avoir pu une fois de plus placer son mot, cette impression d'être constamment manipulé ne le quittait pas. Sans s'attarder d'avantage sur le paysage, il fit face à son interlocuteur,

« - Je l’ai lu dans tes yeux…je ne sais pas lire dans les pensées, je ne suis pas un démon de sang....excuse-moi, excuse-moi, je ne voulais pas t’énerver…je ne le ferais plus…je ne le ferais plus…je ne connais pas le sens privé, je ne peux pas dénier…pardon…pardon…pardon…ta pensée est fausse de toute façon, je ne veux pas te contrôler…et franchement, j’ai l’air heureux depuis tout à l’heure, hein ? Ai-je au moins sourit une fois ? je te l’ai dit, je ne viens pas en ennemi, je suis neutre, je cherche uniquement à mieux te connaître, vis-à-vis de moi, vis-à-vis de toi…Quant à la souillure de ton âme…apparemment, tu n’as gardé qu’un mauvais souvenir de mon être…bien que je ne puisse pas comprendre comment tu peux me haïr à me tuer, tout en m’enviant et en m’admirant pour ce que je suis…»,

Ses yeux hein..quelle excuse. Comme si on pouvait lire dans ses yeux qu'il avait envie d'aller aux toilettes où qu'il pensait qu'il se sortirait jamais de cet endroit et qu'il aurait mieux fait de rester couché. Sa pensée était fausse grand bien lui fasse il venait de tomber sur LA personne qui détenait la vérité toute la vérité et rien que la vérité. Une nouvelle fois le shinigami laissa le silence s'installer, observant la folie s'emparer de l'autre. Il n'aurait même pas besoin de le toucher qu'il se faisait du mal à lui tout seul, comme si la solution résidait ici. Il espérait peut être attirer la sympathie, la pitié du shinigami qui se contenta de hausser les épaule, dommage pour lui Grell n'avais plus de pitié.

Lorsqu'enfin le petit gamin se calma, et daigna lever les yeux sur le shinigami qui affichait un air totalement neutre, bien qu'il bouillaient intérieurement. Grell ne le quittait pas des yeux, il n'esquissait aucun geste, ne cherchant pas à comprendre comment et pourquoi il était arrivé ici.

 ''Arrête de te faire du mal. Tu as pensé à Ciel II ? Tu parles de tes sourires, en disant qu'ils sont faux alors te voir sourire ou ne pas te voir sourire, qu'est ce que cela change dans le fond.

Il voulait comprendre le rouquin, qu'est ce qu'il voulait au juste qu'on l'applaudisse ? Lui jeter des fleurs et le féliciter pour ses efforts et tout ce qu'il faisait. Grell était conscient qu'Aloïs II prenait sur lui, qu'il aurait pu l'envoyer bouler depuis le début, mais trop c'était trop. Et puis d'abord où était-il ?!
''Déjà tu pourrais me dire où nous sommes..ça serait une bonne idée si jamais quelqu'un devait retrouver nos corps.. '', il marqua un temps de silence en songeant que Lice ne serait pas contente de lui, Ciel II non plus d'ailleurs, sûrement qu'ils allaient crier et peut être même le taper. Après tout c'était lui qui cherchait maintenant, alors qu'il lui suffisait de souffler un bon coup pour se calmer, il continuait encore et encore, bien trop énervé pour réfléchir de manière posée de toutes les manières. ''Mes yeux n'expriment pas tout, tu peux voir que j'ai envie d'aller au toilettes toi ? Démon de sang ? Je ne savais même pas qu'il en existait plusieurs sortes, quelle andouille je fais ne trouve tu pas. Mon âme n'avait aucune envie de se faire déchirer que ce soit pour mon bien où pour mon mal. On demande avant de faire ça aux gens c'est la moindre des choses.

Grell se mit à faire les cents pas, c'était plutôt étonnant qu'il n'ait pas encore sauté sur la première chose qui bougeait vu la pression et la rage qui s'accumulaient en lui. Son souffle se faisait plus rapide et il venait juste de comprendre que s'il avait été emmené ici c'était sûrement pour que l'adolescent puisse se protéger ce qui le mettait lui en position de faiblesse. Il s'en fichait, malgré les apparences la faucheuse était un bon combattant, et ce n'était pas parce qu'elle ne pratiquait pas la magie qu'elle ne réussirait pas à se sortir de là.

''Je te haïs parce que tu n'écoutes rien, tu n'en a rien à faire des autres, ne cherchant qu'à satisfaire ta propre personne sans te soucier de ce que tu peux faire où non. Rien que le fait de m'avoir emmené ici par exemple, où alors le fait que tu fasse le grand malade à chaque fois que quelque chose va mal avec Ciel II. Tu as tout pour toi et tu détruit tout consciemment où inconsciemment j'en sais rien et je m'en fiche. Mais tu fais le mal autour de toi, peut être que moi le meurtrier en puissance je devrais me la fermer parce que niveau connerie je suis d'un bon niveau mais je te jure que des fois tu me dépasses.

Jugement sans vraiment de fondements peut être, mais ce n'était pas ce qui importait, il serait toujours temps de revenir dessus par la suite. S'ils étaient encore capable de le faire.

'' Je t'envie parce que tu sais faire de grandes choses, tu en as les capacités, tu es prisonnier de toi même et pourtant tu arrives encore à être là, et à être ce que tu es. Tu as réussi à obtenir tout ce que tu voulais, et tu sembles toujours y arriver.

Et pour finir il l'admirait..oui il l'avait dit et il ne reviendrait pas dessus. Mais il n'était pas en état de lui faire des louanges maintenant, de lui dire à quel point il avait été impressionné par son histoire digne de figurer dans l'une des plus belle pièces de théâtre. A quel point parfois il avait juste envie de lui parler, de savoir ce qu'il ressentait et ce qui se cachait sous cet être à l'apparence si angélique, sous ce cœur taillé dans la pierre. Non, cela il ne le dira pas, qu'il le lise dans ses yeux lui qui était si fort.

Un rictus apparut sur le visage du Dieu de la mort alors qui s’arrêta enfin de marcher. Il cherchait la bagarre, il le savait et il savait que l'autre aussi. Après tout ses permières paroles n'avaient-elles pas porté sur son mépris et sur sa manière d'être alors il allait pousser le bouchon, encore et encore, peut être que cela changera quelque chose, peut être pas...

'' Si tu te fais du mal ne compte pas sur moi pour t'aider. Je suis le méchant ne l'oublie pas.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Lun 13 Fév 2012 - 17:02

L’attente d’une réponse, qui pouvait s’avérer cruelle, Alois II s’y était mal prit, il ne pouvait plus le contester. Grell désormais, avait une expression neutre, ne quittant pas les yeux de l’adolescent.

''Arrête de te faire du mal. Tu as pensé à Ciel II ? Tu parles de tes sourires, en disant qu'ils sont faux alors te voir sourire ou ne pas te voir sourire, qu'est ce que cela change dans le fond. ''

La hache de guerre venait de renaître apparemment, encore plus fort, sans doute n’était-ce que le début de remarques encore plus lourdes, conséquentes, méprisantes vis-à-vis de lui.
Il avait une bonne raison de se faire du mal : il se détestait, quoi qu’il puisse montrer.
Il y avait pensé oui, mais il n’était point là, il avait été seul toute la journée, libéré de sa solitude à son arrivé, faire exploser sa crise faisait partit de ses projets de la journée misérable.
La dernière phrase de Grell lui vit un choc intérieur, comme si un poignard s’enfonçait en lui, comme une preuve que ses efforts ne servaient à rien à part de se retourner contre lui…

''Déjà tu pourrais me dire où nous sommes..ça serait une bonne idée si jamais quelqu'un devait retrouver nos corps.. ''

Le Shinigami marqua un temps de pause, Alois II n’y commenta même pas intérieurement.

''Mes yeux n'expriment pas tout, tu peux voir que j'ai envie d'aller aux toilettes toi ? Démon de sang ? Je ne savais même pas qu'il en existait plusieurs sortes, quelle andouille je fais ne trouve tu pas. Mon âme n'avait aucune envie de se faire déchirer que ce soit pour mon bien où pour mon mal. On demande avant de faire ça aux gens c'est la moindre des choses. ''

Son âme déchirée ? N’était-il pas en train de se tromper de personne ?
Il lui avait rien fait, il s’en serait souvenu !
Excepté des querelles incessantes, et qu’il avait failli à plusieurs reprises le tuer, Alois II ne voyait pas du tout où il voulait en venir par un geste qui aurait déchiré son âme.
De plus, il savait parfaitement que les yeux n’exprimaient pas tout, tout comme ce genre de question, et vis-à-vis de ses connaissances sur le monde démon, il n’avait pas à s’en sortir autant responsable, il ne le considérait pas comme une andouille !
Grell commença à faire des cents pas, son souffle se faisait plus rapide comme s’il stressait.

''Je te hais parce que tu n'écoutes rien, tu n'en a rien à faire des autres, ne cherchant qu'à satisfaire ta propre personne sans te soucier de ce que tu peux faire ou non. Rien que le fait de m'avoir emmené ici par exemple, où alors le fait que tu fasses le grand malade à chaque fois que quelque chose va mal avec Ciel II. Tu as tout pour toi et tu détruis tout consciemment où inconsciemment j'en sais rien et je m'en fiche. Mais tu fais le mal autour de toi, peut être que moi le meurtrier en puissance je devrais me la fermer parce que niveau connerie je suis d'un bon niveau mais je te jure que des fois tu me dépasses. ''

C’était à la fois faux et une toute partie juste, Grell ayant été enfermé dans ses stéréotypes vis-à-vis de lui. Il n’en avait rien à faire des autres, il l’écoutait pas avant, il ne faisait que satisfaire sa propre personne. Le grand malade ? Il ne jouait pas la comédie !
Il était véritablement touché à son sein ! Et s’il avait emmené ici, c’était pour s’apaiser quelques instants avant de le ramener dans leur lieu d’origine, s’étant aucunement protégé dans le doute que Grell s’énerve entre temps ! Le mal autour de lui ? Il y avait renoncé, il s’était oublié, comme là, il n’avait pas cessé de vouloir arranger la situation, certes en s’y prenant mal, mais encore une fois, il se prenait tous les reproches !

'' Je t'envie parce que tu sais faire de grandes choses, tu en as les capacités, tu es prisonnier de toi même et pourtant tu arrives encore à être là, et à être ce que tu es. Tu as réussi à obtenir tout ce que tu voulais, et tu sembles toujours y arriver. ''

Un fin sourire naquit sur les lèvres de l’adolescent avant de disparaître, cette fois ci, Grell avait visé juste, entièrement juste. Mais ces grandes choses, il avait persévéré, lutté pour.
Le prix à payer était devenu de plus en plus lourds. Les capacités ?
Elles étaient d’ordres morales, mais il était tellement sensible que ça en revenait contradictoire, mais sa détermination était là, toujours là, son automatisme de ne jamais abandonner et de continuer de se battre de même, assortit avec une immense patience car rien ne lui tomberait dans le bec. Réussir à obtenir tout ce qu’il voulait ?
Ciel II oui, le bonheur de son gémeau oui, mais ce qu’il aspirait véritablement non.
Il se donnait les moyens d’y arriver, tout aussi fou qu’il puisse être.
Il nota avec amertume qu’il resterait un suspens concernant le fait qu’il admirait, ne pouvant aucunement deviner ce qu’il sous-entendait par là.

Grell s’arrêta de marcher, un rictus naissant sur son visage, l’expression d’Alois II n’ayant guère changé.

'' Si tu te fais du mal ne compte pas sur moi pour t'aider. Je suis le méchant ne l'oublie pas. ''

Le peu d’amour qui restait dans les yeux de l’adolescent vacillèrent avant de disparaître, ne laissant qu’un regard de haine envers lui-même, une imploration d’un câlin tandis qu’il se laissa tomber sur le sol, se posant contre l’arbre, regroupant ses genoux prêt de lui, posant sa tête sur ses bras qu’il croisa sur ses genoux, instaurant un petit silence.
Les fleurs de cerisiers continuèrent de tomber en silence quelques instants, laissant le temps à Alois II de méditer. Il pensait qu’il cherchait la bagarre ? Grell était en train de le chercher ?
Aussi brusquement qu’il était venu ici, Alois II fit disparaître sa protection invisible aussi discrètement qu’il l’avait façonné, le téléportant avec lui dans leur ancien lieu, ayant finalisé ce qu’il avait à y faire ici, se retrouvant de ce fait contre un arbre qui n’était aucunement un cerisier. L’adolescent s’entreprit de parler, très doucement, ne laissant que percevoir que s’il ressentait réellement sans se voiler la face, n’étant plus en état de tromper quiconque :

- Je te l’ai pas mit une étiquette de "méchant".

Alois II savait qu’il devait finir de parler afin de cacher ses yeux réclamant de l’affection, dont il avait honte, toutefois le débit de parole était plus lent, plus triste, comme si une bonne partie de son énergie avait été dévorée dans l’opération et dans le déroulement de la situation ayant trop donné de lui dans un état instable et fragile moralement.

- Je ne peux pas dénier être prisonnier de moi-même. Pour mes arrivés à mes fins, la patience, l’entêtement, la force de ne jamais abandonner…

Nouveau petit temps de pause.

- Tu as effigié ce que j’étais avant, avant de rencontrer mon gémeau. Avant, je n’écoutais rien, je n’en faisais qu’à ma tête, je m’en foutais de l’avis des autres, mais aujourd’hui, j’en suis sortit. Moi, agir pour ma propre personne ? Alois a été le seul concerné dans cette affaire d’égoïsme pure, avec les autres, j’ai été le plus solidaire possible. J’ai le reproche de mon gémeau que je me suis oublié complètement. Même avec Ciel II, je le laisse faire ce qu’il veut, en prenant en compte son avis. Par rapport au fait que je t’avais envoyé dans le morceau de paradis de ce jardin, c’était pour uniquement mieux me remettre moralement, je t’ai ramené ici dès que mon état moral s’est quelque peu stabilisé. Vis-à-vis de Ciel II, je ne joue pas l’acteur quand je fais le « grand malade » je le suis vraiment, je suis blessé à ce point là. Tout pour moi, c'est-à-dire ? La richesse, l’amour, le bonheur, l’affection, être aimé par bon nombre de gens, être plus traité comme une pute et comme une sous-merde, des pouvoirs, le bonheur de tous mes proches ? Sachant que parmi tout ce que j’ai cité, tout n’est pas réalisé…Je suis de nature instable, et lunatique, c’est dans mon comportement à cause du vieux. Je remarque que tu n’as pas détaillé davantage concernant ton admiration…

Nouveau temps de pause.

- Faire ça ? Qu’est-ce que je t’ai fait Grell ? Excepté de se quereller, et que tu as failli me tuer ? Tu ne serais pas en train de te tromper de personne ? Si je t’avais vraiment fait quelque chose de malsain, je m’en serais rappelé, je n’oublie jamais ce genre de choses. Tu n’es en rien une andouille de ne pas savoir si cela ne t’intéresse pas. Non, je ne pourrais pas lire cela dans les yeux, à part les sentiments de base, c’est tout ce que je puisse lire.

A la fin de ses paroles, Alois II rentra sa tête dans ses bras, cachant ainsi son regard suppliant en demande d’affection, n’ayant aucunement haussé le ton, ayant prit un ton calme pour tous ses dires, ponctuant de la surprise sur ses dernières questions de ses derniers dires.


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Mar 14 Fév 2012 - 17:24
Grell ne se contrôlait plus, que se soit dans ses paroles, dans ses gestes...il était en colère. Peut être qu'il s'emportait trop vite, peut être qu'il aurait du réfléchir, essayer de comprendre. C'était idiot après tout de s'emporter parce qu'il ne comprenait pas et de ne pas faire l'effort de comprendre. En plus il était sûr que l'autre allait encore se dire qu'il était le plus malheureux du monde et que de toute façon quoi qu'il fasse ça tournait mal. Ce qui l'énervait au plus haut point...

Cercle vicieux qui venait de se mettre en route, plus le shinigami s'énervait plus l'autre irait mal ce qui exaspérerait encore plus le dangereux psychopathe. Car après tout il n'y avait aucune raison de se morfondre si les paroles étaient fausses. Il suffisait de se défendre, et si elles étaient fausses alors se mettre dans cet état était d'un ridicule au plus haut point. Enfin..chacun sa manière de faire certes, mais il y avait des limites à ne pas franchir...surtout avec le shinigami.

Il n'avait pas répondu sur le lieu, très bien s'il voulait se la jouer cachottier grand bien pour lui. Grell n'avait pas besoin de connaître le nom de l'endroit, de toute façon avec son sens de l'orientation il n'aurait même pas été fichu de retrouver son chemin. Le rouquin faisait de gros effort pour ne pas allumer sa tronçonneuse et envoyer l'arbre briser les os du petit blond, ses prunelles brillaient d'une lueur mauvaise s'approchant de la démence pure.

Il savait que ce qu'il dirait n'arriverait pas jusqu'au cerveau de son adversaire, il savait que tout cela était vain, il savait qu'il allait encore faire quelque chose de mal...Oui tout cela il le savait, peut être même qu'il le savait depuis le début mais qu'il avait essayé malgré tout tentative pour se racheter, essayer de faire un geste..Inutile.

Il jeta un coup d'oeil au mioche devant lui, car quoi qu'on puisse dire, dans l'esprit du shinigami ce gamin restera toujours un gamin. Il pouvait agir comme un adulte, il avait des réflexions d'adultes, mais la plupart du temps il se comportait comme un adolescent. Un adolescent très dangereux. Aloïs s'était mis en position fœtale et ne répondait pas à ses attaques. KO sans même avoir combattu ?

Tout d'un coup ils se retrouvèrent à nouveau dans le jardin, à l'endroit où tout avait commencé. Ce qui augmenta la suspicion du grand roux. De un s'ils étaient revenus ici ce n'était pas pour rien, de deux il paraissait impossible que ce gamin se laisse faire sans tenter la moindre choses. Surtout qu'il venait une nouvelle fois de changer d'endroit sans lui demander la permission. A croire qu'il parlait dans le vent...Il se mordit les lèvres avant de les relacher, cela n'aurait pas été convenable d'avoir les lèvres abîmées sur son si beau visage.

- Je te l’ai pas mit une étiquette de "méchant".Je ne peux pas dénier être prisonnier de moi-même. Pour mes arrivés à mes fins, la patience, l’entêtement, la force de ne jamais abandonner…
 


Il y eut un temps de silence durant lequel le shinigami analysa la situation. Aloïs II semblait triste, pour changer...et il devait sûrement être la cause de ce mal-être. Peut être qu'il devrait arrêter de dire ce qu'il pense de temps en temps. Mais dans ce cas il serait hypocrite et menteur puisque ne rien dire équivaut à approuver non ? Et puis il ne serait pas capable de rester sans rien faire et dire...

- Tu as effigié ce que j’étais avant, avant de rencontrer mon gémeau. Avant, je n’écoutais rien, je n’en faisais qu’à ma tête, je m’en foutais de l’avis des autres, mais aujourd’hui, j’en suis sortit. Moi, agir pour ma propre personne ? Alois a été le seul concerné dans cette affaire d’égoïsme pure, avec les autres, j’ai été le plus solidaire possible. J’ai le reproche de mon gémeau que je me suis oublié complètement. Même avec Ciel II, je le laisse faire ce qu’il veut, en prenant en compte son avis. Par rapport au fait que je t’avais envoyé dans le morceau de paradis de ce jardin, c’était pour uniquement mieux me remettre moralement, je t’ai ramené ici dès que mon état moral s’est quelque peu stabilisé. Vis-à-vis de Ciel II, je ne joue pas l’acteur quand je fais le « grand malade » je le suis vraiment, je suis blessé à ce point là. Tout pour moi, c'est-à-dire ? La richesse, l’amour, le bonheur, l’affection, être aimé par bon nombre de gens, être plus traité comme une pute et comme une sous-merde, des pouvoirs, le bonheur de tous mes proches ? Sachant que parmi tout ce que j’ai cité, tout n’est pas réalisé…Je suis de nature instable, et lunatique, c’est dans mon comportement à cause du vieux. Je remarque que tu n’as pas détaillé davantage concernant ton admiration…

Il ne comprenait décidément pas. Sa déclaration arracha un sourire désolé au shinigami. Ce n'était pas lui c'était l'autre. Il n'était pas dupe de ses paroles, oui peut être qu'il allait trop loin dans son jugement. Mais rien que l'histoire d'état moral était un énorme mensonge, alors pourquoi tout le reste serait vrai ? En effet il disait qu'il était parti là bas pour son état moral et revenu parce que ça s'était stabilisé, mais à voir son allure et sa tête de chien battu, on pouvait douter qu'il aille mieux.

- Faire ça ? Qu’est-ce que je t’ai fait Grell ? Excepté de se quereller, et que tu as failli me tuer ? Tu ne serais pas en train de te tromper de personne ? Si je t’avais vraiment fait quelque chose de malsain, je m’en serais rappelé, je n’oublie jamais ce genre de choses. Tu n’es en rien une andouille de ne pas savoir si cela ne t’intéresse pas. Non, je ne pourrais pas lire cela dans les yeux, à part les sentiments de base, c’est tout ce que je puisse lire. 

Jolies paroles, belles phrases...Grell se tromper ? Peut être, mais pas cette fois ci. Il se souvenait parfaitement de ce jour et si l'autre ne voyait pas de quoi il parlait tant pis. Après tout c'était normal, ce n'était pas lui qui s'était fait tripoter l'âme comme s'il n'avait été qu'une vulgaire poupée. Les sentiments de bases dans les yeux ? Pourtant il avait deviné bien des choses et de manières plutôt exacte...
''-Jolies paroles..tu arriverais presque à me faire pleurer tu sais. Mais non en fait. Tu as raison tu es plein de contradictions, seulement je trouve que c'est une bonne excuse, assez facile en fait. Tu veux encore que je te jette des fleurs..allons-y je n'ai rien à cacher et je ne suis pas un menteur. Je t'admire parce que tu sais rester stoïque, que ton histoire est triste et que tu es quand même là alors que moi si j'avais été à ta place je me serais tué au moins cinq fois. Je t'admire parce qu'on ne sait jamais ce que tu vas faire ni rien. Et ça me donne en même temps envie de te tuer parce que tu vois moi je suis fou !

Le shinigami avait craché ses paroles avec haine, il luttait contre lui même, contre le monde entier en fusillant Aloïs II des yeux. De toute façon il ne savait même pas pourquoi il lui avait parlé certain que la moitié de ce qu'il dirait passerait à la trappe.


avatar
Alois Trancy


Messages : 701
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23
Localisation : Entre deux mondes 8D


Jeu 16 Fév 2012 - 8:10

''-Jolies paroles..tu arriverais presque à me faire pleurer tu sais. Mais non en fait. Tu as raison tu es plein de contradictions, seulement je trouve que c'est une bonne excuse, assez facile en fait. Tu veux encore que je te jette des fleurs..Allons-y je n'ai rien à cacher et je ne suis pas un menteur. Je t'admire parce que tu sais rester stoïque, que ton histoire est triste et que tu es quand même là alors que moi si j'avais été à ta place je me serais tué au moins cinq fois. Je t'admire parce qu'on ne sait jamais ce que tu vas faire ni rien. Et ça me donne en même temps envie de te tuer parce que tu vois moi je suis fou ! ''

Des paroles crachés avec haine, fusillant du regard l’adolescent blond, qui suite à ses dires, remarqua, légèrement vexé :

- Tss, le but n’est pas de te faire pleurer, je cherche à piger merde ! Une excuse ? Hé, je ne me suis pas caché sous cette vérité, putain de merde, je suis dans cet état à cause de ma satanée phobie de la solitude auquel j’ai été toute la journée, qui rend mon putain de moral hyper sensible ! Et je ne tiens pas à ce que ça finisse en bain de sang entre nous deux ok ? Me jeter des fleurs ? J’aurais aimé un câlin de ta part, oui, j’avoue, vu que ma langue ne parvient jamais à le dire concrètement et que je t’ai informé, bien que discrètement de pourquoi j’étais dans un état moral aussi piteux, lâcha t’il de mauvaise humeur avant de soupirer, reprenant une voix plus douce. Mon envie de me buter, je l’ai tout le temps, chaque seconde ma vie, ceci n’est pas quelque chose de magnifiquement superbe à gérer vu que je dois aussi gérer mes souvenirs du vieux, et ma haine envers tout le monde moi y comprit qui est la base de ce monstre façonné par cet enfoiré de Comte, il se tourna vers Grell pour ses dernières phrases, relevant doucement la tête. Mouais, bah va exécuter tes pulsions sadiques autre part, je peux te passer des illusions si tu veux, mais désolé, je suis tout aussi fou voir pire que toi, j’ai la clémence de me contrôler du mieux que je peux, en me fracassant des murs ensuite ou en me tuant la famille Ushiromiya comme ça, je ne fais pas chier mon monde avec ma crise de sadique.


A la fin de ses paroles, il soupira, rebaissant la tête, inspirant bien profondément afin de faire évacuer toute cette haine, y parvenant assez vite, une aura rouge qui était brusquement apparut qui s’en alla. Un deuxième soupir, la haine et le désespoir mélangés ne faisaient jamais bon ménage, et il regrettait d’avoir ouvert la bouche sur les « sujets où ma langue ne veut pas se délier » dans un ton colérique, bien qu’elle ne fût aucunement fausse.

- Merci tout de même des compliments, être admiré, ce n’est pas souvent que je le suis. Et navré de mon petit emportement, je déteste qu’on ose m’insulter en me reprochant de jouer au petit malheureux exprès pour avoir du soutien alors que c’est entièrement faux. C’est beau de prendre sur soi, mais sans aide, j’ai qu’une belle descente en enfers qui m’attends, et cela ne sous-entends pas non plus que je ne fais qu’utiliser les autres pour un égoïsme à la con. Des sacrifices pour les autres, des efforts pour les autres, j’en fais tout le temps, et c’est bien eux qui doivent me rappeler que je dois vivre pour moi car ce détail là, je le zappe complètement.


avatar
Grell Sutcliff


Messages : 138
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Pas loin de ma petite fleur...♥


Jeu 16 Fév 2012 - 23:50
Enfin un peu de réaction de la part du petit tyran blond, il était temps. Seulement il était trop tard désormais. Sa phobie de la solitude..pourquoi était-il seul ? Il fallait se poser les bonnes questions si on voulait avoir les bonnes réponses. Pas de bain de sang ? Dommage, c'était une des options qu'il affectionnait particulièrement, mais soit, une dernière fois il allait se plier aux exigences, faire ce que l'on attendait de lui. Ce serait la dernière fois. Il lui avait expliqué pourquoi il était comme ça ? Peut être, mais dans ce cas le shinigami n'avait pas compris ou alors il avait déjà oublié, trop préoccupé par tout ce qui se déroulait autour de lui.
Se contrôler..tuer..solutions qui ne marchaient pas pour lui. Plus depuis longtemps. Il s'était apaisé dans les bras de Lice, mais tout avait été détruit..et tout continuait de l'être à chaque pas qu'il faisait. Chaque tentative était vaine et menait toujours à l'échec. Faire chier son monde était la seule chose qu'il sache faire désormais, et il ne voulait plus de cela. Il voulait juste les voir heureux, arranger les choses à sa manière, leur faire comprendre que la vie était belle quoi qu'il arrive...mais il avait échoué une nouvelle fois. De la part d'un shinigami raté il était normal qu'il échoue une nouvelle fois.

Le blond venait en effet de reprendre le contrôle, son aura était redevenue normale et il était même en train de le remercier. A quoi rimait tout cela...Grell n'écoutait plus, de toute les manières ils tournaient en rond et cela depuis bien longtemps. Elle avait eu raison, comme toujours, il n'aurait pas du venir. Désormais il savait ce qu'il lui restait à faire, exercer ses pulsions sadiques ailleurs...entre autre. La seule lueur d'espoir qu'il lui restait venait de disparaître et au fond des prunelles, masquées sous la monture rouge, on ne pouvait plus rien décelé si ce n'est de la résignation. Il allait s'en aller la queue entre les pattes, comme d'habitude, il n'avait pas d'autre choix de toute façon.
Après avoir respiré profondément plusieurs fois, essayant de se calmer du mieux qu'il pouvait. Il fallait tout de mêe qu'il dise au revoir. Ce n'était pas poli sinon. Et puis ils ne se parleraient surement plus jamais après alors...

''tu es pire que tout le monde, tu es mieux que tout le monde et tout se rapporte à toi. Je m'en vais, il n'y aura pas de mort, je suis désolé de t'avoir importuné. En fait j'étais juste passé pour te dire que tu avais de la chance d'avoir Ciel II et qu'il t'aimait beaucoup malgré ce que tu pourrais penser. Seulement tu n'as pas l'air de te rendre compte...enfin je dois me tromper. Ne gâche pas la chance que tu as avec lui...''

Sans un regard en arrière le shinigami s'en alla et disparut au détours du chemin. Il savait ce qui lui restait à faire...


Contenu sponsorisé




 

Ennemis~ [Alois Trancy II]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» *Des amis et des ennemis...* [Liens Hortense]
» [DEBUT]Accueil triomphant d'ennemis perdant
» Vos amis se lasseront de parler de vous ; vos ennemis, jamais ! [PV Ashlynn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le cimetière général :: Topics de RPG abandonnés-